Kyste fonctionnel de l’ovaire

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 5 avril 2019.

Gynécologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 42


Dernières mises à jour
Avril 2019 : relecture avec la 4e édition du référentiel de gynécologie, modifications mineures (S. Hassoun)
Février 2018 : création de la fiche (Vincent)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CNGOF 3e édition 2015 – item 303 (référentiel de gynécologie)
1B : CNGOF 3e édition 2015 – item 42 (référentiel de gynécologie)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Diagnostics différentiels
3) Evolution
4) PEC

1) Généralité 0

Définitions : masse à composante liquidienne, développée au dépends d’un ovaire, de taille ≥ 30 mm 0. Les kystes fonctionnels sont exclus de la définition des tumeurs ovariennes 1A.

Kystes fonctionnels : kyste disparaissant spontanément en 6-12 semaines, survenant chez la femme en période d’activité génitale, toujours bénin. Ils regroupent les kystes folliculaires en première partie de cycle, et les kystes du corps jaune après l’ovulation.

Kystes organiques : kyste persistant ≥ 3 mois, le plus souvent chez la femme ménopausée. Ils sont le plus souvent bénins (mais 20 % sont borderline ou malins! 1B). Ils font partie des tumeurs de l’ovaire et sont traités dans la fiche correspondante.

Epidémiologie 1B : il s’agit de l’étiologie la plus fréquente des tuméfactions pelviennes en période d’activité génitale

2) Diagnostic 1B

Clinique Paraclinique
Masse latéro-utérine chez la femme en âge de procréer Echo : kyste uniloculaire, liquidien pur, entre 3 et 7 cm 0, disparition spontanée à 3 mois

A ) Clinique

Anamnèse
– Découverte fortuite (kyste latent, asymptomatique 50%)
– Signes d’appel (plutôt kystes organiques 0) : pesanteur ou douleur pelvienne, métrorragie, pollakiurie ou troubles digestifs par compression

FdR : prise de progestatifs (DIU au lévonorgestrel, implants microprogestatifs)

Examen physique : masse latéro-utérine indépendante de l’utérus, de caractère lisse et régulier

B ) Paraclinique

Echographie initiale : recherche des critères de bénignité ou de malignité

Masse ovarienne Aspect échographique Etiologies à évoquer
Critères de bénignité
Kyste liquidien pur +++
Kyste uniloculaire liquidien pur, < 7 cm ou multiloculaire avec parois fines < 3 mm
Vascularisation périph. régulière avec index de résistance < 0,5
Chez une femme non-ménopausée
Kyste fonctionnel persistant
Tumeurs ovariennes bénignes (cystadénome séreux ou mucineux, endométriome)
Critères de malignité 1A Végétations endo- ou exokystiques
Ascite
ADP
Masse pelvienne associée
Tumeur ovarienne maligne
Autres aspects Kyste organique 1A : > 7 cm ou vascularisé, existence d’une cloison, parois épaissies, contenu hétérogène, contours irréguliers Tumeur bénigne 80 %, maligne 20 %
Tuméfaction solide
(suspect!)
Fibrome ou fibrothécome (rarement volumineux), métastase, certaines tumeurs séreuses
Tuméfaction hétérogène mixtes ou multiloculaire solide
(suspect!)
Kyste dermoïde (aspect hétérogène + zones internes hyperéchogènes arrondies), tumeurs borderline

Echographie à 3 mois : disparition spontanée le plus souvent

C ) Diagnostic différentiel

Autres causes de masse pelvienne (tumeurs ovariennes, fibromes utérins…)

3) Evolution 0

Les kystes fonctionnels sont parfois à l’origine de douleurs des flancs, ou d’irrégularités de cycle. Les kystes lutéiniques peuvent exceptionnellement se compliquer de torsion ou de rupture (complications développées dans la fiche Tumeur de l’ovaire)

4) PEC 0

Aucun traitement dans les formes non-compliquées




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.