Lymphome gastrique primitif

! Fiche non-relue par un tiers !

OncoHGE
Fiche réalisée selon le plan MGS
Items ECNi 300 et 316


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

1) Généralité 1A

Epidémio : 3 % des tumeurs gastriques, 1ère localisation extra-ganglionnaire de lymphome non-Hodgkinien (pour les localisations ganglionnaires, voir Lymphome systémique)

Type anapath : 2 types
– Lymphome gastrique du MALT à petites cellules, bas grade
– Lymphome B diffus à grandes cellules (haut grade)

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
± Dysphagie, vomissements, hémorragie Endoscopie avec biopsies : lésions pseudo-inflammatoires ou tumorales (MALT), ou grande tumeur ulcérée (grandes cellules)

A ) Clinique

Facteurs de risque : infection à H. Pylori pour le lymphome de type MALT (> 90 % 1B)

Clinique (cf. ADK gastrique) : dysphagie, vomissements, hémorragie (les lymphomes du MALT sont souvent asymptomatiques).

B ) Paraclinique

Endoscopie avec biopsies multiples
– Lymphome du MALT : lésions pseudo-inflammatoires ou tumorales
– Lymphome à grandes cellules : tumeur volumineuse et ulcérée

Histologie 1B
– 2e lecture systématique (réseau labellisé « Lymphopath »)
– Nécessite des techniques d’immunohistochimie, et souvent de biologie moléculaire

C ) Diagnostic différentiel

Adénocarcinome gastrique
Tumeur stromale gastrique (GIST)
Tumeur endocrine
Polype gastrique

3) Evolution 1A

Les lymphomes de type MALT ont une évolution très lente, les lymphomes à grandes cellules sont plus agressifs.

Les formes localisées (N0) de lymphome du MALT guérissent dans 70 % des cas après traitement de l’infection à HP.

4) PEC 1A

Formes locales (N0) de lymphome du MALT : éradication de H. Pylori

Lymphome à grandes cellules : polychimiothérapie

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.