Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Ulcère de jambe

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Pour le diagnostic étiologique, voir la fiche OD.
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 10 octobre 2018.
Dernières mises à jour
Octobre 2018 : relecture avec la 7e édition du réf de dermato, modifications mineures. Simplification des indications du pansement à l’argent (Vincent)
Août 2016 : création de la fiche (Vincent)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CEDEF – Ulcère de jambe (Réf. de Dermatologie – 2017)
1B : CEMV – Ulcère de jambe (Réf. de Médecine vasculaire – 2018) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2015]

1) Généralité 1A

Déf : plaie de jambe ne cicatrisant pas depuis plus d’un mois

Physiopathologie : 2 grands tableaux sont classiques mais les mécanismes sont plus nombreux

Ulcère veineux : complication de l’insuffisance veineuse chronique IVC par altération de la microcirculation veineuse et lymphatique ± déclenché par un trauma même minime.

Ulcère artériel : lésions directes d’ischémie par défaut de perfusion

Epidémiologie : la prévalence est de 1% après 60 ans, et jusqu’à 5% après 80 ans.
Sex-ratio dépendant de l’étiologie, féminin dans l’ulcère veineux (1/1.6)

Etiologies : (cf fiche OD)
– Insuffisance veineuse chronique +++
– AOMI, angiodermite nécrotique
– Autres causes rares : vascularites, pyoderma gangrenosum, causes infectieuses, tumorales…

2) Diagnostic 1A

Clinique
Plaie non-cicatrisée depuis > 1 mois

A ) Clinique

Anamnèse : recherche des facteurs de risque des principales étiologies
– AOMI (FdR CV)
– Insuffisance veineuse chronique IVC et maladie thrombo-embolique MTEV

Examen physique

L’examen précise le nombre, la taille et le siège des ulcères
– Son fond : propre ou surinfecté / purulent, bourgeonnant ou fibrineux / nécrotique
– Ses bords : souples et plats (bon pronostic), ou durs et saillants (mauvais pronostic)

Examen dermatologique : grande valeur étiologique
Examen vasculaire complet
Evaluation du handicap moteur : valeur pronostique ; une ankylose de cheville, gonarthrose, coxarthrose, ou déformation orthopédique (hallux valgus, affaissement plantaire) affaiblit le pronostic trophique et fonctionnel

B ) Paraclinique

Pas d’examen paraclinique dans le diagnostic positif de l’ulcère !

C ) Diagnostic différentiel

Mal perforant plantaire : indolore, aux points d’appui, hyperkératose périphérique

Ulcération tumorale : carcinomes épidermoïdes ou basocellulaires, lymphomes, rares mélanomes ulcérés

Calciphylaxies : calcifications massives en cas d’insuffisance rénale chronique traitée par dialyse 0, prédominant aux cuisses et à l’abdomen 1

3) Evolution 1A

A) Complications

> De l’ulcère

Surinfection microbienne (dermo-hypodermite, fasciite nécrosante, gangrène gazeuse dans les ulcères artériels) : inflammation des berges, lymphangite, fièvre

Lésions ostéo-articulaires : (ostéo-)périostite jusqu’à ankylose de cheville ± position antalgique

Hémorragie par rupture de varice

Carcinome épidermoïde : bourgeonnement excessif initial puis chronicité de l’ulcère malgré un traitement bien conduit, hémorragie locale. Il peut être une cause ou une conséquence de l’ulcère.

> Liée au traitement

Dermatites de contact : érythème microvésiculeux prurigineux sur une zone d’application de topiques (baume du pérou, antiseptiques, lanoline, pansements…), mis en évidence par des tests épicutanés

B) Pronostic

Ulcère variqueux : cicatrisation en 3-6 mois avec un traitement adapté, la récidive est toujours possible

Ulcère post-thrombotique et angiodermite nécrotique : plus grande tendance à la chronicité !

Ulcère artériel : pronostic très différent selon la décision thérapeutique (revascularisation ou amputation)

4) PEC 1A

A ) Bilan

Bilan devant un ulcère de jambe
Clinique
– Examen dermato, vascu et arthro
– IPS
Imagerie
– Echo-doppler veineux systématique
– ± écho-doppler artériel (aorte abdo et membres inf), ETT selon l’orientation clinique
– ± prélèvements bactériologiques, biopsies, autres examens selon l’étiologie suspectée

B ) Traitement

  • Mesures générales

Vaccination anti-tétanique
Antalgiques adaptés
Evaluation et PEC nutritionnelle

  • Traitement étiologique +++

  • Traitement local: 3 phases

1) Détersion

– ± anesthésie locale voire loco-régionale
– Ablation des débris cellulaires et crouteux au bistouri, à la curette et aux ciseaux
– Topiques utilisables (en l’absence d’infection patente) : alginates, hydrogels 48-72h

2) Bourgeonnement

– Pansements gras (tulles vaselinés), éviter les produits sensibilisants (baume du pérou)
– Membranes semi-perméables (hydrocolloïdes, hydrocellulaires, interfaces) : favorisent le bourgeonnement
– Alginates de calcium et hydrofibres : activité asséchante et hémostatique en cas de plaie très exsudative

3) Réépithélialisation

– Même type de produits (hydrocolloïdes, interfaces ++)
– ± Greffes en pastilles ou en filets : effet antalgique et raccourcissement de la cicatrisation. Les indications sont un ulcère de grande taille > 10 cm² et/ou ancien > 6 mois.

4) Autres mesures locales

Pansements à l’argent : indiqués pour les ulcères inflammatoires réunissant ces 3 critères
– Erythème péri-lésionnel
– Plaie malodorante
– Exsudat abondant

Traitement des complications
– Eczéma de contact : dermocorticoïdes, éviction de l’allergène
– Surinfection : désinfection ± ATB par voie générale

Pages : 1 2

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

4 réponses à “Ulcère de jambe”

  1. Le mal perforant plantaire figure dans la partie OD, mais pas dans la liste des étiologies… Est ce un ulcère ?! à corriger !

  2. Article intéressant du Vidal : l’activité physique semble augmenté significativement la cicatrisation en cas d’ulcère de jambe !

    Conclusion de l’article
    « Concrètement, en terme de programme d’exercice utilisé dans les études, le travail de résistance du mollet consistait à se mettre sur la pointe des pieds en levant les talons. L’intensité de cet exercice peut être progressivement augmentée chez les patients peu entraînés : d’abord assis, puis debout sur les deux jambes, puis debout sur une jambe (face à un mur pour éviter les pertes d’équilibre). Les séquences étaient progressivement allongées (10 levers, puis 15, puis 20, puis 25 à 30 par séance, avec une séance par jour).
    L’activité physique complémentaire était essentiellement la marche à pied, 30 minutes 3 fois par semaine, ou parfois une pratique aérobie (30 minutes de vélo stationnaire ou de tapis de marche).
    Les auteurs de cette méta-analyse concluent qu’il est raisonnable de penser qu’un programme d’activité physique tel que précédemment décrit, associé à une compression adaptée, puisse améliorer de 25 % le nombre d’ulcères cicatrisés au bout de 12 semaines de pratique. »

      • Bonjour,
        comme tu peux le lire, cette fiche a été retravaillée en 2018. Elle n’a pas été relue par un tier. Est-elle correcte ? Je l’espère. Dans le doute, je t’invite à la relire et à nous donner ton avis (cf participation). Merci

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Dermatologie, Vascu
Item(s) R2C (ECNi) : 228 (226)

Articles liés
Pyoderma gangrenosum
Angiodermite nécrotique

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CEMV - Ulcères de jambe (Réf. de Médecine vasculaire - 2018) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2015]
CEDEF - Ulcère de jambe (Réf. de Dermatologie - 2017)
Ulcères de jambe d’origine veineuse ou mixtes à prédominance veineuse (Fiche de synthèse - Thérapeutique dermatologique, 2015)

Recommandations
Prise en charge de l’ulcère de jambe à prédominance veineuse hors pansement (RBP - HAS, 2006. Synthèse PDF)

Publications scientifiques
Broderick et al. "Pansements et agents topiques pour les ulcères artériels de jambe" (Cochrane, 2020) Conclusions des auteurs: Les données probantes sont insuffisantes pour déterminer si le choix de l'agent topique ou du pansement affecte la guérison des ulcères artériels de jambe.


Outils de consultation

Soins des ulcères veineux de jambe (Fiche Info Patient - Prescrire, 2021) [Payant] Résumé : Porter des bandes ou des bas de compression accélère la cicatrisation. Pour protéger la plaie, des pansements simples à base de vaseline sont souvent le meilleur choix.


Documents grand public

Dermato-Info (Site Web) Site d'information grand public de la société française de dermatologie
Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale