Métastase osseuse

! Fiche non-relue par un tiers !

OncoRhumatoOrthopédie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 304


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

1) Généralité 1A

Epidémio : le squelette est le 4e site métastatique après les ganglions, les poumons et le foie ; 1ère tumeur osseuse après 50 ans.

Cancers primitifs par ordre de fréquence (mais tout cancer peut donner des métastases osseuses! 1B)
Sein
Prostate
Poumon
Rein
– Thyroïde

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Primitif connu ou non (sein > prostate > poumon)
Sièges les plus fréquents : rachis thoracique ou lombaire, bassin, côtes, mandibule > maxillaire au niveau facial
Imagerie : aspect lytique, condensant ou mixte (orientant vers certains primitifs mais aspécifique)

A ) Clinique

Circonstances de découverte
– Primitif connu : bilan d’extension ou suivi
– Primitif inconnu : métastase révélatrice (interrogatoire et examen clinique orientés sur la recherche des signes des cancers les plus fréquemment en cause, de leurs FdR)

Sièges les plus fréquents : rachis lombaire et thoracique (notamment au-dessus de T7 0), bassin, côtes, sternum, fémurs, humérus et crâne 1A, mandibule > maxillaire au niveau facial 1C

Les métastases osseuses sont souvent multiples, mais pas toujours symptomatiques.

Signes physiques
– Syndrome lésionnel : douleur à la percussion, rougeur ou induration du tégument
– Complications neurologiques (siège vertébral ++) : syndrome lésionnel et/ou sous-lésionnel (cf. rachialgies)
– Signes liés à la lésion primitive : inspection, palpation avec touchers pelviens

B ) Paraclinique

Imagerie : la radiographie (1ère intention) montre des critères de malignité (cf. Tumeur osseuse : image multiple avec limites floues, atteinte corticale, appositions périostées plurilamellaires ou spiculées).

Tous les aspects sont possibles (ostéolyse ou condensation, ou aspect mixte), et aucun n’est spécifique, mais ils ont tout de même valeur d’orientation sur le primitif.

Aspect en imagerie Orientation sur le primitif
Ostéocondensation pure Prostate (mais 25 % des méta osseuses de cancer prostatique sont lytiques)
Aspect mixte Sein
Poumon
Nombreux autres
Ostéolyse pure Sein
Rein
Thyroïde

Histologie : réalisée en dernier ressort, si elle est facilement accessible, et s’il n’y a pas de métastase cutanée ou viscérale plus facilement biopsiable

C ) Diagnostic différentiel

Tumeurs osseuses primitives

3) Evolution 1A

Pronostic vital toujours péjoratif (aggravé si le primitif est inconnu 0)

4) PEC 1A

A ) Bilan

Bilan biologique
– Examens ‘courants’ (peu rentables en dehors des syndromes paranéoplasiques – cancer du poumon surtout), bilan phospho-calcique (hypercalcémie, plusieurs mécanismes possibles)
– Recherche du primitif (systématique) : CA 15-3 et CA 125 chez la femme, dosage PSA chez l’homme
– Recherche du primitif (selon le contexte) : α-FP et β-hCG (tumeur germinale non-séminomateuse du testicule chez le sujet jeune)
– Autres (intérêt plutôt dans le suivi que dans le diagnostic) : CA 19-9, NSE, CYFRA 21-1, thyroglobuline…

Bilan d’extension : TDM thoraco-abdo-pelvienne = référence pour la recherche du cancer primitif et d’autres localisations secondaires ; le TEP-scan est également pertinent

Note : la recherche étiologique échoue dans 20 à 40 % des cas, ces métastases sont prises en charge sans connaissance du cancer primitif

B ) Traitement

> PEC symptomatique, prévention des complications

Antalgiques de palier adapté
Prévention des complications thrombo-emboliques

Mise en décharge des zones lytiques (risque fracturaire), repos pour les atteintes vertébrales
Stabilisation des lésions menaçantes (fracture, compression neuro) par voie chirurgicale ou percutanée (cimentoplastie).

> Traitement anti-tumoral

Chirurgie d’exérèse (rare) : uniquement pour une métastase apparemment unique, extirpable chirurgicalement et satellite d’un cancer que l’on espère pouvoir maîtriser.

Radiothérapie externe
– En complément à la chirurgie, ou pour un foyer non-chirurgical
– Foyer douloureux ou menaçant du point de vue neurologique

Hormonothérapie : méta osseuses de cancers du sein ou de la prostate

Radiothérapie isotopique
– Iode radioactif : cancer thyroïdien curable après thyroïdectomie ± chirurgie de réduction et stimulation par TSH
– Strontium 89 : métastases hormonorésistantes du cancer de la prostate

Chimiothérapie : indications
– Métastases hormonorésistantes de cancer du sein
– Cancer du poumon à petites cellules
– Tumeurs germinales

> Traitement palliatif

Poursuite du traitement antalgique, co-analgésiques
– AINS souvent efficaces
– Neuroleptiques et anticonvulsivants dans les douleurs neurogènes
– Anxiolytiques et antidépresseurs également utiles dans ce contexte

Réduction du risque d’événements osseux (douleur, fracture, compression neurologique) et d’hypercalcémie : injections mensuelles de biphosphonates IV (zolédronate 4 mg) ou d’anticorps monoclonaux SC anti-RANK / RANK-L (dénosumab 120 mg)

Gestes de stabilisation
– Corset rigide : pour reverticaliser un patient avec méta osseuses rachidiennes
– Chirurgie palliative si l’espérance de vie est estimée suffisante : décompression par laminectomie ou corporectomie ; ostéosynthèse préventive ou curative de fracture ; prothèse avec ou sans exérèse partielle
– Vertébroplastie (injection de ciment chirurgical dans le corps vertébral) ou kyphoplastie (injection de ciment après expansion par ballonnet du corps vertébral) à visée antalgique

PEC psychologique, thérapeutiques non-médicamenteuses

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.