Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Sémiologie
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu
M

Navigation

Ménopause

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 09/05/20.


Dernières mises à jour
 Mai 2020 : création de la fiche (Beriel)
Sources
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CEEDMM – Ménopause et andropause (Référentiel des enseignants d’Endocrinologie – 2019) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2016]
1B : CNEG 4e édition (Référentiel des enseignants de Gériatrie – 2018) [Indisponible en ligne] 
1C : CNGOF – Ménopause (Référentiel des enseignants de Gynécologie obstétrique – 2018) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2015]
2:

1) Généralités 1A

Déf : la ménopause est un phénomène naturel défini par la disparition des règles depuis au moins 1 an.

Physiopathologie : les symptômes sont  pour la plupart liés à une carence en œstrogènes. Cette carence est due à l'épuisement du capital folliculaire ovarien.
Avant la ménopause, il y a la pré-ménopause. Il s'agit d'un état transitoire chez la femme de 30 à 40 ans. La fonction exocrine de l'ovaire diminue progressivement ( raréfaction des ovulations avant leur disparition) alors que sa fonction endocrine persiste de façon incomplète et dissociée. La pré-ménopause est divisée en trois phases :
 - phase folliculaire courte : s'installe vers 41 à 43 ans. Il y a un raccourcissement de la phase folliculaire. Les taux plasmatiques de FSH commencent à s'élever pendant que les taux d'œstradiol, de LH, le pic ovulatoire de gonadotrophines et la sécrétion de progestérone sont encore normaux.  La fertilité est nettement réduite à cette étape.
- phase de corps jaune inadéquat :  appauvrissement progressif du capital folliculaire en nombre et en qualité, et inefficacité croissante de la FSH.  Les cycles sont longs, les ovulations sont tardives, la phase lutéale est raccourcie, et le taux de progestérone est diminué. A cette baisse, est associé une hyperœstrogénie relative, le déséquilibre favorisant un œdème et une hyperplasie.
- troisième phase : anovulation. C'est l'épuisement folliculaire. Les concentrations plasmatiques de LH approchent les valeurs observées après la ménopause. Les fluctuations imprévisibles du taux d'œstradiol aboutissent à des hémorragies de privation irrégulières et espacées.

 

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Aménorrhée ± syndrome climatérique dosage des hormones (œstradiol et FSH)

A ) Clinique

Terrain :
- femme de plus de 50 ans ( survient en moyenne à 51 ans et environ 1 an plus tôt chez femmes fumeuses)
- la ménopause peut être parfois anticipée ( survenue à 45-49 ans) ou précoce (survenue à 40-44 ans) 1B

Signes fonctionnels 
- aménorrhée depuis au moins 1 an
- ± syndrome climatérique (50-70% des cas) : bouffées vasomotrices, sécheresse vaginale, douleurs articulaires etc.

B ) Paraclinique

Le diagnostic est clinique. Pour les cas particuliers ( antécédents d'hystérectomie) il faut doser simultanément l'œstradiolémie (< 20 pg/ml) et la FSH (élevée, > 40 UI/l)
- test à la progestérone (pour faire le diagnostic sans attendre systématiquement 1 an d'alénorrhée) : administrer  des progestatifs sans œstrogènes 10 jours par mois pendant 3 mois consécutifs. Le test affirme la ménopause si aucun saignement ne se produit à l'arrêt du traitement.
Notes
- avant l'âge de 45 ans le dosage de FSH est systématique chez une femme en aménorrhée ;
- aménorrhée + FSH élevée chez femme < 40 ans = insuffisance ovarienne prématurée (IOP).

C) Diagnostic différentiel 0

La ménopause peut se discuter avec les autres causes d'aménorrhée secondaire.

 

3) Evolution 1A

La ménopause survient avec quelques conséquences. 

  • A court et moyens terme

Il s'agit du syndrome climatérique.
- manifestations vasomotrices : bouffées de chaleur, crises sudorales (nocturnes ++, parfois très gênantes, entraînant ou majorant des troubles du sommeil). Les bouffées de chaleur s'atténuent progressivement après quelques années d'évolutions ; 
- troubles inconstants du sommeil et de l'humeur : irritabilité, anxiété, insomnie, voire dépression ;
- syndrome génito-urinaire 1B  : sécheresse vaginale (le revêtement du vagin s'amincit et perd de son élasticité, les secrétions liées aux activités sexuelles diminuent, le vagin rétrécit et diminue de longueur ; la flore vaginale disparaît progressivement) ; symptômes urinaires (infections urinaires récurrentes, urgences urinaires, pollakiurie, dysurie) et baisse de la libido et dyspareunie du fait de la sécheresse vaginale ; 
- altération de l'état cutané : amincissement et perte de l'élasticité de la peau par raréfaction des fibres élastiques et du collagène ;
- tachycardie ;
- douleurs ostéoarticulaires (poignet ++) ; 
- Perte osseuse accélérée ( vitesse peut atteindre 4% par an après la ménopause)

  • A long terme

- Risque cardiovasculaire : augmentation de l'incidence des accidents cardiovasculaires après la ménopause par perte de la "cardio-protection" liée aux œstrogènes. Il existe un doublement de la fréquence des accidents coronariens après la ménopause 1C ;
- certains troubles liés au climatère semblent en rapport avec une hypoœstrogénie au niveau du système nerveux central. Il n'existe pas de preuves formelles liant la carence en œstrogène à des troubles cognitifs.

 

4) PEC 1A

A ) Bilan initial

BILAN PRE-THERAPEUTIQUE
- Interrogatoire : antécédents personnels et familiaux (de cancer, métaboliques, vasculaires) ; signes de carences œstrogéniques.
- Examen physique : poids, pression artérielle, palpation des seins, examen gynécologique, frottis cervico-vaginal ;
- Imagerie : mammographie (systématique) 
- Bilan sanguin : cholestérol, triglycérides, glycémie

B ) Traitement

Le traitement hormonal de la ménopause consiste à administrer des œstrogènes à une femme ménopausée pour contrebalancer les effets de la carence œstrogénique.

  • Avantages 

A court terme
- suppression des bouffées de chaleur ;
- sensation de confort physique et psychique ;
- amélioration de la vie sexuelle ;
- récupération du dynamisme.

A moyen terme
- Protection contre l'atrophie cutanéo-muqueuse.

A long terme 
- Protection contre l'ostéoporose ; 
- prévention du cancer du côlon ;
- effet cardiovasculaire et neurologique non démontrés. 

  • Risques 

- Cancer du sein ;
- accident veineux thromboemboliques ;
- accidents vasculaires cérébraux ;
- lithiases biliaires.

  • Moyens thérapeutique et schéma

Traitement séquentiel
- Œstradiol de J1 à J25 du mois ; 
- Progestérone ou progestatif  de J14 à J25 du mois

Traitement combiné discontinu
- Œstradiol et progestérone ou progestatif de J1 à J25 du mois

Traitement combiné continu (traitement sans saignement de privation)
- Œstradiol et progestérone avec un progestatif tous les jours du mois sans interruption
Note : l'association de l'œstrogène et de la progestérone ou un progestatif permet de prévenir le risque de cancer de l'endomètre.

  • Contre-indication

- Cancer du sein et de l'endomètre ;
- antécédents thromboemboliques artériels et veineux ; 
- hémorragie génitale sans diagnostic établi ; 
- affection hépatique aiguë ou chronique ;
Notes :
- en cas de facteurs de risque coronarien, évaluer le rapport bénéfice/risque ;
- le traitement local par œstrogène est bénéfique pour le tractus uro-génital en cas de contre-indication ;
- les modulateurs spécifiques du récepteur des œstrogènes (raloxifène)  sont des alternatives au THM classique en cas de contre-indication.

  • Cas pratiques 

- En présence de troubles fonctionnels : en cas de troubles gênants ou considérés comme tels, THM en première intention si la patiente le souhaite et à dose minimale efficace et tant que les symptômes durent ; bénéfice/risque favorable à court terme (< 5 ans) ;
- en présence de risques élevés d'ostéoporose : THM en deuxième intention en cas d'intolérance ou de contre indications aux traitement indiqués dans l'ostéoporose ; le THM doit être instauré à la ménopause le plus précocement possible ;
- en l'absence de troubles fonctionnels : en absence de troubles fonctionnels et de facteurs de risques d'ostéoporose, décider au cas par cas ; le THM n'est pas systématique.

C) Suivi

BILAN
Consultation à 3-6 mois ( vérifier la tolérance, l'efficacité du traitement et le bon dosage de l'œstrogénothérapie)
- dose insuffisante : persistance des bouffées de chaleur, fatigue, céphalées, manque de tonus, état dépressif, douleurs articulaires, troubles urinaires, sécheresse vaginale ; 
- surdosage : tension douloureuse des seins, prise de poids, gonflement abdominal, nervosité, irritabilité
A moyen terme 
- Examen clinique tous les 6-12 mois ;
- mammographie tous les 2 ans ; 
- frottis cervico-vaginal tous les 3 ans ; 
- échographie pelvienne voire hystéroscopie en cas de saignements utérins anormaux
Notes :
- la durée de traitement recommandée est de 5 ans avec réévaluation du bénéfice/risque tous les ans ;
- l'arrêt du traitement mieux supporté lorsqu'il est progressivement dégressif.

 

 

1 Commentaire

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Notes pour les commentaires : nous somme très heureux de recevoir des commentaires. Cependant, nous tenons à préciser que : 1- nous ne sommes pas des spécialistes ; 2- comme vous, nous recherchons les réponses sur le net ; 3- nous sommes très peu et ne pouvons donc pas répondre systématiquement. N'hésitez donc pas, si une information dans la fiche manque, à poser la question et y répondre vous-même après recherche ! Merci !

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription et en cas de compte 'Inactif', les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.

 





 

 

Ailleurs sur MedG
Liens internes

 Pages liées
Matière(s) : Gériatrie, Gynéco-obstétrique
Item(s) R2C (ECNi) : 124 (120)

Articles liés
Andropause

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
SFETD-SFAP-SFAR 4e édition (Réf. de Douleur, soins palliatifs et accompagnement - 2020) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
CEEDMM - Ménopause et andropause (Réf. d’Endocrinologie - 2019)
CNGOF - Ménopause (Réf. de Gynécologie obstétrique - 2018) [Indisponible en ligne]
CNEG 4e édition (Réf. de Gériatrie - 2018) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.

Recommandations
Troubles liés à la ménopause (fiche Premiers Choix - Prescrire, 2020) [Accès sur inscription] Résumé : Mesures non me?dicamenteuses le plus souvent pour les bouffe?es de chaleur. Troubles lie?s a? une se?cheresse vaginale : estroge?ne par voie vaginale a? re?server aux femmes tre?s ge?ne?es quand un gel hydratant ou lubrifiant ne suffit pas. Hormonothe?rapie a? e?carter en cas de risque de thromboses ou de tumeurs hormonode?pendantes
Les traitements hormonaux substitutifs de la ménopause (RBP - HAS, 2004. Synthèse PDF)

Publications scientifiques
• Pavlidou et al. "Traitement hormonal de la ménopause" (Rev Med Suisse, 2016)


Outils de consultation

Prévenir les fractures après la ménopause (Fiche Info Patient - Prescrire, 2021) [Payant] Résumé : Penser d'abord à diminuer le risque de chute, à s'exposer raisonnablement au soleil et à avoir une activité physique. Des médicaments sont parfois utiles après une première fracture, ou après l'âge de 70 ans.
Quand l’ostéodensitométrie est-elle utile ? (Fiche Info Patient - Prescrire, 2021) [Payant] Résumé : Après la survenue d'une fracture consécutive à un traumatisme léger, la mesure de la densité osseuse par ostéodensitométrie est utile pour décider s'il est justifié ou pas de prendre un traitement. En l'absence de fracture anormale, même après la ménopause, son utilité n'est pas démontrée.
La ménopause (Fiche Info Patient - Prescrire, 2020) [Payant] Résumé : La ménopause est la période de la vie des femmes qui marque l'arrêt définitif des règles et de la fécondité. Cette transition s'accompagne parfois d'une gêne plus ou moins marquée.
Bouffées de chaleur et sécheresse vaginale liées à la ménopause (Fiche Info Patient - Prescrire, 2020) [Payant] Résumé : Lors de la ménopause, les femmes gênées par des bouffées de chaleur, des sueurs nocturnes ou une sécheresse vaginale ont intérêt à privilégier des mesures autres que médicamenteuses.
PEC de la ménopause (Fiche Info Patient - CNGOF, 2017)
le CRAT (site web)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur1000 guides cliniques pour MG,
par le Collège de la Médecine Générale

Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Sémiologie
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu