Hydrocèle et kyste de cordon

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 23 juillet 2019.

PédiatrieUrologieHGE
Fiche réalisée selon le plan MGS
Items ECNi 48

Dernières mises à jour
– Juillet 2019 : création de la fiche (Vincent)
Sources
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CNPU 7e édition 2017 – Pathologies courantes de la région inguino-scrotale et du pénis (référentiel des enseignants de pédiatrie – indisponible en ligne, lien vers l’édition 2014)
1B : CFU 4e édition 2018 – item 48 (référentiel d’urologie – indisponible en ligne)
1C : CERF-CNEBNM 2015 – item 48 (référentiel d’imagerie)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Diagnostics différentiels
3) Evolution
4) PEC
– A) Bilan
– B) Traitement

1) Généralité 1A

Déf : défaut de fermeture du processus vaginal (canal de Nück chez la fille, canal pelvinéovaginal chez le garçon) emportant seulement du péritoine avec communication de liquide péritonéal (par opposition à la hernie inguinale qui emporte une anse digestive et/ou un ovaire).

Note 1B : cette fiche traite surtout les formes congénitales. Chez l’adulte, les hydrocèles sont le plus souvent liés à une sécrétion excessive et idiopathique de liquide par le processus vaginal, mais peuvent aussi être réactionnelles (infection, cancer, trauma, torsion de cordon).


2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Tuméfaction scrotale à transillumination positive
Hydrocèle : englobe le testicule
Kyste du cordon : au-dessus et indépendant du testicule
± Echo : lame d’épanchement intra-vaginal, cristaux de cholestérol (hypoécho) si chronique

A ) Clinique

Le diagnostic est porté devant une tuméfaction scrotale transilluminable = liquidienne, englobant le testicule (hydrocèle) ou au-dessus et indépendant du testicule (kyste du cordon).

Chez l’enfant, cette tuméfaction est intermittente, de volume variable au cours du temps (communication péritonéale) 1A, réductible et souvent associée à une hernie inguinale, à l’inverse de l’adulte où elle est permanente, associée à une gêne esthétique / pesanteur, sans hernie inguino-scrotale associée 1B.

B ) Paraclinique

Le diagnostic est clinique, l’échographie est inutile 1A (mais « référence en cas de doute diagnostique » 1B, et souvent réalisée en pratique 1C)

Les signes échographiques comportent
– Une lame d’épanchement intra-vaginale et extra-testiculaire 1B, 1C
– En cas d’hydrocèle volumineuse tendue 1C : refoulement postérieur du testicule et de l’épididyme
– Hydrocèle chronique 1C : épanchement échogène (cristaux de cholestérol) avec ou sans cloisons
– ± Concrétions cholestéroliques intravaginales mobiles, ou épaississement nodulaire de la vaginale (nodule de pachyvaginalite) 1C

C ) Diagnostic différentiel 1C

Hernie inguinoscrotale
Oedème de la paroi scrotale (décompensation cardiaque droite ou hypoprotéinémie)


3) Evolution 1A

La régression spontanée est fréquente avant l’âge de 3 ans 1A (12-18 mois 1B), il n’y a donc pas d’urgence thérapeutique.

La PEC chirurgicale s’accompagne d’un risque de lésion du canal déférent. 1B


4) PEC 1A

A ) Bilan

Bilan pré-chirurgical si persistance après 3 ans 0

B ) Traitement

Abstention thérapeutique avant 3 ans

Hydrocèle congénital : PEC chirurgicale si l’anomalie persiste après l’âge de 3 ans 1A (12-18 mois 1B) : ligature du canal péritonéo-vaginal par voie inguinale ± traitement d’une hernie associée dans le même temps 1B.

Hydrocèle idiopathique chez l’adulte avec gêne fonctionnelle 1B : évacuation chirurgicale par voie inguinale, puis résection ou plicature de la vaginale




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.