Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu

Polyradiculonévrite inflammatoire aiguë avec démyélinisation segmentaire multifocale d’origine auto-immune

AMAN, Neuropathie motrice axonale aigüe, Syndrome de Guillain-Barré

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 5 janvier 2018.

Neurologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 95


Dernières mises à jour
– Janv. 2018 : relecture, publication (Thomas)
– Déc. 2017 : création de la fiche (Vincent)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CEN 4e édition 2016 – item 95 (référentiel de neurologie)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
3) Evolution
– A) Histoire naturelle
– B) Complication
4) PEC
– A) Bilan
– B) Traitement


1) Généralité

Déf : le syndrome de Guillain-Barré est une polyradiculonévrite inflammatoire aiguë (phase d'extension < 4 semaine) avec démyélinisation segmentaire multifocale, d’origine auto-immune.
Remarque :
- les termes "syndrome de Guillain-Barré" et "polyradiculonévrite inflammatoire aiguë avec démyélinisation segmentaire multifocale d’origine auto-immune" sont synonymes.
- au delà de 4 semaines de progression, on parle de polyradiculite inflammatoire chronique 0

Types : Il en existe 2 formes de mécanisme et de gravité distinctes :
- forme démyélinisante
- forme axonale : Neuropathie motrice axonale aiguë (=AMAN)

Physiopathologie : Une infection est fréquemment retrouvée dans les 15j précédant (infection respiratoire ou digestive 55%), et explique au moins partiellement la physiopathologie.

Epidémiologie : incidence de 1/100.000 sans tranche d’âge préférentielle.

2) Diagnostic

Clinique Paraclinique
Syndrome neurogène périphérique rapidement progressif à prédominance proximale aux 4 membres ± paires crâniennes ENMG : atteinte démyélinisante ou axonale

A ) Clinique

Syndrome neurogène périphérique0, avec une évolution en 3 phases

1- Phase d’extension

Manifestations sensitives
- Fréquentes et subjectives (paresthésie, picotements distaux des 4 membres..) dans les formes démyélinisante
- Evolution ascendante

Parésie
- Relativement symétrique, étendue et sévère, atteinte proximale puis distale
- Débute aux membres inférieurs, rarement les nerfs crâniens
- Atteinte du cou et du tronc plus tardives
- ± Atteinte respiratoire ou bulbaire (troubles de déglutition / phonation)

Douleurs : myalgies, radiculalgies (évocateur!)

2- Phase de plateau

Déficit moteur
- Atteinte d'intensité variable (1/3 des patients peuvent marcher, 1/3 sont alités et 1/3 ont une assistance respiratoire.)
- Atteinte des nerfs crâniens ++ : mono- ou diplégie faciale, troubles de déglutition (nerfs oculomoteurs plus rare)
- Abolition des ROT

Déficit sensitif : prédominant sur la propioception, avec ataxie

Atteinte végétative (fréquente dans les formes sévères) : tachycardie, hypoTA orthostatique, anomalies de la sudation, constipation

3- Phase de récupération : dans l’ordre inverse de l’apparition des déficits

B ) Paraclinique

ENMG : dans tous les cas tracé neurogène en détection (EMG)

Forme démyélinisante : anomalies retardées par rapport à la clinique
- Initial : allongement de la latence des ondes F et des latences distales
- Phase d’état : augmentation des latences distales motrices, ralentissement / blocs de conduction, dispersion des potentiels

AMAN
- Potentiels moteurs d’amplitude diminuée aux 4 membres
- Pas d’anomalies démyélinisantes, pas d’anomalies sensitives

Ponction Lombaire (non indispensable)
- Hyperprotéinorachie > 1 g/L, de niveau non-corrélé à la clinique
- Acellularité (<10 / mm³)
Penser à évoquer une méningoradiculite infectieuse si hypercellularité > 50 / mm³ à la PL

Biologie (non indispensable)
Modifications aspécifiques
- Lymphopénie
- Cytolyse, anomalies du bilan hépatique
Anticorps anti-gangliosides : IgG anti-GM1 et/ou anti-GD1 associés aux formes axonales

C ) Synthèse des 2 types

Forme Physiopathologie Clinique Paraclinique
Démyélinisante Infection à EBV / CMV
Passage endoneural d’anticorps, cytokines, protéinases + démyélinisation par les macrophages
Atteinte sensitivo-motrice, risque d’intubation (!) ENMG : démyélinisation
AMAN Diarrhée à C. Jejuni
Immunité croisée (mimétisme moléculaire) entre campylobacter et les gangliosides du nerf périphérique,
Nette prédominance motrice, peu de risque d’intubation ENMG : atteinte axonale
Anticorps

3) Evolution

A) Histoire naturelle

Phase d’extension : dure < 4 semaines par définition, parfois < 24h. La phase d’extension est plus rapide dans les formes axonales que démyélinisantes

Phase de plateau : jusqu’à plusieurs mois dans les formes sévères et certaines formes axonales, sa durée est proportionnelle à l’importance des séquelles

Phase de récupération : jusqu'à 12-18 mois
- Forme démyélinisante : jusqu’à plusieurs mois
- Forme axonale : récupération rapide si levée du bloc (cf. traitement), ou très lente sur plusieurs mois si persistance du bloc et de la dégénérescence axonale

Facteurs de mauvais pronostic :
- Phase d’extension très rapide dans les formes démyélinisantes
- Atteinte faciale bilatérale initiale (complications respiratoires)
- Age > 60 ans
- Inexcitabilité des nerfs à l’ENMG
- Ventilation prolongée

B) Complications

Insuffisance respiratoire mécanique : 15 à 30% des patients seront sous ventilation assistée lors de la phase d’extension

Complications de décubitus : maladie thrombo-embolique veineuse, positions vicieuses

Séquelles définitives (15%) : déficit moteur, ataxie

Décès (5%)

Remarque : les rédicives de syndrôme de Guillan-Barré sont très rares.

4) PEC

A ) Bilan

Bilan (dg + etio) devant un syndrome de Guillain-Barré
Examens systématiques
- Examen clinique complet, anamnèse
- ENMG
Examens non-indispensables
- PL et anticorps : examens « d’appoint »
- Sérologies (intérêt épidémiologique) : CMV, EBV (± VIH), C. jejuni si diarrhée

B ) Traitement

Transfert en unité de soins intensifs en cas de risque de décompensation respiratoire (dès l'appartion de trouble de la musculature bulbaire : dysphonie, trouble de la déglutition) ou de complications (infectieuses, atteinte dysautonomique).

  • Mesures générales

. Prévention des complications du décubitus : HBPM, prévention des positions vicieuses

. Ventilation mécanique si nécessaire
. Contrôle de la dysautonomie
. Rééducation précoce et poursuivie, mesures sociales

  • Traitement spécifique

2 traitements au choix, d’efficacité équivalente :
- IgIV : immunoglobulines polyvalentes à 0,4 g/kg/j pendant au moins 5j
- Echanges plasmatiques : 4 échanges réalisés 1 jours sur 2

Notes :
- Ces traitements réduisent la durée des symptômes mais ne modifient pas la proportion de patients avec séquelles
- Les IgIV sont souvent préférées pour leur facilité d’utilisation
- l’association IgIV + échanges et les corticoïdes sont inutiles

2 Commentaires

  1. Thomas (admin MedG)

    Quels sont les critères d’hospitalisation ??
    – phase d’extension pré-diagnostic : dès la suspicion dg ? Ou possibilité d’organiser un ENMG en ambulatoire devant un tableau progressant doucement ?
    – phase d’extension post-diagnostic : hospitalisation systématique ou surveillance à domicile possible en l’absence de critère de gravité ?
    – phase de plateau : ambulatoire si pas d’intubation ?

    Réponse
  2. Thomas (admin MedG)

    Variante : syndrome de Miller-Fisher avec ophtalmoplégie ++

    Réponse

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !

Notes pour les commentaires : nous somme très heureux de recevoir des commentaires. Cependant, nous tenons à préciser que : 1- nous ne sommes pas des spécialistes ; 2- comme vous, nous recherchons les réponses sur le net ; 3- nous sommes très peu et ne pouvons donc pas répondre systématiquement. N’hésitez donc pas, si une information dans la fiche manque, à poser la question et y répondre vous-même après recherche ! Merci ! 

Espace utilisateur

     

Post utilisateur (accès sur connexion)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.

 




 

 

Ailleurs sur MedG
Liens internes

 Pages liées
Matière(s) : Neurologie
Item(s) ECNi : item 95

Articles liés
(Section vide)

Bibliothèque
Liens externes associés


Recommandations et référentiels

CEN - Radiculalgies et syndromes canalaires – Neuropathies périphériques – Polyradiculonévrite aiguë inflammatoire (syndrome de Guillain-Barré) (Référentiel des enseignants de Neurologie - 2019)
CEMIR - Paralysies extensives : syndrome de Guillain-Barré et myasthénie (Référentiel des enseignants de Réanimation - 2018)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?

Dites le-nous !
et

Formulaire de contact destiné à la gestion des liens externes. Pour tout autre sujet, merci d‘utiliser ce formulaire

Problème*
Il n‘existe pas de lien „reco“ pour cette ficheJe connais un document non référencéUn lien comporte une erreur ou est cassé

Je propose un nouveau lien (Entrez un URL)

Vos coordonnées
Pour vous demander des précisions ou vous remercier ! Votre adresse de messagerie ne sera pas enregistrée


Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?

Dites le-nous !
et

Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu