Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Hypertrophie bénigne de la prostate

Adénomyofibrome de la prostate, HBP

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 13/03/19.

Urologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 123


Dernières mises à jour
Mars 2019 : relecture, publication  (Beriel et Thomas)
Janvier 2019 : Création de la fiche (Cécile)
Sources
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : Urologie – CFU 4e édition 2018 – Item 123 ( Référentiel d’Urologie)

1) Généralités 1

Déf : Hyperplasie glandulaire et stromale au sein de la zone de transition de la prostate, à l’origine d’une obstruction sous vésicale et d’un syndrome d’hyperréactivité vésicale.

Physiopathologie : Il s’agit d’un adénomyofibrome de la zone de transition située autour du col vésical et de l’urètre sous vésical. Le plus souvent bénin, il n’est démontré aucun lien avec le cancer de la prostate. L’hyperplasie correspond macroscopiquement à des nodules. Ces dernières entrainent une augmentation du volume de la prostate qui fait protrusion  dans l’urètre et parfois la vessie, donnant lieu à une obstruction sous vésicale (signes obstructifs). La protrusion et/ou l’inflammation chronique de la prostate provoquent une hyperréactivité vésicale.

Epidémiologie : Affection très fréquente, les principaux facteurs de risques sont l’âge et le statut hormonal.

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
Signes fonctionnels du bas appareil urinaire
Données du TR
Echographie réno-vésico-prostatique

A ) Clinique

  • Anamnèse

Terrain : Age > 50 ans

Signes fonctionnels

– Pollakiurie diurne et nocturne, urgenturie, nycturie, incontinence urinaire (phase de remplissage)
– Retard au démarrage, dysurie, jet faible, jet haché, miction par poussée, interruption de la miction (phase mictionnelle)
– Gouttes retardataires, sensation de vidange vésicale incomplète (phase post-mictionnelle)
– Dysfonction sexuelle : troubles de la libido, difficultés érectiles ou éjaculatoires)

N.B : Le retentissement des signes fonctionnels est évalué par le score IPSS (basé surtout sur la fréquence des symptômes)

  • Examen physique

Toucher rectal : Prostate augmentée de volume (> 20g), indolore, régulière, lisse, souple, avec une disparition du sillon médian.

B ) Paraclinique

Echographie réno-vésico-prostatique
– Retentissement sur le haut appareil (dilatation bilatérale des cavités pyélocalicielles, amincissement du parenchyme rénal, différenciation cortico-médullaire)
– Retentissement sur le bas appareil urinaire (diverticules vésicaux, lithiase vésicale, résidu post-mictionnel, hypertrophie détrusorienne)
– Volume prostatique

C ) Diagnostic différentiel

Cancer de la prostate : dosage des PSA, Biopsie prostatique + examen anatomopathologique

Autres
– Hypotonie détrusorienne (patient > 80 ans, résidu post-mictionnel > 300ml)
– Vessie neurologique
– Sténose de l’urètre d’origine infectieuse ou traumatique (AVP +/- fracture du bassin, sondage traumatique)
– Maladie du col vésical
– Infections
– Lithiases urinaires
– Tumeurs vésicales

3) Evolution 1

A) Histoire naturelle

Evolution imprévisible en l’absence de prise en charge adéquate. L’HBP peut être stable, ou évoluer progressivement/brutalement vers une aggravation des symptômes ou la survenue de complications.

B) Complications

  • Complications aigüe

– Rétention aigue d’urine
– Infections urogénitales (orchi-épididymite ou prostatite)
– Hématurie macroscopique initiale (éliminer les autres étiologies telles tumeur du rein ou vessie, lithiases urinaires ou infections)
– Insuffisance rénale obstructive aigue

  • Complications chronique

– Rétention vésicale chronique (indolore, avec mictions ou incontinence urinaire par regorgement)
– Lithiase vésicale de stase
– Insuffisance rénale chronique obstructive
– Hernie de l’aine (par efforts poussifs chroniques liés à la dysurie par HBP)

4) PEC 1

A ) Bilan initial

Dosage du PSA total sérique : Le PSA total augmente de 0,1 ng/ml par gramme d’HBP. Faire biopsie prostatique + examen anatomopathologique si PSA > 4 ng/ml

Examen cytobactériologique des urines (ECBU) : Mise en évidence du germe en cause.

Débimétrie : Pour étudier la dysurie (débit maximal inférieur à 10 ml/s et courbe aplatie vs courbe en forme de cloche et débit max entre 20 et 30 ml/s)

Créatininémie : Dépistage d’une insuffisance rénale chronique

Fibroscopie vésicale et/ou urétrale : Recherche d’une tumeur vésicale ( antécédent d’hématurie) et/ou d’une sténose de l’urètre respectivement.

Bilan urodynamique : En cas de suspicion d’une hypotonie détrusorienne 

B ) Traitement

  • PEC non médicamenteuse

Abstention/ surveillance (En cas d’HBP non compliquée, avec signes fonctionnels urinaires minimes ou modérés sans altération de la qualité de vie). L’abstention nécessite la mise en œuvre de mesures hygiéno-diététiques.

Mesures hygiéno-diététiques
– Réduction des apports hydriques après 18h
– Réduction de la caféine et de l’alcool
– Traitement d’une éventuelle constipation
– Arrêt des traitements favorisant la dysurie (anticholinergiques, neuroleptiques etc.)

  • PEC médicamenteuse

 Initiée en cas d’HBP non compliquée et de symptômes du bas appareil urinaire modérés ou sévères avec altération de la qualité de vie. On distingue 5 classes de médicaments :

– Alpha bloquants (Alfuzosine®, Doxazosine® …)
– Inhibiteurs de la 5 ∝ réductase (Finastéride®,  Dutastéride®) : association possible avec les alpha bloquants (Tamsulosine®)
– 
Anticholinergiques : association avec les alpha bloquants  possible en seconde intention après avis de l’urologue.
– Inhibiteurs de la phosphodiestérase de type 5 (Tadalafil®)
– Phytothérapie

  • PEC chirurgicale

En cas d’HBP compliquée ou de signes du bas appareil urinaire modérés/sévères résistant au traitement médical ou si préférence du patient

– Traitement ablatifs traditionnels : résection transurétrale de prostate monopolaire (RTUP), adénomectomie par voie haute (AVH), incision cervico prostatique (ICP)
– Traitement ablatifs modernes : RTUP bipolaire, vaporisation endoscopique de la prostate au laser, énucléation endoscopique de la prostate au laser.
– Traitement non ablatifs : Incision cervicoprostatique, pose d’implant UroLift®

  • PEC palliatif

Indiquée en cas de contre indication opératoire : Pose de sonde vésicale/cathéter sus-pubien à demeure soit mise en place d’une endoprothèse urétrale ou autosondages.

C) Suivi

– Essentiellement clinique
– En cas de chirurgie, une consultation se fera à 6 semaines pour la recherche des complications et à 3 mois pour évaluer l’efficacité du traitement.

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

3 réponses à “Hypertrophie bénigne de la prostate”

  1. Des précisions sur la CAT en pratique devant une HBP (quel médicament privilégié, quelle dose, …) seraient les bienvenues !

  2. Vous omettez de mentionner l’embolisation des artères prostatiques au chapitre des options thérapeutiques. Technique intéressante et en plein essor

    • Merci pour votre réponse ! Pourriez-vous nous indiquer vos sources svp (éventuellement « expérience professionnelle » avec votre spécialité si cela correspond simplement à votre pratique) ?

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.



Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Urologie
Item(s) R2C (ECNi) : 127 (123)

Articles liés
(Section vide)

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
SFETD-SFAP-SFAR 5e édition (Réf. de Douleur, soins palliatifs et accompagnement - 2021) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
CFU - Hypertrophie bénigne de la prostate (Réf. d’Urologie - 2021) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2018]
CFU - Tumeurs de la prostate (Réf. d’Urologie - 2021) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2018]
CERF-CNEBMN (Réf. d’Imagerie médicale – Radiologie – Médecine nucléaire - 2019) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2015]

Recommandations
Traitement chirurgical et interventionnel de l’obstruction sous-vésicale liée à une hyperplasie bénigne de prostate (RBP - AFU, 2021)
Hypertrophie bénigne de la prostate (fiche Premiers Choix - Prescrire, 2018) [Payant] Résumé : Pas de médicament systématique en cas de gêne modérée, sinon alpha-1 bloquant en premier choix ; chirurgie en cas de complications ou de préférence éclairée du patient
Prise en charge diagnostique et thérapeutique de l’hypertrophie bénigne de la prostate (RBP - HAS, 2003. Synthèse PDF)

Publications scientifiques
Vouga et al. "Traitement médicamenteux des troubles mictionnels de l’homme : l’essentiel pour le médecin généraliste" (Rev Med Suisse, 2017)


Outils de consultation

Hypertrophie bénigne de la prostate (Fiche Info Patient - Prescrire, 2021) [Payant] Résumé : L\'hypertrophie bénigne (ou adénome) de la prostate est un phénomène naturel lié au vieillissement. Des mesures simples et parfois un médicament suffisent souvent pour soulager la gêne.


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale