Rickettsioses à tiques (groupe boutonneux)

Infectieux
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 169


Dernières mises à jour
 
Sources
 
Sommaire

1) Généralité 2

Déf : Zoonose transmise par la tique et due aux bactéries intracellulaires de la famille de Rickettsiaceae.

Type : On distingue plusieurs entités cliniques selon le type de bactérie
fièvre boutonneuse méditerranéenne (FBM), Rickettsia conorii
scalp eschar associated with neck lymphadenopathy after tick bite (SENLAT) ; Rickettsia slovaca
Lymphangitis associated Rickettsia (LAR) ; Rickettsia mongolitimonae

Epidémiologie : données françaises,
–  espèces présentes sur le pourtour méditerranéen lors de la saison estivale et au printemps
– incidence annuelle de la FBM  estimée en 2009 à 50 cas/100 000 habitants (Marseille)
– Entre janvier 2002 et décembre 2007 : 86 cas de SENLAT diagnostiqués au Centre National de Référence des Rickettsies (CNR)

Agent étiologique : Vecteurs en France : tiques dures ( Rhipicephalus et Dermacentor++). L’agent de la FBM est une tique du chien1

2) Diagnostic 2

Clinique Paraclinique
escarre d’inoculation au site de la piqûre de tique Sérologie
PCR au CNR

A ) Clinique

Signe commun : escarre d’inoculation au site de la piqûre de tique (sauf typhus épidémique)

Signes spécifiques selon le type : 
– FBM : après 1 semaine d’incubation, triade fièvre + « tache noire » + éruption maculo-papuleuse diffuse ( paumes et plantes comprises) 1
– SENLAT : escarre (cuir chevelu) + céphalées, fébricule et adénopathies cervicales douloureuses
– LAR : traînée de lymphangite allant de l’escarre à l’adénopathie de drainage la plus proche (adénopathie douloureuse).

B ) Paraclinique

Sérologie : positive à distance du début des symptômes. Si négatif, répéter 3 semaines plus tard.

PCR Rickettsia : sur biopsie cutanée ou sur écouvillon de l’escarre d’inoculation (réalisé au CNR)

C ) Diagnostic différentiel

Autres zoonoses transmises par les tiques :
Borréliose de Lyme
– Méningoencéphalites à tiques
Tularémie
Babésiose
– Anaplasmose granulocytaire humaine

3) Evolution 2

– Evolution souvent favorable. Cependant, existence de formes sévères  avec CIVD et défaillances multi viscérales (comorbidités :diabète, éthylisme, sénescence, déficit en G6PD)
–  SENLAT : disparition lente (plusieurs semaines) des adénopathies cervicales et de l’asthénie
– Pas d’argument en faveur d’un éventuel passage à la chronicité à ce jour

4) PEC 2

A ) Traitement

– Doxycycline (200 mg/j chez l’adulte ; 4 mg/kg/j chez l’enfant), pour une durée de 7 jours
– Azithromycine 10 mg/kg/j pendant 3 jours : chez l’enfant de moins de 8 ans et la femme enceinte

B ) Prévention

Cf. fiche borréliose de Lyme.

image_pdf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.