Diverticulite colique

! Fiche non-relue par un tiers !

HGE
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 284

Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

1) Généralité 1A

Déf : complication infectieuse d’une diverticulose colique.

Epidémiologie : rare avant 30 ans, risque maximal entre 60 et 70 ans

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Douleur ± défense en FIG
Troubles du transit
TDM : triade paroi colique > 4 mm, infiltration de la graisse péricolique, présence de diverticules

A ) Clinique

Fièvre

Signes digestifs
– Douleur en FIG ou hypogastre
– Troubles du transit, constipation > diarrhée
– Défense de la FIG

± Signes de complication : signes urinaires ou gynéco en cas de fistule, signes en lien avec une hémorragie…

B ) Paraclinique

Syndrome inflammatoire biologique : hyperleucocytose à PNN, élévation CRP

TDM abdo-pelvienne en urgence : diagnostic si association de 3 signes
– Epaississement de la paroi colique > 4 mm
– Infiltration de la graisse péricolique
– Présence de diverticules
– ± Signes de complication

Pas d’indication à l’échographie, l’ASP, l’IRM ou le lavement opaque. Le lavement baryté, la coloscopie (conventionnelle et virtuelle) sont CI !

C ) Diagnostic différentiel

Autres causes de douleur abdominale, de trouble du transit, de péritonite

3) Evolution 1A

A) Histoire naturelle

Le risque de récidive est plus important chez les sujets jeunes.

B) Complications

Complications infectieuses : abcès (1/3 des diverticulites), péritonite, fistules (< 10%). La gravité est évaluée par la classification de Hinchey.

Stade Infection intra-péritonéale
I Phlegmon ou abcès péricolique
II Abcès pelvien, abdominal ou rétropéritonéal (péritonite localisée)
III Péritonite généralisée purulente
IV Péritonite fécale

Sténoses
– Sténose pseudo-tumorale : centrée, progressive, à bords réguliers (par opposition à la sténose du cancer colo-rectal)
– Sténose « sèche » : développement à distance de poussées itératives de diverticulite, responsable d’une occlusion d’abord incomplète

4) PEC 1A

A ) Bilan

Bilan des complications
– TDM abdomino-pelvienne
– ± Coloscopie : à distance d’une sténose, ou en cas de doute avec un cancer colo-rectal

Recherche des critères d’hospitalisation
– Signes de complication : irritation péritonéale, signes de gravité TDM (fuite extra-digestive d’air ou de produit de contraste, abcès)
– Terrain fragilisé, impossibilité de surveillance ambulatoire ou d’hydratation orale
– Absence d’amélioration à 48-72h de traitement ambulatoire

B ) Traitement

Aucun traitement ou mesure diététique n’a démontré d’efficacité en prévention primaire de la diverticulite.

> Diverticulite non-compliquée

Mesures générales
– Régime alimentaire sans résidu
– Corticoïdes et AINS déconseillés (risque d’aggravation infectieuse)

Antibiothérapie
– Ambulatoire : augmentin 7-10j, quinolone + flagyl 2e intention
– Hospitalière : augmentin ou C3G IV initialement, relai PO idem ambulatoire

± Résection élective sigmoïdienne
– Discutée au cas par cas, même après plusieurs poussées et chez les personnes de < 50 ans
– Réalisée au moins 2 mois après le dernier épisode de diverticulite, au mieux sous laparoscopie par un opérateur expérimenté

> Complications infectieuses

Abcès
– Petite taille ou non-drainable au scanner : ATBthérapie IV simple
– Abcès accessible de taille suffisante (> 5 cm) : drainage par voie radiologique
– Impossibilité ou échec de drainage : résection anastomose ± protégée par stomie d’amont

Péritonite purulente ou focale : résection sigmoïdienne en un ou deux temps avec stomie de protection

Fistule colo-vésicale : résection anastomose en un temps, voie laparoscopique envisageable

> Sténoses

Sténose inflammatoire : régresse habituellement sous antibiotiques

Sténose sigmoïdienne sèche : chirurgie avec analyse histologique de la pièce opératoire pour ne pas méconnaître un cancer associé

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.