Dysfonction érectile

Page en cours de création

I. Généralité

1- Définition : « l’incapacité d’obtenir et/ou de maintenir une érection suffisante pour permettre une activité sexuelle satisfaisante ». Pour affirmer le diagnostic, il faut aussi que cette difficulté réponde à certains critères supplémentaires :

  • être installée depuis plus de 6 mois 
  •  être éprouvée dans presque toutes ou toutes les occasions (approximativement 75 à 100 % des cas) d’activités sexuelles ;
  • provoque un retentissement significatif sur l’individu .

2- épidémiologie :

  • La DE = symptôme très fréquent chez  patients porteurs de pathologie cardio-vasculaire dont il peut etre un marqueur  précoce .

prévalence : – chiffres peuvent être fréquemment sous-évalués vu que le sujet est difficile a abordé/ augmente avec l’age  .

  • 1 à 9 % de 18 à 39 ans
  • 2 à 30 % de 40 à 59 ans
  • 20 à 40 % de 60 à 69 ans
  • 50 à 75 % au-delà de 70 ans.

3. Étiologies :

a.vieillissement Déficit androgénique lié à l’âge (DALA)
b. Causes psychogènes
Anxiété /Stress /Dépression
c. Causes organiques:
-Neurologiques :
SNC : Parkinson, SEP, AVC, traumatismes
Atteinte des nerfs périphériques : , trauma, Neuropathies: diabète, alcoolisme
-Vasculaires : Athérosclérose, HTA, Diabète, Lapeyronie++, Fuite veineuse
Tissulaires .
Secondaires: trauma, priapisme+++, Lapeyronie
-Endocriniennes Hypogonadisme Hyperprolactinémie+++++Affections thyroïdiennes Métaboliques Diabète : 20-50 %Dyslipidémies Insuffisance rénale
-Médicaments: Anti-androgènes, Anti HTA ++++++++, hypolipémiants hyperprolactinémiants, psychotropes…
-Alcool ; Drogues (cannabis, cocaïne, héroïne) ; Tabac

LA DE EST SOUVENT MULTIFACTORIELLE  !

II. Diagnostic

1. Anamnèse  :

  • Age
  • profession notion de stress  …….
  • origine  et religions ( certain interdis ..) vulnirabilité personnel image du corps …
  • histoire sexuelle  : le nombre de partenaire , tumescence , rigidité, libido,l’éjaculation, la notion d’érection nocturne ++++ou matinale  ?
  • mode d’installation de la DE , primaire ou secondaire  son intensité  et son évolution.
  • terrain/ et FDR  :Médicaux : diabète /syndrome métabolique ,  maladie cardiovasculaire (HTA IDM,…),maladie neurologique SEP,, maladie rénale, prise médicamenteuse ++++++++ / /chirurgicaux:chirurgie de bassin , rectum, prostate +++ /Toxique :Tabac, alcool,drogues….
  • évaluer le retentissement psychologique et organique de la DE sur la qualité de vie ( et vie conjugale)
  • Établir une relation DE CONFIANCE ( langage adapté++ sans préjugé …)   dès la première consultation et evéluer les attentes du patient ( diagnostic établie généralement en 2 consultation )
  • présence de la partenaire souhaitable voir indispensable dés la 2 eme consultation

2. Examen physique  :

  •  Caractères sexuels secondaires : hypogonadisme ; féminisation.
  • Examen des organes génitaux :Taille des testicules, consistance,Souplesse et élasticité pénienne ( fibrose maladie de La Peyronie),Varicocèle?phimosis ?
  • examen mammaire : gynécomastie
  • Toucher rectal : prostate : nodule, HBP, prostatite
  • Examen cardio-vx : pouls, TA…. (NOTE : un DE peut etre un signe de pathologie cardiaque , dans certaine études un DE a précédé un IDM de 3 semaines)
  • Examen neurologique: sensibilité périnée et MI,reflexe bulbo caverneux;contraction musculaire

3. Examens complémentaires :

  • Bilan biologique: testostérone ; LH, FSH ;  Glycémie ; Bilan lipidique Prolactine ( si testostéronemie  < 5.2nmol/l) ;;TSH( pas de première intention sauf signe d’appel ) ,  Créatinémie ; PSA : si indication de traitement androgénique

Note : seul les examens biologiques est recommandé en première intention !!!! pour chercher surtout les co-morbidités 

  • exploration cardio-vasculaire : détection de maladie coronaire ,HTA  …
  • Tests pharmacologiques : ( 2 eme intention )
    Test d’injection intacaverneux de produit érectogéne (PGE1+++)
    →si érection + : étiologie psychogéne, si pas d’érection : étiologie organique
  • Pléthysmographie nocturne: qualité d’érection nocturne: érection absente = DE organique
  • Cavernométrie – Cavernographie: tissu érectile : fibrose
  • Explorations neurophysiologiques (indication: atteinte neurologique) : mesure vitesse de conduction du nerf dorsal
  • Examen Doppler : Artériographie des artères de verge

III.Evolution

  • histoire naturelle : sans prise en charge la DE peut avoir des conséquence psychologique et organique grave sur la vie du patients
  • complication : révélation d’une d’une pathologie sous jacente : cardi-vasculaire sous : IDM , syndrome lipidique  retentissement psychologique dépression  agressivité manque de confiance en sois …..

IV.Traitement

moyens thérapeutique .

  • information: adapté et simplifiée de la physiopathologie et principe /possibilités thérapeutiques   au patient et sa partenaire
    Arrêt ou substitution du médicament responsable de DE.
  • règles hygièno-diététiques  :
    Arrêt du tabac / alcool
    Augmenter l’activité physique / lutte contre la sédentarité ( stade B )
    Régime équilibré
    Moins de stress / perte de poids
  • Traitement à visée psychologique:
    Soutien psychologique +++ /Traitement anxiolytique / Antidépresseurs/  thérapie de couple
  • . DALA : Androgénothérapie : indication : taux de  testostérone bas  (hypogonadisme) sous surveillance prostatique (TR, PSA).
  •  Diabète: Traiter le déséquilibre glycémique
  • Causes artérielles :
    Traitement chirurgical
    Chirurgie vasculaire
    Traumatisme du bassin
    Malformations artérielles
    Chirurgie de la fuite veineuse
    Ligature des veines dorsales
  • Traitements pharmacologiques oraux  :
    Inhibiteurs des phosphodiestérases V+++
    Molécules : Sildénafil (Viagra*) / Vardénafil (lévitra*) /Tadalafil
  • Administration d’un gel intra-urétral de PGE1
    Indication : résistance aux traitements oraux et refus des IIC.
  • Injection intra caverneuse :
    Prostaglandines E1 : les plus utilisées en IIC. L’alprostadil: Edex*, Caverject*
    Traitement très efficace, nécessite l’apprentissage (≤ 3 IIC/semaine)
    Siège : face latérale de la verge
    Effets II: induction de fibrose caverneuse /priapisme
  • Érecteur à dépression (Vacuum)
  • Prothèses péniennes : Indication: échec des traitements médicaux. Complications: Infection ; Panne, Malposition

C. Indications :

Conseils hygiéno-diététiques et soutient psychologique =  POUR TT LES PATIENTS
Si échec traitements pharmacologiques oraux
Si échec vérification de la bonne utilisation + optimisation d’utilisation
Si échec MUSE/IIC/VACUUM + apprentissage
Si échec prothèses + entretien psychologique

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.