Urticaire aiguë (OD)

Dermato
Fiche réalisée selon le plan OD


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire

!! URGENCES !!

Clinique
Anaphylaxie

Déf 1 : Urticaire évoluant depuis moins de 6 semaines, souvent la première manifestation. On distingue
urticaire superficielle : éruption cutanée prurigineuse, faites de lésions migratrices et fugaces (<24h) sous forme de papules érythémateuses. Apparition souvent brutale et disparition sans laisser de traces.
angio-oedème (= urticaire profonde) : Oedeme hypodermique réalisant une tuméfaction ferme mal limitée et douloureuse. Touche préférentiellement les paupières, lèvres, extrémités, souvent de manière symétrique.

Remarque 4 : il existe quelques formes particulières
– Urticaire annulaire : lésions polycycliques d’extension centrifuge avec guérison centrale
– Urticaire ecchymotique chez l’enfant
– Œdème de Quincke : angio-edème grave qui touche les muqueuses de la sphère ORL et la région du cou 1B

1) Etiologies 

  • Allergie vraie 1

Réaction immunologique : principalement hypersensibilité de type 1 = IgE dépendant
– Nécessite une sensibilisation préalable
– Réaction aiguë, survenant dans les minutes à 2 h suivant l’exposition allergénique
– Régresse dans les heures suivantes (une urticaire > 24h n’est souvent par allergique)

EtiologieCliniqueParaclinique
Alimentaire (trophallergène)arachide, noix, poisson, crustacé, œuf, lait... Test allergo
Médicamenteuse-antibiotiques (B-lactamine, sulfamide), curares, PdC iodés, AINS...Test allergo
De contact 4Protéines du latex, chenilles processionnaires, produits capillaires (PPD), produits cosmétiques (paraben), additifs de farineTest allergo
VeninPiqure d'hyménoptèreTest allergo

Pour plus de détails, cf liste des substances allergènes

  • « Fausse » allergie 1

Réaction non immunologique = « non allergique »
– Amines biogène : histamine ++ (apport exogène ou histaminolibération), tyramine
– Acétylcholine, bradykinine

EtiologieCliniqueParaclinique
Alimentaire 4,6- Prise d'aliments riches en histamine/tyramine ou histaminolibérateurs
- Possible troubles dyspéptiques post-prandiaux
(enquête alimentaire)
Médicamenteuse- Prise de médicaments histamino-libérateurs
- possible angio-oedèmes récidivants lèvres ou sphère ORL
(enquête sur les prises médicamenteuses)
De contact 4- Parfum, arome, conservateur, animaux et végétaux
- Urticaire localisé !
-

Pour plus de détails, cf liste des substances allergènes

  • Post-infectieux 1
EtiologieCliniqueParaclinique
Infection viralecontexte infectieux : VHB, MNI, CMV...(+/- séro)
  • Remarque : diagnostic différentiel 0

Les diagnostics différentiels de l’urticaire concernent toutes les lésions d’aspect urticarien mais ayant un caractère fixe, persistant + ++ ou étant non prurigineuses ++

DD des plaques urticariennes isolées :
– Toxidermie maculo-papuleuse 1
– Exanthème viral
– Erythème polymorphe 4

DD de l’angiodème :
– Eczéma aigu du visage (suintement ++)  1
– Œdème de contiguité : unilatéral (sinusite, furoncle)
– Œdème systémique (syndrome néphrotique, insuff cardiaque), syndrome cave supérieur

Remarque : ne pas oublier les manifestations initiales d’une forme chronique pouvant entraîner des complications aigüe, notamment l’urticaire aquagénique

 2) Orientation diagnostique 

A) Clinique 1

Anamnèse : recherche de signes étiologiques (cf tableau). En particulier, la chronologie et la recherche d’un facteur déclenchant.

Clinique : Le gonflement des lèvres ou de la sphère oro-pharyngée oriente chez l’enfant vers une cause alimentaire, et chez l’adulte vers un angio-œdème médicamenteux

B) Paraclinique 1

– Aucun bilan systématique en cas d’urticaire aigue
Explorations allergologiques uniquement si suspicion d’allergie vraie et/ou anaphylaxie

Remarque : Le bilan est le plus souvent négatif et ne doit pas être répéter !

C) Arbre décisionnel 0

Urticaire aigüe

3) Traitement symptomatique

!! Recherche de signes évoquant une complication grave : l’anaphylaxie  !!

En cas d’urticaire superficielle isolée 1
– AntiH1 PO pendant 1 semaine

En présence d’une urticaire superficielle avec angio-oedème sans atteinte muqueuse ni systémique 1 :
– AntiH1 PO pendant 1 semaine
– Un traitement par corticoides systémique n’est pas recommandé (risque de rechute et d’induire une corticodépendance)

En cas d’anaphylaxie : cf fiche anaphylaxie

haut de page

Fiche réalisée par C. Surinach, CCA en dermatologie à Nîmes, et relue par :
– T. Higel, interne de médecine générale (21 déc. 2014)
Participez vous aussi à l’élaboration de MedG ! (en savoir plus)

Une réflexion au sujet de « Urticaire aiguë (OD) »

  1. La définition de l’oedème de Quincke diffère selon les sources :
    – angio-oedeme
    – angio-oedeme grave touchant la face et le cou
    – angio-oedeme grave touchant la face et le cou dans le cadre d’une anaphylaxie

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !