Eosinophilie

Fiche OD
Une Fiche MedG Orientation Diagnostique
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 20 mars 2019.

Hémato
Fiche réalisée selon le plan OD
Item ECNi 214


Dernières mises à jour
Mars 2019 : Relecture + mise à jour avec le référentiel d’hématologie SFH 3è édition 2018 (Beriel)
Novembre 2012 : création de la fiche (Thomas)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : SFH 3è édition 2018 – item 311  (référentiel des enseignants d’hématologie, version 2010 disponible en ligne)

!! URGENCES !!

Urgences
Etiologiques Cliniques
aucune aucune

Déf 1: L’éosinophilie ou hyperéosinophilie correspond à un taux de polynucléaire éosinophile > 0,5 G/L. Elle peut être modérée (< 1 G/L) ou massive (> 1,5 G/L)

1) Etiologie 1

A) Parasitaires 

  • France métropolitaine
Parasite Clinique Paraclinique
Distomatose * trouble hépatique, fièvre sérologie parasitaire, imagerie
Toxocarose * parfois asymptomatique
Syndrome de larva migrans viscéral
sérologie parasitaire, imagerie
Trichinellose * œdème aigu de la face sérologie parasitaire, biopsie musculaire
Oxyurose ¤ Prurit anal Scotch test
Hydatidose ¤  choc anaphylactique (si rupture kyste hydatique)  sérologie parasitaire imagerie
Teniasis ¤ Anneau dans literie / selles Examen des selles 
Anisakiase ¤ douleurs abdominales, nausées, vomissement (quelques heures après ingestion des larves) fibroscopie
Hypodermose ¤ larves cutanées (risque de choc anaphylactique) sérologie parasitaire, biopsie cutanée

* hypéreosinophilie élevée ou chronique
¤ hypéreosinophilie modérée ou transitoire

  • Régions tropicales
Parasite Clinique Paraclinique
Bilharziose * arthromyalgies, hématurie (bain en eau douce) séro, Examen des selles, examen des urines, biopsie rectale
Filarioses (loase, filariose lymphatique, onchocercose) lymphangite sérologie parasitaire, recherche de microfilaires sanguicoles à midi (loase) ou à minuit (filariose lymphatique), biopsie cutanée exsangue (onchocerca volvulus)  
Ankylostomose * signe d’anémie NFS (anémie carence martiale)
Ascaridiose ¤ diarrhée, syndrome de Löffler EPS
Anguillulose ¤¤ entérocolite, urticaire EPS spécial

* hyperéosinophilie élevée ou chronique
¤ hyperéosinophilie modérée ou transitoire
¤¤ hyperéosinophilie oscillante cutanée

Remarque : l’anguillulose maligne est souvent accompagnée d’une éosinopénie.

B) Non parasitaires

  • Secondaire
Etiologie Clinique Paraclinique
Maladie atopique asthme, rhinite spasmodique, dermatite atopique… (PNEo < 1G/l)
Causes iatrogènes (bêtalactamines, isoniazide, Amphotéricine B, Imipramine, Alpha méthyl-dopa, antiépileptiques, disulone, allopurinol etc.)  manifestation allergique jusqu’au DRESS syndrome Pick test, IgE spécifique
Hémopathies, Cancers et déficits immunitaires
(hodgkin, lymphomes B et T, cancers solides, syndromes de Wiskott-Aldrich, syndrome de Job-Buckley, leucémies chroniques à éosinophiles, syndromes myélodysplasiques …)
AEG
syndromes inflammatoires
syndrome tumoral 0
signes d’appels (douleurs, troubles fonctionnels etc.)
Imagerie, myélogramme, etc.
Affections systémiques (polyarthrite rhumatoïde, syndrome de Shulman, Syndrome de Churg et Strauss, Granulomatose de Wegener, Périarthrite noueuse, Maladie des emboles de cholestérol examen vasculaire récent, nécrose distale (Maladie des emboles de cholestérol)
 selon la pathologie
Poumon éosinophile  (selon pathologie) Imagerie du thorax
Dermatoses
(pemphigoïde bulleuse, mastocytose systémique, maladie de Kimura, hyperplasie angiolymphoide, cellulite de Wells, Mycosis fungoïde, Sézary etc.)
lésions cutanées
selon la pathologie
selon la pathologie
Affections digestives
(Maladie de Crohn, Maladie de Whipple)
troubles digestives
fibroscopie + biopsie et examen anapath
Pathologies virales
(Hépatites C et B, VIH)
AEG Sérologies virales
syndromes hyperéosinophiliques
diagnostic d’élimination
PNEo > 1,5 G/L sans autre étiologie retrouvée

 2) Orientation diagnostique 1

A) Clinique 


– Anamnèse : Notion de prise de médicaments et délai par rapport à l’apparition des symptômes (classiquement 2-8 semaines)
– Terrain : antécédents personnels et familiaux, notion de contage (contact avec les animaux, etc.)
– Enquête sociale : contexte ethnogéoographique et notion de séjour (même ancienne) en zone d’endémie parasitaire.
Les signes cliniques sont fonction de la pathologie causale.

Chronicité : Etude des précédentes NFS ++

B) Paraclinique 

Bilan en cas d’HE modérée

Bilan 
Bio: NFS (recherche d’anomalie de lignée),
Recherche de manifestations allergiques : dosage des IgE spécifiques, Pick-test
Examen parasitologique des selles, Scotch-test

Bilan en cas d’HE chronique :

Bilan de 1ere intention devant une eosinophilie CHRONIQUE
NFS avec frottis sanguin
Ionogramme sanguin, urémie, créatininémie, 
CRP
Bilan hépatique
Electrophorèse des protéines sériques
Sérologies VIH, VHB, VHC
Examen parasitologique des selles (3 jours de suite)
Sérologie toxocarose
Sérologie parasitaires orientées par la clinique
Radiographie du thorax
Echographie abdominale
Echographie cardiaque

Remarques :
– En cas de négativité du bilan, vérifier la persistance de l’éosinophilie et refaire un bilan tous les 6 mois
– des PNEo > 1500/mm3 excluent une cause atopique (continuer les investigations)
– Un traitement d’épreuve antiparasitaire est proposé de façon systématique . En l’absence d’étiologie identifiée  et de résultats suite au traitement antiparasitaire systématique, la suite des explorations se fera dans un centre spécialisé

BILAN APRES TRAITEMENT ANTIPARASITAIRES D’EPREUVE
Sérologie HTLV1 (Human T-cell Lymphotropic Virus de type 1)
Anticorps antinucléaires
Anticorps anti cytoplasme de polynucléaires (ANCA)
Dosage pondéral des immunoglobulines sériques
Dosage des IgE totales sériques
Dosage de la vitamine B12 sérique
Tryptase sérique
Scanner TAP 
Biopsie d’organe selon  la symptomatologie (cutanée, digestive etc.)
BILAN A REALISER DANS UN CENTRE SPECIALISE 
Myélogramme avec caryotype
Immunophénotypage lymphocytaire
Recherche d’une clonalité T circulante 
Recherche du transcrit de fusion FIP1L1-PDGFRA
Biopsie d’organe selon la symptomatologie 

 

C) Synthèse 0

311 Eosinophilie

N.B : Arbre diagnostic à mettre à jour.

3) PEC 0

L’instauration d’un traitement antiparasitaire d’épreuve est systématique 1.

En cas d’hyperéosinophilie chronique, un bilan des complications peut être nécessaire.

Bilan de complication devant une éosinophilie chronique
– bilan cardiaque (ECG+ ETT) => recherche myocardite / cardiopathie restrictive – bilan neuro (EMG, examen clinique complet) => recherche atteinte neurologique centrale ou périphérique



One thought on “Eosinophilie

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.