Coma hyperosmolaire

! Fiche non-relue par un tiers !

EndocUrgences
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 245

Dernières mises à jour
Sept. 2018 : création de la fiche (Vincent)
Sources
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : SFE 3e édition 2015 – item 245 (référentiel des enseignants d’endocrinologie)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Diagnostics différentiels
3) Evolution
4) PEC

1) Généralité 1A

Déf : le coma hyperosmolaire est une complication métabolique du diabète, défini par
– Glycémie > 6 g/L
– Osmolarité > 350 mmol/kg (cf. physiologie hydro-électrolytique pour le calcul)
– Natrémie corrigée > 155 mmol/L (Nacorrigé = Na + 1,6 x (glycémie en mmol/L – 1)
– Absence de cétose ou d’acidose

Etiologies : forme de décompensation classique du diabète de type 2 chez le sujet âgé, ou inaugurale de diabète, lorsque la polyurie a été compensée par boissons sucrées ou insuffisamment compensée (inaccessibilité aux boissons).

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Déshydratation globale, troubles de la vigilance, coma Glycémie, ionogramme
Gaz du sang, BU (absence de cétose ou d’acidose)

A ) Clinique

Anamnèse
– Diabète ± connu
– FdR : âge > 80 ans, infection aiguë, diurétiques, mauvaise accessibilité aux boissons (maisons de retraite, démence…), corticothérapie

Examen physique : déshydratation intense avec troubles de la vigilance puis coma

B ) Paraclinique

Les valeurs seuils ne sont pas rappelées ici (cf. définition).

BU + pH veineux ou artériel (gaz du sang)

Glycémie capillaire et veineuse

C ) Diagnostic différentiel

Coma céto-acidosique

3) Evolution 1A

Le pronostic est lourd : 20 à 40 % de mortalité chez le sujet âgé.
A distance de l’épisode aigu, il est souvent possible de reprendre un hypoglycémiant oral.

Les complications sont celles du coma (notamment complications de l’immobilisation).

4) PEC 1A

> Mesures générales

Mise en condition : voie veineuse ± centrale
Héparinothérapie et prévention des complications de décubitus
Traitement étiologique si nécessaire
± Soins des yeux, de la bouche, aéeosols, aspiration bronchique…

> Traitement curatif

Réhydratation prudente et lente selon le terrain
– 6 à 10L de sérum physiologique sur les 24 premières heures
– 1L la première heure, 2 à 3L de H1 à H4, 4 à 6L de H4 à H24

Insulinothérapie IV continue à la seringue électrique : 2-3 U / h en maintenant la glycémie > 2,5 g/L




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.