Gynécomastie

! Fiche non-relue par un tiers !


Endocrinologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 244


Dernières mises à jour
– Septembre 2016 : création de la fiche (Vincent)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : SFE 3e édition – item 244 (référentiel des enseignants d’endocrinologie, 2015)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Diagnostics différentiels
3) PEC
– A) Bilan
– B) Traitement


1) Généralité 1

Déf : hyperplasie du tissu glandulaire mammaire liée à une augmentation du rapport oestrogènes/testostérone sanguin.

Etiologies

  • Causes endocriniennes
Etio Clinique Paraclinique
Hyperthyroïdie Signes de thyrotoxicose TSH effondrée
Hypogonadisme primaire (Klinefelter XXY) Testostérone basse
FSH et LH élevées
Caryotype
Hypogonadisme secondaire Testostérone basse
FSH et LH normales/basses, prolactine conservée
IRM cérébral
Tumeur à oestrogènes (testiculaire ou surrénalienne) Echo testiculaire ++
Oestradiol > 40 pg/mL
Tumeur à hCG (trophoblastique, testiculaire…) hCG élevé
Echo testiculaire, TDM cérébral
Résistance aux androgènes Hypogonadisme Testostérone élevée
FSH et LH élevées
  • Autres
Etio Clinique Paraclinique
Insuffisance rénale chronique Créatininémie
Cirrhose Signes d’hypogonadisme Bilan hépatique
Médicaments *
Gynécomastie idiopathique

*Principaux médicaments responsables de gynécomastie :
– Traitements (anti-)hormonaux : andro/oestrogènes, spironolactone
– Psychoactifs : neuroleptiques, phénothiazines, antidépresseurs tricycliques
– Chimiothérapie à anti-alkylants
– ATB et antirétroviraux : isoniazide, kétoconazole, didanosine, indinavir…

Note : l’hyperplasie n’est pas toujours pathologique, il n’est en général pas nécessaire d’explorer autour de 3 périodes
– nouveau-né (oestrogènes transplacentaires) pour 2/3 d’entre eux
– entre 10 et 20 ans, avec un pic à 13 ans
– après 65 ans

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
Palpation mammaire Mammographie
  • Clinique

Palpation mammaire : tissu ferme, rugueux, centré par le mamelon

  • Paraclinique

Mammographie : opacité nodulaire ou triangulaire, étoilée

  • Diagnostic différentiel

Adipomastie ++ : prolifération graisseuse
Cancer du sein

3) PEC 1

A ) Bilan

La constatation d’une gynécomastie impose de réaliser le bilan suivant :

Bilan étiologique devant une gynécomastie
Clinique : recherche galactorrhée (pathologie à prolactine), palpation testiculaire (hypogonadisme)
Bio : Testostérone, hCG, estradiol (E2), LH, FSH, prolactine, T4L, TSH
 Imagerie : écho testiculaire

B ) Traitement

> Traitement étiologique (régression de la gynécomastie)

> Gynécomastie idiopathique

Androgènes non-aromatisables per-cutanés pendant 3 mois
En l’absence d’amélioration, possibilité de chirurgie mammaire

image_pdf

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.