Grosse jambe rouge aiguë

!! FICHE NON RELUE !!

Urgences Dermato
Fiche réalisée selon le plan OD
Item ECNi 345


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

!! URGENCES !!

Urgence
Signes de sepsis grave / choc septique
DH nécrosantes

Déf : association d’installation rapide :
– D’un placard érythémateux bien limité ± extensif, généralement unilatéral
– Et d’un syndrome infectieux avec fièvre > 38° dans les tableaux typiques

1) Etiologie 1A

> Causes infectieuses

Etio Clinique Paraclinique
Erysipèle +++ FdR : porte d’entrée, œdème pré-existant, immunodépression
Placard bien limité, fièvre élevée
± hémocultures
DH bactériennes nécrosantes Douleur intense ou hypoesthésie
Nécrose rapidement extensive, écoulement, crépitation
Signes généraux marqués
Hémocultures
Plvts per-opératoires
Imagerie
Pied diabétique Mal perforant plantaire ++
Inflammation profonde, subaiguë, douleur modérée, fièvre parfois absente
Ecouvillonnage 0
Pasteurellose Morsure / griffure (chats++) / piqûre rapidement inflammatoire Culture sur plvt de plaie
Rouget du porc Blessure par os ou arête animale (porc, mouton, poissons, crustacés)
Erythème oedématié très douloureux
± culture de biopsie cutanée
Autres pathologies d’inoculation 0 (capnocytophaga canimorsus, anaérobies…) (selon étio) Culture du plvt de plaie

DH = dermo-hypodermite

> Causes non-infectieuses

Etio Clinique Paraclinique
DH inflammatoire d’insuffisance veineuse Anamnèse ++
Poussée inflammatoire sur une lipomatosclérose = infiltration du MI qui se durcit progressivement
± fièvre modérée
Eczéma  Prurit +++, placard érythémateux à bord émiétté ± œdème local  Prick-tests
Syndrome des loges Œdème musculaire au décours d’un effort violent ou d’une facsiite nécrosante  
Syndrome de Wells (= cellulite aseptique à éosinophiles) 1B Eruption bulleuse ± récidivante  
Rupture de kyste de sinovial de Baker 1B  Oedème, hématome sous-poplité  

Notes :
– La TVP isolée ne donne pas de tableau de grosse jambe rouge, mais c’est une complication de l’érysipèle auquel elle peut s’associer
– Les DH de l’immunodéprimé sont faussement rassurantes, avec peu de signes inflammatoires et un fièvre modérée.

2) Orientation diagnostique 1A

A) Clinique

Anamnèse : sont à rechercher
– Le mode de début, les ATCD chirurgicaux du membre concerné
– Porte d’entrée infectieuse : intertrigo, morsure, piqûre, mal perforant plantaire
– Pathologies chroniques locales ou générales : insuffisance veineuse, lymphatique, diabète, pathologie athéromateuse, immunodépression

B) Paraclinique

Si on retient le diagnostic d’érysipèle, aucun examen complémentaire n’est nécessaire. En cas de doûte diagnostique, on pourra s’aider de ces éléments :

Syndrome inflammatoire bio : hyperleucocytose et CRP > 100 en faveur d’un érysipèle

Culture sur prélèvement de toute lésion avec perte de substance (érosion / ulcération / intertrigo / mal perforant plantaire)

Radio / écho / IRM des parties molles : peuvent argumenter pour une DH nécrosante si réalisées précocement

C) Différentiel

Bien que différentes cliniquement, d’autres pathologies peuvent faire penser à une grosse jambe rouge aiguë :

> Erythème noueux et autres vascularites => Panniculite (nodules et plaques hypodermiques)
> Lymphangite : érythème en placards linéaires
> Maladie de Lyme au stade d’érythème migrant (annulaire et centrifuge)
> Zona : présence de vésicules sur le trajet métamérique
> Lymphoedème chronique

3) Traitement symptomatique 1A

Repos au lit avec jambe surélevée jusqu’à régression des signes inflammatoires

Hospitalisation en cas de doûte diagnostique, de forme grave, à risque de complication ou de traitement ambulatoire difficile.

Traitement étiologique

haut de page

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !