Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Condylome

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 18/01/21.
Dernières mises à jour
– Janvier 2021 : création de la fiche (Beriel)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : CEDEF 7e édition 2017 – item 158 (référentiel de dermatologie)
2 : Verrues génitales externes (RBP – SFD, 2016)
3 : Prise en charge des condylomes anaux (Fiche de synthèse – SNFGE, 2017)
4 : Condylomes (Fiche de synthèse – Dermatoclic, 2017)

1) Généralités 2

Déf :  les condylomes sont des tumeurs bénignes associées à des papillomavirus humain (PVH) à faible risque oncogène (6 et 11)

Physiopathologie voir fiche infection génitale à HPV

Epidémiologie 1 :
– prévalence en augmentation (pays développés ++)
– sujets de 16-25 ans +++ (prévalence de 5% en dessous de 25 ans)

Mode de transmission
– transmission sexuelle +++
– auto-contamination ou allo-inoculation de verrues digitales possibles
– transmission non sexuelle indirecte (objets de toilette souillés, bain partagé, sauna, jacuzzi)

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
lésions ano-génitaux

A ) Clinique 

Condylomes acuminés 
– fréquents ++
– classiques « crête de coq »
– masses charnues hérissées de petites verruosités kératosiques de 0,2-1cm (mieux visibles à la loupe 2) ± profuses
– variant de quelques unes à plusieurs dizaines, le plus souvent confluentes 2

Condylomes plans 
– macules isolées ou en nappes ou mosaïques 
– couleur rosée, parfois difficiles à voir à l’œil nu
– peuvent être mieux visualisées par l’application d’acide acétique (apparaissent sous forme de macules blanches 2)

Siège 
– chez la femme : cervical, vulvaire multifocal (vagin, périnée, région péri-anale)
– chez l’homme : face interne du prépuce, sillon ballano-préputial, parfois gland et fourreau de la verge, urètre (méat ++, versant intra-urétral)
– les localisations orales, laryngées ou conjonctivales sont très rares chez l’immunocompétent

Condylomes géants de Buschke-Loewenstein
– Forme rare associée au xPVH 6 et 11
– Aspect tumoral, cliniquement inquiétante, mais tumeur bénigne.
– Pas de potentiel métastatique

B ) Paraclinique

Pas d’examen paraclinique indispensable au diagnostic positif du condylome. 
– localisations génitales 
 . frottis cervical ± colposcopie 
– lésions anales : anuscopie 
± biopsie (en cas de doute)

C ) Diagnostic différentiel 

– Hyperplasie physiologique des papille de la couronne du gland (couronne perlée)
– Papillomatose vestibulaire vulvaire physiologique
– Syphilides secondaires (condylomata lata)
– Lésions dysplasiques
– Kératoses séborrhéiques

3) Evolution 1

L’histoire naturelle des infections génitales est sérotype-dépendante : dans la grande majorité des cas, le virus est éliminé après quelques semaines ou mois. Il persiste sous forme asymptomatique dans 10 % des cas, et aboutit à des lésions génitales dans 1 % des cas (persistance maximale par l’HPV 16 1C).

La grossesse favorise les condylomes, leur traitement se fait idéalement en début de 3e trimestre pour limiter le risque de transmission mère-enfant.

Les condylomes ont un taux de récidive de 30 % après traitement.

4) PEC 3

A ) Bilan initial 

bilan
Bilan d’extension
chez la femme : examen gynécologique systématique et frottis cervical
chez l’homme et la femme : examen visuel génital et uréthroscopie en cas de lésions visibles sur le méat urinaire
Dépistage des MST associés 
sérologies : HIV, TPHA-VDRL, HBV, HCV
Bilan de gravité 
sérotypage PVH à la recherche des souches oncogènes (16, 18, …) 
Bilan du/de la/des partenaire (s)

B ) Traitement 1

Il n’existe pas de traitement spécifique des infections à HPV. L’objectif est la disparition des lésions macroscopiquement visibles ou à potentiel d’évolution carcinologique, le virus peut persister dans l’épiderme sain.

Destruction physique (risque cicatriciel)
– Electrocoagulation sous AL
– Laser CO2 sous AL ou AG, pour des lésions limitées
– Cryothérapie : douloureux

Destruction chimique à la podophyllotoxine
– Auto-application indolore d’une résine naturelle, application 3j consécutifs par semaine jusqu’à guérison
– Caustique, convient mal aux lésions vulvaires ou intra-vaginales
– CI chez la femme enceinte et l’enfant

Destruction immunologique à l’iquimod
– Immunomodulateur d’action pro-inflammatoire locale
– Application 3x par semaine pendant 16 semaines

C) Suivi 

– Suivi régulier au long cours pour s’assurer de l’absence de récidive et permettre une destruction plus aisée en simple consultation d’une éventuelle récidive
– Si lésions visibles : consultation mensuelle
– Si absence de lésions visibles : consultations à 3,6 et 12 mois
– Intérêt de l’application d’imiquimod à titre de prévention des récidives

D) Prévention 1

Vaccin tétravalent 
– Cible : jeunes filles entre 11-14 ans, en rattrapage entre 15-19 ans révolus
– Début entre 11 et 13 ans révolus : 2 doses espacées de 6 mois
– Début 14 et 19 ans révolus : 3 doses à 0, 2 et 6 mois

Protection des rapports sexuels : n’empêche pas la contamination (peau à peau)

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Une réponse à “Condylome”

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Gynéco-obstétrique, Infectieux
Item(s) R2C (ECNi) : +10

Articles liés
Lichen scléro-atrophique
Vulvodynie
Bartholinite
Vaginose
Hypersensibilité au liquide séminal humain
Cervicite
Vulvo-vaginite
Candidose vaginale
Pathologies génitales basses de la femme
Syndrome du périnée descendant

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
Condylomes (Fiche de synthèse - Dermatoclic, 2017)
Prise en charge des condylomes anaux (Fiche de synthèse - SNFGE, 2017)
Condylomes acuminés chez l’enfant (Fiche de synthèse - PaP en pédiatrie, 2016)

Recommandations
Verrues génitales externes (RBP - SFD, 2016)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

le CRAT (site web)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale