Syndrome du nerf ulnaire au coude

Neurologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 93


Dernières mises à jour
– Janv. 2018 : relecture, publication (Thomas)
– Déc. 2017 : création de la fiche (Vincent)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : Neurochirurgie 1e édition 2016 – item 93 (référentiel de neurochirurgie – non disponible en ligne)
1B : CEN 4e édition 2016 – item 93 (référentiel de neurologie)


1) Généralité 

Déf 1A : compression du nerf ulnaire par l’arcade de Struthers (bande fibreuse entre la cloison intermusculaire médiale et le fascia tricipital) au niveau de la gouttière épitrochléo-olécrânienne. C’est le 2e syndrome canalaire le plus fréquent.

Etiologie 1B
– appui prolongé (séjour en réa, coma),
– cal osseux (fractures anciennes du coude)

2) Diagnostic

Clinique Paraclinique
Syndrome neurogène périphérique systématisé au territoire tronculaire ulnaire
ENMG : bloc de conduction ± dégénérescence axonale

On retrouve les signes classiques des syndromes canalaires 0, avec les particularités suivantes :

Signes sensitifs 1A
– Paresthésies du territoire ulnaire (4e et 5e doigt), hypoesthésie
– ± Signe de Tinel à la gouttière épitrochléo-olécrânienne

Signes moteurs 1B
– Déficit des muscles interosseux (mais respect du fléchisseur ulnaire du carpe)
– Amyotrophie des espaces interosseux et de l’éminence hypothénar

Les formes évoluées se présentent parfois avec une griffe ulnaire (extension MCP, flexion des interphalangiennes des 4e et 5e doigts) 1A

3) PEC 1A

Traitement chirurgical (libération ± transposition du nerf ulnaire) dans les formes persistantes

image_pdf

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.