Surveillance des maladies infectieuses transmissibles

Infectiologie – Santé publique
Fiche réalisée sans plan prédéfini
Item ECNi 142


Dernières mises à jour
Sommaire

Maladie Infectieuse Transmissible MIT : maladie causée par un agent infectieux (bactérie, virus, champignon, parasite ou prion), avec une capacité à se transmettre à plusieurs individus, ou entre individus.

Cet item reprend quelques généralités et définitions utiles en infectiologie et épidémiologie.


1) Notion de réservoir 1

Réservoir : lieu de prolifération naturel de l’agent infectieux en cause. Il peut être :

  • Endogène

1013 à 1014 micro-organismes constituent le microbiote humain, dans la peau et les muqueuses normalement. Ces organismes sont dits commensaux, et peuvent devenir pathogènes en cas de déplacement en zone stérile par effraction cutanéo-muqueuse, de déficit immunitaire, d’antibiothérapie pour des mycoses et diarrhées infectieuses…

  • Exogène

Humain ++ : un sujet colonisé ou infecté transmet l’agent à un autre humain. Les maladies à réservoir strictement humain peuvent être éradiquées par la vaccination.

Animal : groupe des zoonoses

Environnemental :
– Sol = réservoir tellurique (Tétanos)
– Air = réservoir aérien (aspergillose)
– Eau = réservoir aquatique (légionellose)

2) Modes de transmission 1

A ) Directe

= passage du réservoir à l’hôte sans intermédiaire

  • Transmission « air » et « gouttelettes »
Air Gouttelettes
Suspension aérienne plusieurs minutes Pas de suspension aérienne
> 1 mètre < 1 mètre
Tuberculose
Fièvre Q
Rougeole
Varicelle
Méningocoque
Grippe et autres viroses respiratoires
  • Transmission manuportée

Viroses respiratoires
Infections à transmission féco-orale
BMR en milieu de soins
Gale

  • Autres modes de transmission

– Contact direct avec le réservoir animal ou environnemental
– Sexuelle
– Verticale : de la mère à l’enfant, en pré-partum (toxo) ou en per-partum (VIH)
– Sanguine par transfusion ou AES (accident exposant au sang ou liquide biologique) : HCV, HBV, HIV

B ) Indirecte

= il existe un vecteur inerte / vivant entre le réservoir et l’hôte

> Eau et aliments infectés (typhoïde, choléra, gastro-entérites saisonnières)

> Eau en aérosol (légionellose)

> Arthropodes vecteurs
– Moustiques (dengue, paludisme, fièvre jaune)
– Tiques (maladie de Lyme)
– Mouches (onchocercose, trypanomoses africaines)

3) Indicateurs épidémiologiques 1

Prévalence : nombre de personnes atteintes d’une infection à un moment donné (indicateur statique)

Incidence : nombre de nouveaux cas d’infection, dans une population et une période donnée, rapportée à l’ensemble de cette population (indicateur dynamique)

Taux d’attaque : dans une population de sujets contact indemnes au départ, rapport du nombre de cas d’infection sur le nombre de sujets contact dans une période donnée

4) Organisation de la veille sanitaire 1

A) L’organisme en charge : l’InVS

L’InVS, institut national de veille sanitaire est l’établissement chargé de ces missions :
– Surveillance de l’état de santé de la pop. Française
– Recueil et traitement des données à des fins épidémiologiques via le réseau national de santé publique
– Veille et vigilance sanitaire : analyse des facteurs de risque à l’échelle de la santé publique
– Alerte sanitaire : information du ministère de la santé, recommandations professionnelles

Ainsi, son rôle dépasse le cadre strict des MIT mais couvre aussi les maladies environnementales non-infectieuses, les maladies professionnelles, les maladies chroniques et traumatismes…

B) Maladies à déclaration obligatoire (MDO) 2

Elles sont au nombre de 33 début 2017 avec l’intégration du virus Zika et des schisostomiases urogénitales, dont 2 sont non-infectieuses (mésothéliomes et saturnisme chez les enfants).

On distingue :
29 MDO de catégorie 1 et 2 : nécessite une déclaration nominative en urgence au médecin de l’ARS 1 (mesures urgentes nécessaire) suivi d’une notification détaillée anonyme (rougeole, hép. A aigüe, inf. invasive à méningoc., TIAC, légionellose, tuberculose, Zika...)
4 MDO de catégorie 2 uniquement : nécessite uniquement une notification (VIH, hép. B aigüe, tétanos et mésothéliome)

La liste complète ainsi que les fiches de notification et des informations récentes sur chacune de ces pathologies sont disponibles sur le site de l’InVS

C) Mesures d’éviction 3

On distingue :
– les infections nécessitant une éviction de la colectivité : coqueluche, gale, hépatite A et E, angine à streptocoque, rougeole…
– les infections ne nécessitant pas d’éviction mais où la fréquentation de la collectivité à la phase aigüe n’est « pas souhaitable » : angine virale, bronchite, gastro-enterite virale, grippe, herpes, otite moyenne aigüe, varicelle, rubeole…
les infections sans éviction : hép. B et C, VIH, …

Une liste de 52 des pathologies infectieuses les plus fréquentes est proposée par le HCSP, disponible à cette adresse.

haut de page

Une réflexion au sujet de « Surveillance des maladies infectieuses transmissibles »

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !