Les nerfs crâniens

Neuro


Dernières mises à jour
Sources

1) Le nerf olfactif (I) 1

Nerf sensitif 0. Il intervient dans l’olfaction.
Ce n’est pas à proprement parlé un nerf cranien (pas de gaine de Schwann) mais une évagination du cerveau.

  • Sémiologie

Une atteinte du nerf olfactif retrouve : 
– Une diminution (hyposmie) ou une perte (anosmie) de l’odorat 
– Rarement une exagération de la perception des odeurs (hyperosmie) 0
– Des hallucinations olfactives 0
– une altération du goût des aliments (seule est préservée la sapidité : perception du sucré, du salé, de l’amer et de l’acide)

  • Etiologies

– Altération de la muqueuse nasale (rhinite, etc.)
– Traumatismes crâniens
– Tumeur de l’étage antérieur (méningiome olfactif 0)
– Anosmie congénitale 0

  • Exploration

Qualitatif : sujet les yeux fermés, présenter devant chaque narine séparément (en bouchant l’autre) de petits flacons contenant des substances odorantes (lavande, ail, menthe…) ; Eviter les substances irritantes (éther, ammoniac) qui risquent de stimuler d’autres terminaisons nerveuses que celles du nerf olfactif.

Quantitatif : Olfactométrie 0

2) Le nerf optique (II) 1

 Nerf sensitif 0. Il intervient dans la vision.
Ce n’est pas à proprement parlé un nerf crânien (pas de gaine de Schwann) mais une évagination du cerveau.

  • Sémiologie

Une atteinte du nerf optique retrouve :
– Acuité visuelle : diminution de l’acuité visuelle (amblyopie), absence de toute perception lumineuse (amaurose) ; trouble de la perception de couleurs (dyschromatopsie)
– Champ visuelle : perte de la vision dans un hémichamp ( hémianopsie) ; lacunes affectant le champ visuel central (scotomes)

  • Etiologies0

– Causes infectieuses, tumorales, traumatiques, iatrogènes.

  • Exploration :

– acuité visuelle : Echelle de Monnoyer (vision de loin); Echelle de Parinaud (vision de près)
– champ visuel : On l’étudie au lit du malade grâce aux doigts de l’examinateur ou à des boules. Cet examen peut être complété par une étude campimétrique grâce à l’utilisation de différents appareils (appareil de Goldman) 0

3) Les nerfs oculomoteurs (III, IV et VI) 1

Ils sont tous les trois des nerfs moteurs. Innervent les muscles de l’œil.

  • Sémiologie

Une atteinte de ces nerfs est à l’origine de paralysies oculomotrices (ou ophtalmoplégies). On distingue :
– Ophtalmoplégie nucléaires (atteinte des noyaux oculomoteurs) ou tronculaires (atteinte du tronc nerveux)
– Ophtalmoplégie supra-nucléaires (atteinte des centres de commande oculomotrice)
– Ophtalmoplégie internucléaires (atteinte du faisceau longitudinal médian)

Atteintes nucléaires et tronculaires :

⇒ L’atteinte du noyau ou du tronc du III :
– un strabisme externe (déviation du globe oculaire en abduction);
– Une impossibilité ou limitation des mouvements oculaires en adduction, en haut et en bas;
– Un ptosis (chute de la paupière supérieure)
– Une mydriase (dilatation de la pupille : le III comporte un contingent végétatif, parasympathique), qui peut être réactive à la lumière, ou aréactive

⇒ L’atteinte du noyau ou du tronc du VI :
– Un strabisme interne (déviation de l’œil en adduction)
– Impossibilité ou limitation des mouvements oculaires en abduction

‍⇒ L’atteinte du noyau ou du tronc du IV :
– limitation des mouvements oculaires vers le bas lorsque l’œil est en adduction
– +/- inclinaison compensatoire de la tête vers l’épaule du côté sain, parfois douloureuse : « torticolis oculaire »)

Atteintes supra-nucléaires :

– Les paralysies de la latéralité
– Les paralysies de la verticalité (Syndrome de Parinaud)

Atteintes internucléaires :

– Déconjugaison des yeux dans le regard latéral : l’œil en abduction est animé d’un nystagmus, tandis que l’autre œil ne passe pas la ligne médiane (atteinte du faisceau longitudinal médian)
– les globes oculaires peuvent converger (témoigne de l’intégrité du noyau du III)

  • Exploration

– Examen clinique minutieux 0
– Test de LANCASTER

4) Le Nerf trijumeau (V) 1

Nerf moteur et sensitif. C’est le nerf de la sensibilité de la face et de la mastication.

  • Sémiologie

Une atteinte de ce nerf retrouve :
Des douleurs ++ (névralgie du trijumeau ou névralgie faciale) :
. fulgurante, d’une intensité atroce survenant en salve de quelques secondes par décharge électrique
. déclenchée par la parole, la mastication, le brossage des dents ou le simple contact par effleurement d’une zone gâchette (le sourcil pour le V-l, le pli naso-génien pour le V-2, le menton pour le V-3)
– Des paresthésies, une hypoesthésie ou une anesthésie
– Une bouche oblique ovalaire (déficit de la contraction massétérine et de la diduction)

  • Exploration :

– Exploration de la sensibilité en faisant reconnaître au patient les yeux fermés, la nature de l’objet doux ou piquant qui le touche ( Toucher le haut du sourcil, la joue, la mandibule avec l’objet)
– Exploration de la motricité en appréciant le tonus de masséter à la contraction de celui-ci.

5) Le nerf facial (VII) 1

Le nerfs facial proprement dit est un nerf moteur. Il est accompagné par un nerf sensitivo-sensoriel, le nerf intermédiaire de Wrisberg (VII bis).

  • Sémiologie

Un déficit du nerf facial retrouve :

La paralysie faciale périphérique :
–  asymétrie de la face au repos ( côté atteint : effacement des rides du front ; élargissement de la fente palpébrale ; effacement du pli naso-génien ; chute de la commissure labiale.) Mais parfois paralysie bilatérale
–  lors des mouvements volontaires : Occlusion incomplète de l’œil avec le signe de Charles Bell ; le signe des cils de Souques ; la bouche attirée vers le côté sain lorsque ouverte ; la langue tirée dévie vers le côté paralysé ; le patient ne peut ni souffler ni siffler ; dysarthrie avec écoulement salivaire

Hémispasme facial après régression de la paralysie ou parfois en dehors de toute paralysie ( blépharospasme et mouvements d’attraction de la commissure des lèvres)

  • Etiologies  0

– Lésions vasculaires, tumorales, infectieuses
– Traumatismes
– Maladies générales : sarcoïdose, sclérose en plaque, polyradiculonévrite aiguë, périartérite noueuse

  • Exploration

Examen clinique minutieux 0

6) Le nerf cochléovestibulaire (VIII) 1

Nerf sensitif. Il intervient dans l’audition et l’équilibre.

  • Sémiologie

Une atteinte du nerf cochléaire retrouve :
– Une surdité ou hypoacousie, dite de perception (par opposition à la surdité de transmission, par atteinte de l’oreille moyenne)
– Des acouphènes

Une atteinte du nerf vestibulaire retrouve :
– Un vertige accompagné nausées et vomissements
– Des troubles de l’équilibre ( signe de Romberg labyrinthe, parfois station debout impossible)
– Des troubles de la marche (démarche  ébrieuse, marche aveugle  »en étoile » ; parfois marche impossible )
– Un nystagmus

  • Etiologies  0

– Lésions tumorales, infectieuses, vasculaires
– Traumatismes

  • Exploration  

– Audiogramme et potentiels évoqués auditifs
– Epreuve de marche et de station debout

7) Les nerfs glossopharyngien (IX), vague (X) et spinal (XI) 1

Mixtes, nerfs de la déglutition et de la phonation (Nerf spinal purement moteur). Le nerf vague intervient dans la régulation des fonctions cardiaques, digestives, et endocriniennes. 0

  • Sémiologie

Signes communs :
– troubles de la déglutition
– troubles de la phonation : voix nasonnée
– signe du rideau : déplacement vers le haut et le côté sain de la paroi postérieure du pharynx lorsque le patient prononce la lettre « A »
– abolition du réflexe du voile

Un atteinte isolée du nerf :
– IX retrouve :  douleur unilatérale paroxystique de la loge amygdalienne provoquée par les mouvements de déglutition.
– X retrouve une voix bitonale; Irritation digestive; troubles de la cardiomodération.
– XI retrouve : faiblesse de la rotation de la tête vers le côté sain (mieux appréciée lors du mouvement contrarié) et faiblesse de l’élévation de l’épaule.

  • Etiologies  0

– Atteintes du trou déchiré postérieur ++

  • Exploration

– Examen clinique minutieux 0

8) Le nerf hypoglosse (XII) 1

C’est le nerf moteur de la langue.

  • Sémiologie

Une atteinte de ce nerf retrouve :
– une déviation de la langue vers le côté paralysé, lors de la protraction , vers le côté sain quand elle est dans la bouche.
– une amyotrophie de l’hémi langue et des fasciculations en cas d’atteintes sévères.

  • Etiologies  0

– atteintes du bulbe
– atteintes de la base du crâne

  • Exploration  0

Examen clinique minutieux.

9) Synthèse 0

Nom Nature Rôle
I Nerf Olfactif Sensitif Perception des odeurs
II Nerf optique Sensitif Vision
III Nerf oculomoteur commun Moteur Innerve le releveur de la paupière supérieure, les muscles oculomoteurs sauf le droit externe  et le grand oblique, le constricteur de l’iris et la partie annulaire du muscle ciliaire
IV Nerf trochléaire Moteur Innervation du grand oblique
V Nerf trijumeau Mixte Sensibilité de la face et mastication
VI Nerf abducens Moteur Innervation du muscle droit externe
VII Nerf facial Moteur ( le VII bis est mixte) Motricité faciale
VIII Nerf cochléovestibulaire Sensitif Audition et Equilibre
IX Nerf glossopharyngien Mixte Déglutition et phonation
X Nerf vague Mixte Cardiomodérateur; hypotenseur; régulation de l’activité de certaines glandes (digestives, thyroïde, pancréas, surrénale) ; Déglutition et phonation
XI Nerf spinal Moteur Déglutition et phonation
XII Nerf hypoglosse Moteur Fonction motrice de la langue

 

 

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.