Addiction aux amphétamines

Psy
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 76


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

1) Généralité 1

Déf : Tout usage d’amphétamine est considéré comme un mésusage. L’addiction aux amphétamines répond à des critères spécifiques. (cf. fiche addictions).

Type et présentation : Le groupe des amphétamines regroupe 3 molécules différentes  : l’amphétamine, la méthamphéatmine et la MDMA. C’est une famille de molécules de synthèse existant sous différentes présentations, selon le type de molécule :
– Amphétamine (speed, pilule, peanut) : comprimés ou poudre à sniffer ou injecter.
– Méthamphétamine (speed, meth, ice, tina, yaba) : cristaux à inhaler, comprimés ou poudre.
– MDMA (méthylène dioxy méthamphétamine) : ecstasy.
(plus rarement pour tous : absorption sur papier buvard, ou présentation liquide)

Physiopathologie :  Les amphétamines sont de puissants inhibiteurs de recapture de la dopamine, la sérotonine et la noradrénaline. Elles ont également des effets pro-glutamatergique.

Epidémiologie : données européennes,
– 13 millions d’européens ont expérimenté, 1ère consommation à 19 ans en moyenne
– Prévalence = 0,26% en population générale, 1 à 10% des jeunes selon les pays
– Age moyen d’entrée en traitement = 28 ans (71 % d’hommes)

2) Diagnostic 1

Le diagnostic d’addiction repose sur les critères spécifiques du CIM10

Clinique PARACLINIQUE
Interrogatoire
Syndrome d’intoxication aigue
(euphorie, syndrome sérotoninergique)
Syndrome de sevrage
(humeur dysphorique)
Test sanguin ou urinaire

A ) Clinique

   Comme pour toute addiction, on retrouve :
– des symptômes comportementaux
– une répercussion sociale et/ou médical
– des symptômes pharmacologiques (sevrage)

  • Signes d’intoxication aigüe :

Effets neuropsy : euphorisants et stimulants ++
– Sensation de bien-être
– Confiance en soi, concentration, pensée accrues
– Augmentation du désir sexuel (pillule de l’amour 0)

Effets végétatifs
– Augmentation de la TA et de la FC
– Dilatation des bronches et augmentation de la FR

Méthamphétamine : Effet rapide, puissant et durable
MDMA : délai d’action de 30-120min

Overdose : Syndrome d’intoxication aigüe aux amphétamines. Il s’agit d’une urgence !

Syndrome d’intoxication aigüe aux amphétamines

Ce syndrome résulte de l’augmentation massive de la transmission monoaminergique (dopamine, noradrénaline, sérotonine). Le tableau est celui d’un syndrome sérotoninergique avec risque d’hyperthermie maligne, source de décès.

>> Manifestations centrales : hyperthermie, agitation, confusion, crise épileptique, coma, mydriase avec RPM conservés, sueurs profuses

>> Manifestations périphériques : tachycardie, hypertension, sudation, vasoconstriction périphérique, rhabdomyolyse, nausées, vomissements

  • Signes d’intoxication chronique

On retrouve les signes relatifs aux complications. Les principaux signes cliniques visibles sont :

Signes neuropsychiques
– Anorexie
– Dyssomnie
– Symptômes anxieux, dépressif et émotionnels variables, sans épisode caractérisé
– Symptômes psychotiques transitoires : hallucinations, idées délirantes, troubles du comportement

Autres signes
– Lésions d’organe : reins, estomac, intestins
– Œdèmes pulmonaires
– Troubles du rythme, lésions cardiaques
– Affaiblissement du système immunitaire

  • Syndrome de sevrage

Les symptômes apparaissent quelques jours après l’arrêt et peuvent durer plusieurs semaines, surtout pour les consommations IV et inhalées :
– Humeur dysphorique
– Asthénie
– Troubles du sommeil
– Troubles de la concentration
– ± Evolution en véritable épisode dépressif caractérisé

B ) Diagnostic paraclinique 2

Le diagnostic d’addiction est clinique.

Une consommation aigüe (+/- récente) peut être détectée par un test sanguin ou urinaire. La détection peut se faire soit de manière qualitative (screening 0 ), soit de manière quantitative (mesure du taux précis). La durée de positivité dépend du type de consommation et du test, elle est présenté dans le tableau ci-dessous :

Test Durée de présence
Sanguin 2-4 jours
Urinaire
2-4 jours

C ) Diagnostic différentiel 0

Autres addictions. Voir les fiches OD :
syndrome d’intoxication aigüe
syndrome de sevrage

3) Evolution 1

  • Complications non psychiatriques

 

Atteintes Complications
Cardiovasculaire – Syndrome coronarien aigu
– Urgence hypertensive (± dissection aortique)
– Troubles du rythme
– OAP
– Cardiomyopathies
Neurologique – AVC ischémique ou hémorragique
– Manifestations extrapyramidales (tremor, mouvements choréiformes, hyperréflexie, bruxisme, trismus)
Vasculaires – Insuffisance rénale aiguë (rhabdomyolyse)
– Ischémie intestinale aiguë (colite ischémique)
– CIVD
– Hépatotoxicité avec insuff. hépatique aiguë
– Vascularites nécrosantes
– Hypertension pulmonaire (si abus chronique)
Cutanéomuqueuses Lésions dermato, ORL et odontologiques avec la méthamphétamine
Infectieuse – Infections virales (VIH, VHB, VHC)
 Infections bactériennes (abcès locaux, endocardites, pneumopathies, bactériémies)
– IST
  • Complications neuropsychiatriques

– Episodes dépressifs caractérisés
– Tentatives de suicide
– Episodes délirants aigus induits (pharmacopsychose)
– Attaques de panique induites
– Troubles cognitifs
– Troubles de l’humeur
– Troubles anxieux

4) PEC 1

A ) Bilan

Bilan de la dépendance : histoire, parcours de soins, co-dépendances

Bilan des complications psychiatriques ou non

B ) Traitement

  •  Mesures générales :

– PEC adaptée au patient et à ses attentes
– Entretiens motivationnels, psychothérapies
– PEC individuelle ou en groupe, suivi au long cours en centre spécialisé
⇒ Une hospitalisation peut être requise en cas de co-addiction ou de comorbidité.

  • Traitement (symptomatique) de l’intoxication aigüe :

Modalités : Pas d’antidote spécifique
– Hospitalisation en réanimation
– Voie Veineuse Périphérique : macromolécules puis G5% + NaCl et KCl
– Surveillance : scope, FC, FR, conscience, saturation en 02, température

  • Traitement (symptomatique) du syndrome de sevrage :

– Neuroleptiques sédatifs, antipsychotiques.
– Eviter l’usage de benzodiazépines.
– Aucun traitement n’a d’AMM dans le traitement de l’usage nocif et de la dépendance.

C ) Prévention

Elle est identique quelque soit la drogue. (Cf. Addiction aux opiacés)

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.