Vaccinations

Infectiologie
Fiche réalisée sans plan prédéfini
Item ECNi 143


Dernières mises à jour
Sources

Définition : la vaccination est une immunoprophylaxie active (par opposition aux sérothérapies), stimulant la réponse immunitaire adaptative en vue d’éviter la survenue d’une maladie ou d’en atténuer son expression.

1) Classification des vaccins 1

On distingue les vaccins vivants atténués et les vaccins inertes :

VACCINS VIVANTS ATTENUES VACCINS INERTES
Protection rapide et prolongée
Rappels souvent non-nécessaires
Risque de mal. Inf. vaccinale (CI si immunodépression ou grossesse)
Immunogénicité plus faible, courte durée
Rappels ++
Pas de CI

Vaccins vivants atténués (=virulence diminuée)
> Cible virale : ROR, fièvre jaune, VZV, rotavirus
> Cible bactérienne : BCG (vaccin entier)

Vaccins inertes (=agent inactivés ou composants isolés)
> Cible virale :
Entier : grippe, poliomyélite, hépatite A, encéphalite japonaise et à tique, rage
Sous-unitaires : HBV, HPV
> Cible bactérienne :
Entier : leptospirose
Anatoxine : diphtérie, tétanos
Polysaccharides capsulaires non-conjugués : pneumocoque 23-valences, méningocoque AC
Polysaccharides capsulaires conjugués : pneumocoque 13-valences, méningocoque C et ACYW135, H. influenzae type B

Notes concernant les vaccins inertes :
– Les polysaccharides non-conjugués sont peu immunogènes et ne préviennent que les infections invasives. Les polysaccharides conjugués (= liés à une protéine) sont plus immunogènes et permettent d’éliminer un portage (e.g. pharyngé pour le pneumocoque)
– Nécessité quasi-constante d’utiliser des adjuvants pour activer le système immunitaire : dérivés d’aluminium ++, émulsions huile/eau ou encore dérivés de LPS bactérien. Leur innocuité est bien établie.

2) Modalité des vaccinations 

  • Calendrier vaccinal 2

Les recommandations françaises sont actualisées chaque année par l’InVS, le bulletin 2016 dont sont extraits les prochains tableaux est disponible intégralement ici.
Les recommandations spécifiques concernant le rattrapage vaccinal, les vaccinations en milieu professionnel et d’autres cas particuliers ne sont pas développées ici.

Calendrier vaccinal et rattrapages chez l’enfant en population générale

Calendrier vaccinal chez l’enfant en population à risque

Calendrier vaccinal chez l’adulte

  • Rattrapage vaccinal : généralités 1

– Vaccination interrompue chez l’enfant : reprise à partir de la dernière dose pour arriver au nombre total de doses habituel, avec respect des intervalles selon le vaccin

– Vaccination non faite ou incertaine chez l’enfant ou l’adulte : reprise d’un schéma complet (on peut vérifier le dosage d’Ac anti-tétanos pour le statut anti-diphtérique et anti-tétanique)

  • Modalité pratique de vaccination 1

– On peut administrer tous les vaccins de manière simultanée en des sites d’injection différents
– Si différé, délai de 1 mois entre 2 vaccins vivants atténués viraux non-combinés
– Voie IM dans le deltoïde, ou sous-cutanée sauf le BCG (intradermique)
– Surveillance du patient 20 minutes en salle d’attente (détecter réaction anaphylactique)

3) Contre-indications et effets indésirables 1

Contre-indications définitives :
– Vaccins vivants chez les immunodéprimés*
– Fièvre jaune et grippe saisonnière si allergie à l’œuf

* La contre-indication porte sur les infections VIH avec lymphopénie profonde, et les greffes d’organe solide, mais pas les splénectomies. En cas d’allogreffe de moelle, le calendrier vaccinal est repris comme pour un nourrisson.

Contre-indications temporaires :
– Infection aiguë grave
– Vaccins vivants pendant la grossesse
– Vaccins vivants après une injection d’Ig récente < 3 mois hors Ig anti-rhésus

Effets indésirables bénins et fréquents
– Vaccins vivants : réplication de la souche produisant une infection à minima (réaction locale du BCG, épisodes fébriles différés pour le ROR ou la fièvre jaune…)
– Vaccins inertes et adjuvants : réaction inflammatoire localisée et fièvre, précoce < 48-72h

Effets indésirables graves et exceptionnels
– Réactions anaphylactiques
– Vaccins vivants : maladie infectieuse vaccinale chez l’immunodéprimé (« BCGite », varicelles disséminées…)
– phénomène dysimmuniaire (sd de guillain-barré, narcolepsie) secondaire à tout évènement inflammatoire. A noter que ce risque est inférieur au risque de développer la maladie suite à l’infection elle-même.

haut de page

3 réflexions au sujet de « Vaccinations »

  1. L’InVS a maintenant fusionné avec l’Inpes, la nouvelle structure s’appelle Santé Publique France, et le calendrier vaccinal 2017 devrait être publié comme d’habitude en mars, la fiche sera probablement mise à jour rapidement.

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !