Hémogramme

Une Fiche MedG réalisée sans plan prédéfini
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 20 mars 2019.

Hémato
Fiche réalisée sans plan prédéfini
Item ECNi 208


Dernières mises à jour
Mars 2019 : Relecture + mise à jour avec le référentiel d’hématologie SFH 3è édition 2018 (Beriel)
Novembre 2012 : création de la fiche (Thomas)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : SFH 3è édition 2018 – item 208 (référentiel des enseignants d’hématologie, version 2010 disponible en ligne)
:  Lecture critique de l’hémogramme (ANAES ; 1997)

Urgences
Etiologiques Cliniques 0
anémie sévère ou mal tolérée tachycardie, dyspnée au moindre effort, signes d’état de choc 
thrombopénie sévère  hémorragie interne
facteur anatomique de saignement , fièvre MG
Neutropénie

1) Généralités

A) Indications 1

Très nombreuses ! Examen le plus prescrit en France

  • Patient asymptomatique

Fait partie du bilan standard :

– médecine du travail,
– médecine de dépistage,
– bilan préopératoire,
– bilan pré-thérapeutique ou suivi de l’évolution d’un traitement, d’une pathologie,
– grossesse,
– ictère.

  • Patient symptomatique

Permet une orientation diagnostique ou un bilan de sévérité devant :

Symptômes divers : infection, douleur, …

Signes évoquant une diminution de lignée
– syndrome anémique : pâleur, asthénie, dyspnée (triade de l’anémie)  et/ou signes d’anoxie ( les signes neurosensoriels comme vertiges, acouphènes, céphalées, myodésopsie  et les palpitations).
– syndrome hémorragique (purpura, ecchymose ou hémorragie spontanée).
– syndrome infectieux inexpliqué, persistant, récidivant ou grave.

Signes évocateurs d’une augmentation de lignée
– érythrose cutanée, prurit à l’eau,
– thromboses artérielles ou veineuses,
– syndrome tumoral (ADP et SMG),
– AEG : asthénie, anorexie, amaigrissement, fièvre au long cours, douleurs osseuses, etc.

Prescription en urgence
– état de choc, pâleur intense
– angine ulcéro-nécrotique, résistante aux ATB
– fièvre élevé après prise de médicament (surtout chimio)
– fièvre persistante résistante aux ATB
– purpura pétéchial extensif, bulles hémorragiques au niveau des muqueuses, hémorragies rétiniennes, syndrome hémorragique

B) Valeurs de référence 1

  • Patient type

Globule rouge – plaquette

Donnée Valeur de réf. Anomalie
Hémoblobine (Hb) F : 12-16 g/dl
H : 13-18 g/dl
Nouveau-né : 14-23 g/dl
anémie
polyglobulie
Hématocrite (Ht)  F : 37-48 g/dl 2
H : 40-52 g/dl 2
Vol. glob. moyen (VGM) 82-98 fl microcytose ( VGM < 80 fl)
macrocytose ( VGM > 100 fl)
Concentration corpusculaire moyenne en Hb (CCMH) 32-36 g/dl hypochromie (CCMH < 32 g/dl)
hyperchromie (très rare)
Teneur corpusculaire moyenne en hémoglobine (TCMH) 27- 32 pg
Plaquette 150 – 400 G/L trombocytopénie
thrombocytose

Leucocytes

Donnée Valeur de réf. Anomalie
Leucocyte 4-10 G/L leucopénie
hyperleucocytose
PNN 1,5 – 7 G/L neutropénie
polynucléose à neutrophile
PNEo 0,05 – 0,5 G/L
hypereosinophilie
PNBaso 0,01 – 0, 05 G/L
Lymphocyte 1,5 – 4 G/L Lymphopénie
lymphocytose
Monocyte 0,1 – 1 G/L
monocytose
GB immature absent myélémie
  • Variations physiologiques 2

Selon différents facteurs à prendre en compte :

Sexe
– Hb et Ht : cf tableau

Age 
– Hb : naissance >14 g/dL 1 ; nourrisson – 6 ans > 11g/dL ; 6 – 14 ans > 12 g/dL
– VGM : 0 – 2 ans > 70 fL ; 2 – 6 ans > 73 fL ; 6 – 14 ans > 80 fL
– lymphocyte : excès chez l’enfant de moins de 4 ans

Race noire
– Hb : enlever 0,8 à 1 g/dL
– PNN : physiologique jusqu’à 0,5 G/L si isolé

Grossesse
– Hb : > 11 g/dL
– hyperleucocytose à PNN, mais seuil maintenu

Environnement
Hb : pas de modification significative chez le patient OH et en altitude (< 3000m)
PNN / lymphocyte : augmenté par le tabac et l’activité physique

 2) Principaux troubles et leurs étio 1

Anomalies nécessitant une PEC urgente (à moduler selon état clinique)
– Hb < 6g/dL (adulte et enfant) Hb< 11 g/dL ( nouveau né) ou anémie mal tolérée
– Ht > 60%
– Neutropénie < 0,2 G/L : agranulocytose
– Thrombopénie < 10G/L
– hyperleucocytose avec cellule immature > 20G/L

A) Lignée rouge 

  • Anémie

Après avoir éliminé une fausse anémie par hémodilution, on distingue :
anémie microcytaire (carence martiale, inflammation, thalassémie…)
anémie macrocytaire (OH chronique, déficit en B12/folate, syndrome myélodysplasique…)
anémie normocytaire régénérative (hémorragie aigue, hémolyse, chimiothérapie) et arégénérative (insuffisance rénale, inflammation chronique pathologie thyroïdienne, atteinte médulaire…)

  • Thrombopénie

Après avoir éliminé une fausse thrombopénie à l’EDTA, on distingue par le myélogramme :
cause centrale (envahissement médulaire, myelodysplasie…)
cause périphérique ( MAT, TIH, PTI, CIVD…)

B) Lignée blanche 

  • Polynucléose neutrophile

Fréquent, rarement lié à une hémopathie si isolée.

Causes physio : 
– variation de la normale
– d’entrainement (par hyperstimulation médullaire)

Causes patho :
– infection bactérienne ++
– maladie inflammatoire
– nécrose tissulaire
– médicaments

2 grandes causes : parasitaire et allergique

  • Hyperlymphocytose

4 cas de figure possible

– Enfant < 4 ans : physiologique
– Enfant > 4 ans, cellule normal : infections (coqueluche, viroses etc.)
– Adulte, cellule normal : risque de LLC ! A recontroler
– Adulte, cellule anormal : syndrome mononucléosique, tabac.

  • Monocytose

– Transitoire : réactionnel : bactérienne ( tuberculose, brucellose, endocardite, typhoïde) parasitaires ( paludisme, leishmaniose),nécrose tissulaire, cancers, inflammation, phase de réparation d’une agranulocytose
– Chronique : hémopathie maligne

  • Neutropénie

4 cas de figure possibles :

– physiologique : sujet noir
– réactionnelle (isolée et transitoire) : médicament, OH aigu, infection bactérienne, hépatite virale
– neutropénie fluctuante par trouble de la margination
– chronique : hémopathie, maladie auto-immune, hypersplénisme, médicament, congénital…

  • Lymphopénie

Nombreuses étio, jamais bénin :
– infection bactérienne (typhoïde, brucellose, tuberculose) ou virale (dont VIH)
– Lymphomes
– pathologie chronique (cancer, maladie auto-immune, insuffisance rénale chronique…)
– iatrogène (corticothérapie, chimio-radiothérapie, radiothérapies, traitements immunosuppresseurs etc.)
– déficit immunitaire primitif
– idiopathique

  • Myélémie

Transitoires 
– Infections graves (septicémies),
– Anémies hémolytiques,
– Réparations d’hémorragies
– Régénérations médullaires à la suite d’une chimiothérapie ou d’insuffisance médullaire avec ou sans traitements par des facteurs de croissance

Chroniques
.- Syndromes myéloprolifératifs
– Métastases ostéomédullaires.




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.