Maladie de Basedow

EndocrinologieOphtalmo
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 240


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire


1) Généralité 1

Déf : maladie auto-immune due des anticorps stimulant le récepteur de la TSH. 1ère cause d’hyperthyroïdie.

Epidémio : environ 1% de la population, prédominance féminine, parfois associé à d’
autres maladies auto-immunes.

2) Diagnostic 1

CLINIQUE PARACLINIQUE
Thyrotoxicose
Ophtalmopathie
TSH effondrée
± Ac anti-réc.TSH, écho

Voir aussi la fiche OD devant une hyperthyroïdie

A ) Clinique

> Anamnèse : histoire familiale, maladies auto-immunes associées

> Examen physique

Signes de thyrotoxicose

Goitre diffus, homogène, élastique, avec souffle à l’auscultation

Ophtalmopathie (50% des cas) par inflammation des muscles, tissus et graisse péri-orbitaire, souvent associée à un contexte tabagique. On retrouve
– Rétraction palpébrale, asynergie
– Exophtalmie, diplopie
– Irritation conjonctivale : hyperhémie, chemosis, larmoiement, photophobie

Myxoedème pré-tibial : placard rouge, surélevé, « cartonné »

B ) Paraclinique

Diagnostic de l’hyperthyroïdie : TSH + T4/T3

L’orbitopathie (quand elle est présente) suffit à poser le diagnostic de maladie de Basedow. Cependant, les examens suivants semblent indispensables :
Ac anti-récepteur de la TSH +++++ (taux initial sans valeur pronostique)
Echo-doppler : hypoéchogénicité diffuse, vascularisation importante

Scinti (non systématique) : hyperfixation diffuse, homogène

3) Evolution 1

L’histoire naturelle est une évolution en poussées, entrecoupées de rémissions

Complications : orbitopathie maligne, hyperthyroïdie fœtale (passage placentaire des Ac), hypothyroïdie fœtale (passage d’ATS), rebond d’hyperthyroïdie maternelle en post-partum…

4) PEC 1

A ) Bilan

Examen ophtalmo systématique ++
– Mesure AV, étude de l’oculomotricité et du champ visuel
– Examen de la cornée et de la papille
– Mesure de la pression intra-oculaire (hypertonie si > 22 mmHg)
– ± IRM dans les formes graves

Pronostic : le pronostic visuel est influencé péjorativement par ces signes
– Exophtalmie non réductible => ulcération cornéenne
– Paralysie complète d’un muscle
– Neuropathie optique (par compression de l’apex orbitaire)
– Hypertonie oculaire avec souffrance papillaire

B ) Traitement

Formes non compliquées
– Traitement médical par ATS 1 à 2 ans, efficacité d’environ 50%. En fin de traitement, dosage du taux d’anticorps (si positif, risque quasi-certain de rechute++)
– En cas de rechute : chirurgie ou iode radioactive

Suivi au long cours dans tous les cas.

Particularités en cas de grossesse
– Souvent rémission spontanée après le 1er trimestre, on préconise le repos simple sous surveillance étroite dans les formes simples (dosage hormones et Ac / 3 semaines + écho fœtales rapprochées)
– Si les ATS sont nécessaires, préférer le PTU (non-tératogène)
– ± Thyroïdectomie possible après le 1er trimestre (exceptionnel)

image_pdf

Une réflexion au sujet de « Maladie de Basedow »

  1. En cas de signes typiques (TSH effondré, signes ophtalmo), le diagnostic de maladie de basedow ne nécessite pas d’autres examens complémentaires (selon le ref. des enseignants). Peut-on donc se passer complètement du dosage des anticorps et d’une écho thyroidienne ?? Sachant qu’une thyroidite de Hashimoto semble également pouvoir avoir des manifestations oculaires… (?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.