Facteurs de risque cardio-vasculaires (FdR CV)

Vascu – Cardio
Fiche réalisée sans plan prédéfini
Item ECNi 219


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire


1) Bilan cardio-vasculaire 1A

L’objectif est d’établir le risque cardio-vasculaire (RCV). Il dépend à la fois des FdR et des marqueurs de pathologie (clinique ou infraclinique).

A) FdR 1A

(en orange les 6 principaux 1B)

Constitutionnels
âge (>50 ans chez l’homme et >60 ans chez la femme)
facteur génétique (évènement cardiovasculaire avant 55 ans chez le père et 65 ans chez la mère)
– sexe masculin (avant 75 ans)

Environnementaux
tabac actif ou passif
– régime alimentaire (via l’hypercholestérolémie, le diabète et l’HTA)
– consommation d’alcool excessive
– sédentarité
– facteurs psycho-sociaux

Facteur physio-pathologique
diabète
dyslipidémie (LDL > 1.6 g/L, HDL < 0.4 g/L)
HTA
syndrome métabolique

Facteurs protecteurs
HDL cholestérol > 0.60 g/L (-1 FdR)
– Activité physique, consommation de fruits et légumes…

Nouveaux facteurs biologiques (en cours d’étude)
– Hyperhomocystéinémie
– Hyperfibrinogénie
– CRPus
– autres : Interleukine 6, leptine, insuline, adiponectine, Lp(a), rénine plasmatique

=> Au total, possibilité d’estimer le Risque Cardio-Vasculaire global selon des formules épidémiologiques (Score de Framingham, échelle SCORE de l’ESC après 40 ans).

On distingue 4 niveaux de risque CV 3

4 niveaux de risque CV (Source : Fiche mémo HAS 2017)

B) Marqueurs d’atteinte d’organe 2

On distingue les atteintes d’organes cibles (paraclinique) et les pathologies (clinique)

Système Paraclinique Clinique
Cardiaque ECG : HVG
ETT : HVG, fonction VG
ATCD de SCA, angor, signes d’insuffisance cardiaque
Vasculaire Echo carotide : sténose, autres (EIM*>0,9, VOP…) ATCD d’AIT/AVC
claudication intermittente ; IPS <0,9 ; souffles artériels
Neuro Anomalie Scanner/IRM ATCD d’AIT/AVC
Signes neuro-sensoriels d’HTA sévère
Rénal Micro-albuminurie Protéinurie, IRén. chr.
Ophtalmo Anomalie du FO Diminution de l’AV

*EIM = Epaisseur Intima-Media ; VOP = vitesse de l’onde de pouls carotido-fémorale

=> Une atteinte pré-clinique ou clinique est souvent associée à un RCV élevé 0

C) Bilan à réaliser

Indications : Le RCV doit-être évalué une fois chez toutes personnes, et à nouveau dans les situations suivantes 0 :
– enquête familiale
– avant un traitement modifiant le cholestérol (dont pilule contraceptive !)
– patient présentant une pathologie athéromateuse
– patient de plus de 20 ans présentant 1 ou plusieurs FdR CV (parmi les 6 principaux)

Contenu du bilan 1A : en dehors de l’examen clinique (interrogatoire, mesure de la PA, examen vasculaire)

Systématique (bilan minimal OMS) Recommandé
« clinique »
– ECG
– BU
« clinique »
-IPS
Bio
– Glycémie à jeun
– Bilan lipidique
– Bilan rénal
– Kaliémie si HTA
Bio
– micro-albuminurie
– protéinurie (si BU +)
  Imagerie
– ETT
– Echo-doppler des troncs supra-aortiques
– FO si HTA sévère
– autres selon signes clinique (TDM cérébral…)

2) PEC 1A

L’objectif est de réduire le nombre de FdR modifiable (environnemental et physio-pathologique) au minimum. Les objectifs sont suivant le RCV global et le degré de prévention (primaire, secondaire ou primo-secondaire).

Le détails des PEC suivantes sont traités dans des items spécifiques :
Tabac
Diabète
HTA
Dyslipidémie
 Conseils nutritionnels
– Activité sportive

image_pdf

4 réflexions au sujet de « Facteurs de risque cardio-vasculaires (FdR CV) »

  1. Les indications de l’évaluation du RCV sont issues de la première édition du ref. des enseignant de cardio. Ils ont disparu de la 2e édition.

  2. Sur ce sujet, voir aussi la revue systématique publiée dans cochrane : Les acides gras polyinsaturés pour la prévention et le traitement des maladies du cœur et de la circulation

    Conclusions des auteurs :
    Il s’agit de la revue systématique la plus exhaustive des ECR menés à ce jour pour évaluer les effets de l’augmentation des AGPI sur les maladies cardiovasculaires, la mortalité, les lipides ou l’adiposité. L’augmentation de la consommation d’AGPI réduit probablement légèrement le risque de maladies coronariennes et d’événements cardiovasculaires, peut réduire légèrement le risque de mortalité due aux maladies coronariennes et aux accidents vasculaires cérébraux (sans toutefois exclure les préjudices), mais n’a que peu ou pas d’effet sur la mortalité due à toutes les causes ou aux maladies cardiovasculaires. Le mécanisme peut agir par réduction lipidique, mais l’augmentation de l’AGPI augmente probablement légèrement le poids.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.