Eosinophilie

!! FICHE NON RELUE !!

Hémato
Fiche réalisée selon le plan OD
Item ECNi 214


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

!! URGENCES !!

Etio / Clinique
(aucune)

Déf : l’éosinophilie (pour hyperéosinophilie) est un taux de polynucléaire éosinophiles > 500/mm3

1) Etiologie 1

A) Parasitaire 

  • France métropolitaine
Parasite Clinique Paraclinique
Distomatose * trouble hépatique, fièvre séro, imagerie
Toxocarose * séro, imagerie
Trichinellose * oedème aigu de la face séro, biopsie musculaire
Oxyurose ¤ Prurit anal Scotch test
Hydatidose ¤ séro, imagerie
Teniasis ¤ Anneau dans literie / selles EPS
Anisakiase ¤ fibroscopie
Hypodermose ¤ larves cutanées séro

* hypéreosinophilie élevée ou chronique
¤ hypéreosinophilie modérée ou transitoire

  • Tropique
Parasite Clinique Paraclinique
Bilharziose * arthromyalgie, hématurie (bain en eau douce) séro, EPS, examen des urines, biopsie rectale
Filarziose lymphangite séro, recherche de microfilaire
Ankylostomose * signe d’anémie NFS (anémie carence martiale)
Ascaridiose ¤ diarrhée, syndrome de Löffler EPS
Anguillulose ¤ entérocolite, urticaire EPS spécial

* hyperéosinophilie élevée ou chronique
¤ hyperéosinophilie modérée ou transitoire

Remarque : l’anguillulose maligne est souvent accompagnée d’une éosinopénie.

B) Non-infectieux 

  • Secondaire
Etiologie Clinique Paraclinique
Maladie atopique manifestation atopique (PNEo < 1500/mm3)
Allergie (mdct ++) manifestation allergique jusqu’au DRESS syndrome Pick test, IgE spécifique
Hémopathie, cancer solide AEG
Maladie des embols de cholestérol examen vasculaire récent, nécrose distale
Maladie de système et spécifiques d’organe * (selon pathologie) (selon pathologie)

* Les principales maladies systémiques et spécifiques d’organe sont :
Granulomatose à éosinophiles avec polyangéite (Churg et Strauss)
PAN, sarcoïdose
– Fasciite de Shulman
MICI
– Poumon / gastrite / dermatite à éosinophile

  • Primitive

Regroupe les syndromes hyperéosinophiliques (SHE)

Déf : PNEo > 1500/mm3 pendant au moins 6 mois, sans étiologie retrouvée (diagnostic d’élimination)

Physio : souvent secondaire à un remaniement chromosomique entraînant une prolifération médullaire de PNEo

 2) Orientation diagnostique

A) Clinique 1

En dehors des signes propres à chaque étiologie

Chronicité : Etude des précédentes NFS ++

B) Paraclinique 

Bilan de 1ère intention (en cas d’absence d’orientation clinique) 0 :

Bilan de première intention
Bio : NFS (recherche d’anomalie de lignée), bilan hépatique et rénal, CRP, calcémie
Examen parasitologique des selles
± RxT

Bilan de 2e intention (si bilan initial négatif et persistance de l’éosinophilie > 6mois) 0 :

Bilan de 2nde intention devant une eosinophilie chronique
– scan TAP (cancer, lymphome) – myélogramme (SHE myéloproliferatif) – immunophénotypage de lymphocyte (SHE lymphoproliferatif) – bilan auto-immun (maladie de système)
± biopsie d’organe si atteinte (pour prouver que l’atteinte est lié à l’hypereosinophilie)

Remarques :
– En cas de négativité du bilan, vérifier la persistance de l’éosinophilie et refaire un bilan tous les 6 mois
– des PNEo > 1500/mm3 excluent une cause atopique (continuer les investigations)
 

C) Synthèse 0

311 Eosinophilie

3) PEC 0

En cas d’hyperéosinophilie chronique, un bilan des complications peut être nécessaire.

Bilan de complication devant une éosinophilie chronique
– bilan cardiaque (ECG+ ETT) => recherche myocardite / cardiopathie restrictive – bilan neuro (EMG, examen clinique complet) => recherche atteinte neurologique centrale ou périphérique
image_pdf

Une réflexion au sujet de « Eosinophilie »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.