Hématurie

!! FICHE NON RELUE !!

Uro Néphro
Fiche réalisée selon le plan OD
Item ECNi 257


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

!! URGENCES !!

Urgences étio / clinique
Tumeurs vésicales, GNRP

Déf : présence de > 10 hématies/mm3 d’urine à l’ECBU.

1) Etiologie 1

On distingue les causes urologiques (de l’urètre prostatique au fond des calices) des causes rénales (parenchymateuses).

  • Causes urologiques
Etio Clinique Paraclinique
IU Brûlures mictionnelles, pollakiurie ECBU
Prostatite aigüe Fièvre, dysurie, dl pelviennes, troubles de l’éjaculation ECBU, examen direct sur liquide prostatique
Tumeur (vésicale ou rénale, cancer prostatique) (selon type) Echo, autres
Lithiase Colique néphrétique ASP, écho
Polykystose ATCD fam., HTA, gros rein Echo
Nécrose papillaire (selon étio) (selon étio)
Tuberculose rénale Cystite, dl lombaire UIV, scanner
Bilhaziose urinaire Voyage ++, svt hématurie terminale à la phase d’état Examen parasito des urines
Autres (exercice physique important, trauma, ttt antico)
  • Causes parenchymateuses
Etio Clinique Paraclinique
Toute cause de néphropathie glomérulaire* SNA et HMR ++
GNRP
PBR
Néphrite interstitielle aiguë (rare) Interrogatoire

*Principales étiologies glomérulaires des hématuries :
Néphropathie à IgA ++
GNA post-infectieuse
– GNMP
– Glomérulonéphrite extra-capillaire
– Syndrome d’Alport

2) Orientation diagnostique 1

A) Clinique

> Anamnèse : ATCD personnels et familiaux d’affection/chirurgie urologique ou rénale

> Examen clinique complet avec prise de PA et touchers pelviens

> Caractéristiques cliniques des hématuries

Clinique Urologique Parenchymateuse
Terrain Age >50 ans, tabagisme (tumeur vésicale), origine Africaine (bilharziose), toxique Jeune (Berger), foyer infectieux récent (GNA)
Caillots +
Douleur lombaire Unilatérale Absente
Fièvre +
Hématurie Initiale (cervico-prostatique), terminale (vésicale) ou totale Totale

B) Paraclinique

> BU : dépistage

> ECBU +++ : c’est l’outil du diagnostic positif d’hématurie. En plus du comptage cellulaire, il permet :
– La recherche de cellules anormales : cylindre hématiques spécifiques d’une origine glomérulaire, hématies déformées orientant vers une origine glomérulaire
– L’élimination d’une fausse hématurie (Hburie, porphyrie, métronidazole, rifampicine, betteraves…)

> Bilan étiologique
Une fois le diagnostic d’hématurie confirmé, un bilan étiologique est réalisé : il fournit surtout des arguments pour une origine parenchymateuse. S’il est négatif (hématurie microscopique isolée, cas le plus fréquent) ou en cas d’hématurie macroscopique avec signes d’appel urologiques, plusieurs examens sont disponibles au choix pour l’exploration urologique.

Bilan de 1ère intention devant une hématurie
Bio : ProtU des 24h (à distance de l’épisode d’hématurie macro), créatininémie
Imagerie : Echo rénale et vésicale
Enquête étiologique urologique
Imagerie : Urographie IV, Cystoscopie, scanner des voies urinaires

Si les investigations urologiques sont négatives en l’absence stricte d’autres signes qu’une hématurie microscopique, la surveillance annuelle (clinique, ECBU, protU et DFG) suffit.

La PBR n’est pas systématique, on la réalise ssi
– Suspicion de GNRP (altération récente du DFG)
– Suspicion de néphropathie à IgA
– Modification du bilan urinaire ou sanguin lors du suivi annuel d’une hématurie microscopique isolée

C) Synthèse 0

haut de page

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !