Gingivostomatite herpétique

Fiche non relue par un tiers !!!


InfectioPédiatrie 
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 160


Dernières mises à jour
Septembre 2019 : Création de la fiche, Publication (Beriel)

Sources

MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1  : CNPU 7e édition 2017 – item 160 (Référentiel des enseignants de Pédiatrie, lien vers édition 2014)

1) Généralités 1

Déf : La gingivostomatite herpétique  est une infection cutanéomuqueuse liée le plus souvent à HSV-1 (Cf classification des virus). 

Physiopathologie : La primo-infection correspond au premier contact infectant muqueux ou cutané avec le virus. Lorsqu’elle est symptomatique, la primo-infection à HSV-1 revêt le tableau de gingivostomatite aigüe. Les réactivations correspondent à des périodes de réplication virale séparées par des périodes de latence, survenant soit sous la forme de récurrence cliniques, soit par excrétion virale asymptomatique.

Transmission : Transmission direct par contact avec un sujet excrétant du virus (voie cutanée, génitale ou salivaire : excrétion virale asymptomatique).

 

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
Eruption vésiculaire buccogingivale avec dysphagie PCR (forme sévère/compliquée)

A ) Clinique

  • Anamnèse

Terrain 
– Enfant de 1 à 4 ans ++

  • Examen physique

Incubation : 5 à 7 jours

Phase d’invasion 
– Fièvre élevée
– Dysphagie

Phase éruptive 
– Eruption douloureuse de vésicules rapidement rompues et laissant en place des ulcérations muqueuses ou des croûtes cutanées. 
 . Siège : langue, palais, gencives, muqueuses buccale et lèvres.
 . Evolution : Confluence en plaques érosives muqueuses recouvertes d’une membrane grisâtre avant de disparition
– ADP sous-maxillaires, hypersialorrhée, haleine fétide

Note : La contagiosité est maximale dans les premières heures de constitution des vésicules. La durée de contagiosité après une primo-infection orale varie de 8 à 20 jours.

B ) Paraclinique

Le diagnostic est essentiellement clinique. 

Examen biologique (formes sévères/compliquées)
– PCR sur un prélèvement de lésion
– Sérologie inutile !

 

3) Evolution 1

A) Histoire naturelle

La maladie confère une immunité partielle qui n’empêche pas les réactivations. Il peut survenir de façon récurrente des lésions vésiculeuses en bouquet (dans le même territoire) à la jonction de la peau et de muqueuse buccale et sur le bord des lèvres : herpès labiale récidivant

B) Complications

Les complications sont rares  et sont liées au terrain (Immunodépression ou dermatite atopique : Syndrome de Kaposi – Juliusberg )

 

4) PEC 1

A )Traitement

> Forme simple

La PEC est ambulatoires et symptomatique dans les formes simples.
– Alimentation + Hydratation ++ (risque de déshydratation)
– Traitement antalgique 

Forme sévère

– Hospitalisation
– Aciclovir pendant 5 à 10 jours (instauration précoce à H24 – H48 dès début des symptômes)
– Nutrition entérale ou hydratation IV si nécessaire

B ) Prévention

– Education et information des parents ;
– Eviction scolaire non obligatoire ;
– Pas de vaccin connu à ce jour.

 

 




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.