Otite séromuqueuse (OSM)

ORLInfectio
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 147


Dernières mises à jour
Déc. 2018 : mise à jour des sources ORL et Pilly, ajout de la fiche de soins HAS (Vincent)
Mars 2017 : Création de la fiche (Vincent) ; Relecture (Thomas)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : ORL 4e édition 2014 – item 147 (référentiel des enseignants d’ORL – indisponible en ligne, lien vers l’édition 2014)
1B : Pilly 2018 – item 147 (référentiel d’infectiologie)
2 : Pose d’aérateurs transtympaniques dans l’otite moyenne séreuse et séromuqueuse chronique bilatérale chez l’enfant  (Fiche Pertinence des soins – HAS, 2017)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
3) Evolution
4) PEC
– A) Bilan
– B) Traitement

1) Généralité 1A

Déf : épanchement rétro-tympanique inflammatoire à tympan fermé, évoluant depuis au moins 3 mois

Physiopathologie : multifactoriel, 2 phénomènes intriqués
– Dépression dans l’oreille moyenne entraînant un transsudat
– Inflammation générant un exsudat, liée à des infections respiratoires hautes à répétition, avec épaississement de la muqueuse

Note : l’OSM peut être une complication de l’OMA, et entraîner elle-même des OMA récidivantes. La distinction est parfois difficile entre une véritable OMA et une otite chronique « réchauffée ».

Différents FdR sont identifiés : ce sont en fait des FdR d’agression de la muqueuse, communs aux OMA (listing complet dans cette fiche) et aux OSM. Nous rappellerons ici seulement certains de ces FdR, et le cas particulier des tumeurs du cavum
– Division vélaire / vélopalatine
Tumeur du cavum (fosse infra-temporale / apex pétreux) : cancer indifférencié, lymphome, rhabdomosarcome…
– Hypertrophie adénoïdienne

Epidémiologie : Les OSM touchent 50% des enfants, âge moyen = 5 ans

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Hypoacousie, obstruction nasale
± otalgies fugaces
Surdité de transmission,
tympanogramme plat

A ) Clinique

L’hypoacousie est le principal signe. Chez l’enfant, elle se révèle souvent par un trouble de l’apprentissage (retard linguistique, enfant trop calme ou au contraire hyperactif, difficulté d’attention en dictée…)

± otalgies fugaces, vertiges, sensation d’oreille pleine, autophonie
Obstruction nasale, ronflement, rhinorrhée ± hypertrophie adénoïdienne
(En général pas d’otalgie ni signes généraux)

Otoscopie : signes bilatéraux +++ (85%), tympans mats, réfractés ou bombants, parfois un niveau liquidien est visible

B ) Paraclinique

Exploration fonctionnelle auditive : Audiométrie tonale (surdité de transmission), tympanogramme (plat)

3) Evolution 1A

Evolution spontanément favorable le plus souvent

Complication locale : risque de surinfection et d’évolution vers un autre type d’otite
OMA récidivante
Atélectasie tympanique, lyse ossiculaire
Choléostéatome

Complication générale lié au trouble de l’audition chez l’enfant : Retard d’acquisition du langage, troubles articulatoires portant sur les consonnes

4) PEC 1A

A ) Bilan

Toute OSM unilatérale, en particulier chez l’adulte, doit faire rechercher une tumeur du cavum (nasofibroscopie +++, imagerie)

Chez l’enfant, bilan orthophonique (retard d’acquisition du langage lié à l’hypoacousie)

B ) Traitement

Symptomatique
– Lavage des fosses nasales, corticoïdes en cure courte 1B (pas un traitement de référence mais peut avoir une efficacité transitoire 2)
– Suppression d’un facteur favorisant (tabagisme passif, RGO, allergie…)
– ± Adénoïdectomie

Aérateur trans-tympanique (ATT) : Indications
– Surdité de transmission : > 30 dB (≥ 25 dB 2) ; ou avec retard de langage ; ou surdité de perception sous-jacente ; ou handicap visuel associé 2
– Surinfections itératives : ≥ 5-6 épisodes par hiver
– Poche de rétraction tympanique
– Séquelles de chirurgie vélaire, insuffisance vélaire
– Trisomie 21 2

Notes 2 :
– L’ATT peut être indiqué devant la constatation d’un épanchement rétro-tympanique et d’un terrain à risque. Les autres cas font l’objet d’un contrôle clinique à 3 mois permettant de poser le diagnostic d’OSM (si persistance de l’épanchement), puis d’une d’audiométrie.
– Il est le plus souvent expulsé spontanément au bout de 4 mois à 2 ans

Arbre décisionnel de PEC des OMS (source 2)

2 réflexions au sujet de « Otite séromuqueuse (OSM) »

  1. Les explorations fonctionnelles auditives sont-elles indispensables, comme supposé dans le ref d’ORL ?
    Je ne pense pas que 50% des enfants (prévalence de l’OSM) en bénéficient…

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.