Traumatismes oculaires

!! FICHE NON RELUE !!


Ophtalmologie
Fiche réalisée sans plan prédéfini
Item ECNi 329


Dernières mises à jour
Sources


Par souci de lisibilité, aucune image n’est insérée dans cette fiche. Vous pourrez trouver des ressources visuelles sur la page Bases en ophtalmologie et la publication du COUF (voir sources)

1) Contusions 1

Elles ont en commun la douleur et une diminution variable de l’AV

A ) Contusions du segment antérieur

Cornée :
Clinique : érosion superficielle après instillation de fluorescine
Complications : kératite microbienne de surinfection
Traitement : collyre et/ou pommade antibiotique (e.g. gentamycine). Inefficacité des collyres cicatrisants

Conjonctive :
Clinique : hémorragie sous-conjonctivale, souvent associée à une plaie ou un CE

Chambre antérieure :
Clinique : hyphéma = hémorragie (niveau de liquide visible) de la chambre antérieure immédiatement après le traumatisme, évoluant généralement vers la résorption.
Complication : récidive hémorragique, voire infiltration hématique de la cornée = hématocornée irréversible dans les formes massives

Iris :
Iridodialyse post-traumatique = désinsertion de la base de l’iris
Rupture du sphincter de l’iris (déchirure au bord interne de la pupille)
Mydriase post-traumatique avec diminution du RPM

Cristallin :
Clinique : les ruptures complètes et incomplètes du zonule entrainent respectivement une luxation complète ou incomplète du cristallin jusque dans la chambre antérieure
Complication : cataracte contusive d’apparition tardive

Angle irido-cornéen : repéré à la gonioscopie
Complication : hypertonie oculaire

B ) Contusions du segment postérieur

Œdème rétinien du pôle postérieur = œdème de Berlin
Guérison spontanée en général
Ou constitution d’un trou maculaire avec diminution de l’AV sévère et définitive

Hémorragie intra-vitréenne par rupture vasculaire rétinienne traumatique
Résorption spontanée en général
Si l’hémorragie empêche la visualisation de la rétine, on pratique une échographie B à la recherche d’un décollement de rétine

Déchirures rétiniennes périphériques
Complication : décollement de rétine jusqu’à plusieurs mois après trauma
Traitement : photocoagulation prophylactique au laser

Ruptures de la choroïde
Complication : diminution définitive d’AV ssi la rupture siège en regard de la macula

C ) Ruptures du globe oculaire

Lors de traumas très violents, les zones de faiblesse peuvent se rompre (limbe scléro-cornéen, rupture sclérale radiaire), provoquant des hémorragies sous-conjonctivales et intra-vitréenne. Le pronostic est très mauvais.

Exploration chirurgicale en urgence en cas de doute

2) Traumatismes perforants 1

Etiologies : AVP, accidents du travail, accidents domestiques

Clinique : plaies larges évidentes (mauvais pronostic) ou petites plaies de la cornée ou de la sclère, moins graves.

Complications :
– Décollement de rétine, atrophie du globe oculaire ou cécité complète dans les formes les plus graves
– Lésions de l’iris et du cristallin associées dans les plaies cornéennes. Risque d’ophtalmopathie sympathique en cas de plaie du cristallin

Bilan et traitement
Test à la fluorescine à la recherche d’une plaie perforante ou d’un ulcère de cornée (signe de Seidel)
+/- Exploration chirurgicale en urgence pour la recherche et la suture d’une plaie du globe ou s’il existe une plaie du cristallin associée

3) Corps étrangers 1

On oppose deux tableaux classiques : les CES des CEIO

CE Superficiel CE Intraoculaire
Circonstances : meulage… Circonstances : agressions par grenaille de plomb, accidents de bricolage avec projection métallique
Symptomes unilatéraux type conjonctivite ou kératite superficielle
CE souvent visible, cornéen, conjonctival ou sous-palpébral (retourner les paupières ++)
Porte d’entrée visible, cornéenne ou sclérale (+/- masquée par l’hémorragie sous-conjonctivale), souvent punctiforme
+/- CE visible sur l’iris, le cristallin, l’angle iridocornéen ou la rétine
Ablation avec une aiguille à CE
Pansement occlusif 24-48h
ATB locaux
Extraction chirurgicale

Il faudra pratiquer des examens d’imagerie au moindre doute sur l’existence d’un CEIO (ces examens auront valeur médico-légale ++) :
– Rx orbitaire de face + cliché de Blondeau systématiques
– Echographie B : pour confirmer une image radio ou trouver un CE radio-transparent
– Confirmation TDM possible, mais IRM contre-indiquée

Un CEIO peut se révéler ou se compliquer (même après extraction pour certaines) par :
– Endophtalmie = infection intraoculaire jusqu’à cécité compète
– Décollement de rétine plus sévères que ceux des contusions
– Cataracte traumatique
– Ophtalmie sympathique : uvéite auto-immune de l’œil contro-latéral, à distance
– Sidérose : atteinte rétinienne toxique au fer
– Chalcose : atteinte rétinienne toxique au cuivre avec anneau cornéen de Kayser-Fleisher (idem maladie de Wilson)

Fiche réalisee par Vincent, externe à Rouen
Participez vous aussi à l’élaboration de MedG ! (en savoir plus)

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !