Hémoptysie

Pneumo
Fiche réalisée selon le plan OD
Item ECNi 201


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

!! URGENCES !!

Etio / Clinique / Bio
Toute hémoptysie même minime est une urgence !

Déf : Saignement des voies respiratoires sous-glottiques, ± extériorisé lors d’un effort de toux. A différentier d’une origine digestive (hématémèse) ou ORL (épistaxis, saignement laryngo-pharyngé). 2 origines physiopathologiques :
– Circulation systémique +++ (95% des cas 0), par hypervascularisation dans le cadre d’une pathologie respiratoire sous-jacente.
– Circulation pulmonaire (= hémorragie intra-alvéolaire – HIA 0)

1) Etiologies 1

Moyen mnémo principales étios : Quand (cancer) Tu (Tuberculose) Dilates (DDB) Un Beau (EP) Coeur (cardiaque = OAP) Infecté (aspergillome)

Etiologie Clinique 0 Paraclinique
Cancer Signes généraux  
Tuberculose (séquelle / forme évolutive) ATCD, voyage  
Dilatation des bronches toux chronique avec suppuration TDM
EP Douleur thoracique Angio-TDM
OAP Crépitants bilatéraux des bases, orthopnée  
Infection (aspergillome ++, pneumonie)    
Autres causes rares *    
Hémoptysie cryptogénique = idiopathique (10-25%)    

* causes rares :
– médicaments / toxique (crack, anticoagulants, …)
vascularites, collagénose, sd de Goodpasture
– anévrisme pulmonaire et autres malformations artério-veineuses
– traumatisme
HTAP

2) Orientation diagnostique 1

! PEC symptomatique à faire en parallèle voire initialement si signes de gravité !

A) Clinique

Anamnèse : importance des ATCD pulmonaires et cardiaques

Clinique :
– Signes selon l’étiologie
– ± signes d’hémoptysie : chaleur rétrosternale, angoisse, chatouillement laryngé, sensation de goût métallique

B) Paraclinique

(la place des différents examens complémentaires n’est pas clairement définie…)

Radio thoracique : recherche des signes sur
– siège de la lésion
– type / étiologie

Scanner Thoracique (angio-TDM) : examen clé, permet d’établir une cartographie très précise

Endoscopie bronchique : surtout utile en cas
– de doute diagnostic
– doute sur la localisation (multiple lésions au scanner)
– présence d’une tumeur bronchique proximale

Artériographie bronchique : uniquement en cas d’embolisation

Autres examens ciblés selon l’étiologie : recherche de BK, dosage des D-Dimères, ECG…

Note : la survenue d’une hémoptysie chez un patient BPCO doit faire pratiquer un TDM + endoscopie systématiques à la recherche d’une cause sous-jacente (cancer notamment, la BPCO n’étant pas une cause d’hémoptysie)

C) Synthèse 0

(non réalisée, cf commentaire)

3) Traitement symptomatique 1

Toute hémoptysie, même minime, est à considérer comme une urgence (risque de récidive sous forme sévère)

  • Evaluation de la gravité de l’hémoptysie

Le risque principal est l’asphyxie.

Signes de gravité :
– hémoptysie abondante (>200mL)
– terrain : insuffisant respiratoire
– persistance malgré traitement vasoconstricteur
– signes de détresse respiratoire aigüe ou (plus rarement) de trouble hémodynamique 0

Bilan complémentaire systématique : NFS, groupe sanguin, bilan de coag, GdS

  • Principes thérapeutiques

Hospitalisation, O2-Thérapie, ± protection des VAS (si hémoptysie massive)

Traitement médical : agent vasoconstricteur IV (terlipressine)

Traitement endobronchique : possible injection pendant l’endoscopie bronchique d’adrénaline, ou de sérum glacé

Embolisation artérielle bronchique (référence thérapeutique)

Chirurgie « de l’hémostase0  » : lobectomie voire pneumectomie (traitement radical envisageable « à froid », ou « à chaud » en cas d’échec de l’embolisation, si la fonction respiratoire le permet)

2 réflexions au sujet de « Hémoptysie »

  1. CEP 2015 : « Malgré la fréquence des hémoptysies, il persiste beaucoup de zones d’ombres dans les modalités de prise en charge diagnostique et thérapeutique, qui est largement fondée sur des bases empiriques et des organisations locales »
    => bref, compliqué de faire une synthèse diagnostique !

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !