Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Papillomatose orale floride

kératose villeuse maligne

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 02/11/19.

Dernières mises à jour
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
2 : Papillomatose orale floride (Fiche de synthèse – Thérapeutique dermatologique, 2005)

1) Généralités 2

Déf : la papillomatose orale floride est caractérisée par une prolifération de lésions cliniquement différentes au niveau de la muqueuse bucco-pharyngée 

Épidémiologie : affection à prédominance féminine 

Etiologie : l’herpès virus a été suspectée (rôle dans la genèse et l’évolution à démontrer)  

 

2) Diagnostic 2

Clinique Paraclinique
lésions verruqueuses et papillaires  anapath

A ) Clinique

  • Anamnèse

Terrain 
– Age de survenu : entre 60-70 ans
– Sexe féminin ++

Signes fonctionnels : lésions asymptomatiques ++

  • Examen physique

Description de la lésion
Prolifération verruqueuse et papillaire
– exophytique et non ulcérée
– de couleur blanche ou rosée
– localisée (unique ou multiple) ou le plus souvent étendue à l’ensemble de la cavité buccale par confluence des lésions 
+ Plaques d’aspect leucoplasique (stade initial de la papillomatose orale floride selon divers auteurs)

Topographie : gencive et muqueuse jugale ++

B ) Paraclinique

Biopsie + anatomopathologie 
– Lésion exo- et endophytique 
– Hyperkératose ortho- ou parakératosique de surface 
– Acanthose massive et particulière par son caractère papillomateux à la fois en superficie (spicules exophytiques) et en profondeur 
– Formation de crêtes épithéliales épaisses, renflées, refoulant sans l’envahir le chorion sous-jacent souligné parfois par un infiltrat lymphocytaire
– Membrane basale respectée
– Rechercher des modifications dysplasiques 

C ) Diagnostic différentiel

Pas de données relatives au diagnostic différentiel

3) Evolution 2

L’évolution se fait vers une transformation en cancer après en moyenne 10 ans (représente 1-3% des carcinomes épidermoïdes buccaux) 

4) PEC 2

A) Traitement

Moyens thérapeutiques 
Traitement chirurgical
– Exérèse chirurgicale au bistouri 
– Ne peut être envisagé sur la totalité des lésions si lésions en nappes étendues ou en foyers multiples (porte sur les lésions verruqueuses ou suspectes de transformation dysplasique ou maligne)

Electrocoagulation ou photocoagulation au laser CO2
– Sous anesthésie locale 
– Envisagées en cas de contre-indication à l’exérèse 
– Permettent la destruction des lésions 

Cryothérapie : peu efficace

Radiothérapie
– Contre-indiquée (risque de transformations en carcinomes des lésions encore bénignes 1ceci est contesté par certains auteurs..)
– Envisagée en seconde intention en cas de lésion volumineuse déjà transformée en carcinome épidermoïde invasif.

Chimiothérapie : efficaces pour une brève rémission (contre-indication liée à l’âge)
Méthotrexate 
– Utilisé pour réduire la taille de la lésion avant la chirurgie 
– Dose initiale de 50 mg puis traitement d’entretien de 25 mg / semaine pendant 6 semaines (Per os ou IM) 
– Peut aussi être utilisé 5 mg, deux fois / semaine ± dérivés de la vitamine A pendant plusieurs mois ou années (rémission partielle et survie de bonne qualité)

Bléomycine 
– Quelques effets bénéfiques 
– Plus limité que le méthotrexate 

Rétinoïdes dérivés de la vitamine A
– Peuvent assurer la rémission complète 
– Utilisés en topique ou par voie systémique 
– Voie topique : application 2 fois par semaine pendant plusieurs années (Aberel ® ou Locacid ® lotion)
– Voie systémique : Soriatane ® (20-25 mg/sem)  + méthotrexate (10 mg/sem)  

Interféron α-2a
– Injection S-C de Roféron-A® (3M d’UI/j, 3 fois /semaine pendant 3 mois)
– ⇒ diminution des lésions de 50%, permet de réaliser dans de meilleures conditions une vaporisation au laser CO2 des lésions résiduelles 
– L’association injections intralésionnelles d’interféron α-2a pendant 2 mois + étrétinate per os (30mg/j) aurait permis une disparition totale et prolongée des lésions 

Stratégie thérapeutique 
En cas de lésions unique, limitée : exérèse chirurgicale au bistouri sous anesthésie locale ou générale 

En cas de lésions étendues ou multiples
– Proposer une exérèse chirurgicale au bistouri de la lésion la plus suspecte et une vaporisation au laser CO2 des autres lésions (après biopsies multiples)
– Si contre indication chirurgicale : traitement continu par association méthotrexate + vitamine A (soriatane ®) ou essai par de la vitamine A acide en application topique 
– Si échec des thérapeutiques précédentes : interféron α-2a (Roféron-A ®) 

En cas d’évolution carcinomateuse invasive : chirurgie large si possible ou radiothérapie

B) Suivi

– Surveillance rapprochée tous les 3 mois après une exérèse chirurgicale au bistouri
– Biopsie au moindre doute de transformation invasive des lésions 

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.







Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : ORL - CMF - Stomato
Item(s) R2C (ECNi) : +24

Articles liés
Amygdalite chronique
Hypertrophie amygdalienne
Polypose naso-sinusienne
Acouphènes
Hoquet
Ronflement
Mucosite et péri-implantite
Mucite
Anomalie du développement buccodentaire
Dents de sagesse : vue d’ensemble
Voir plus...

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
Collège ORL et CCF 4e édition (Réf. d’ORL - 2017) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
Papillomatose orale floride (Fiche de synthèse - Thérapeutique dermatologique, 2005)

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale