Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Syndrome pyramidal

Il existe un projet MedG pour cet article ! Cliquez ici pour en savoir plus, financer ou réaliser ce projet.

Une Fiche MedG réalisée sans plan prédéfini
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 25/06/21.

Dernières mises à jour
– Juin 2021 : création de la fiche (Beriel)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : CEN – Syndrome pyramidal (Réf. de Neurologie – 2017 ?)

1) Généralités 1

Déf : ensemble de symptômes et signes résultant de l’atteinte, à quelque niveau que ce soit, de la voie cortico-spinal (faisceau pyramidal), support de la commande motrice volontaire.

Physiopathologie  
– L’atteinte du faisceau cortico-spinal est caractérisée par des signes déficitaires 
– Des signes de spasticité sont observés et sont liés à la libération d’activités motrices réflexes normalement inhibées par la voie cortico-spinale 
– Ces deux types de signes peuvent être d’apparition synchrone (atteinte lentement progressive) ou décalée dans le temps (atteinte aiguë)
– Lors d’une atteinte aiguë, la paralysie est d’abord flasque (hypotonie) puis spastique (hypertonie pyramidale) 
– Le syndrome pyramidal est controlatérale à la lésion lorsqu’elle siège au dessus du bulbe (moelle allongée) et ipsilatéral à la lésion lorsqu’elle est médullaire.

Etiologies 0 
– AVC +++
– Processus expansifs intracrâniens : tumeur, abcès, hématome sous dural chronique 
– Thrombophlébite de sinus longitudinal sup
– Ischémie vertébro-basiliaire 
– Méningo-encéphalite
– Thrombophlébite cérébrale septique
Sclérose en plaque
– Vascularites 
– Etc.

2) Diagnostic 1

A) Clinique 

Clinique Paraclinique
Signes déficitaires
Signes de spasticité 


Signes fonctionnels 

Faiblesse motrice
– Intensité et topographie variables
– Termes utilisés par les malades : paralysie, gêne, ankylose, lourdeur, maladresse, mauvais équilibre, etc.
– Retentissement sur les activités motrices courantes (marche, course, etc.)

Claudication motrice intermittente
– Faiblesse indolore d’un ou des deux membres inférieurs survenant après un certains temps de marche disparaissant au repos 
– S’observe en cas d’atteinte médullaire ++

Sensations de contractures et/ou de raideur : peuvent s’exprimer comme douloureuse (liées à la spasticité) 

Troubles de la phonation et de la déglutition : peuvent s’observer en cas d’atteinte bilatérale (

Mictions impérieuses : traduit une vessie spastique  

Signes physiques 

Déficit motrice
Lésion aiguë et étendue

– Déficit massif concernant toute la musculature 
– Topographie variable selon la localisation de la lésion : hémicorps (face, membres supérieur, membre inférieur), deux membres inférieurs, ou un seul membre (plus rare)

En cas de lésion partielle ou progressive : déficit prédominant sur certains groupes musculaires 
♦ Membre supérieur, muscles extenseurs (atteinte des mouvements fins et rapides des doigts) 
   – Epreuve des bras tendus : bras tendus à l’horizontale, chute progressive du membre supérieur concerné atteint le bras (parfois poignet ou doigts uniquement)
   – Signe de Garcin : les bras sont fléchis et les doigts fortement écartés ; la main se creuse progressivement (déficit des extenseurs) 
   – Lenteur des mouvements alternatifs rapide : opposition pouce-index par ex (comparatif entre les deux côtés)

♦ Au membre inférieur (atteinte des muscles fléchisseurs) 
   – Signe de Mingazzini : patient en décubitus dorsal, garde les cuisses fléchies et les jambes maintenues à l’horizontale ; on observe alors la chute progressive du membre inférieur (cuisse et/ou jambe) 
   – Signe de Barré : patient en décubitus ventral, garde les jambes fléchies à 90° ; on observe alors une chute progressive de la jambe. 

♦ A la face, sur le territoire facial inférieur 
   – Effacement du pli naso-génien 
   – Asymétrie lorsqu’on demande au patient de découvrir les dents se corrigeant lors des mouvements automatiques tels que le rire (dissociation automatico-volontaire) 

Troubles du tonus musculaire
En cas de lésion aiguë et étendue : hypotonie (déficit flasque) 

En cas de lésion partielle ou progressive (ou quelques semaines après la phase hypotonique) : hypertonie pyramidale, ou spasticité (caractéristique du syndrome pyramidal). Contracture musculaire caractéristique : 

♦ Topographie 
   – Prédomine sur les fléchisseurs au membre supérieur : peut imprimer une atteinte permanente en flexion du coude, du poignet et des doigts 
   – Prédomine sur les extenseurs au membre inférieur : jambe en extension, pied en varus équin, démarche en fauchant +++ (marche spastique, pied qui « racle » le sol avec sa pointe et son bord externe)

♦ S’accentue à l’action ; apparaît parfois uniquement après un certain temps de marche (claudication motrice intermittente) 
♦ S’accentue avec l’angle et la vitesse d’étirement 
♦ Elastique (cédant comme une lame de canif)
♦ Peut être douloureuse lorsqu’elle est intense 

Anomalies des réflexes ostéotendineux (ROT) et des réflexes cutanés
Anomalies des ROT
♦ Lésion aiguë et étendue : aréflexie ostéotendineuse 

♦ Lésion progressive ou partielle ou après une lésion aiguë : hyper-réflexie ostéotendineuse (ROT vifs, diffusés et polycinétiques) 
   – ROT vifs : ampleur excessive de la réponse motrice 
   – ROT diffusés : la réponse s’observe aussi sur d’autres segments du même membre ou sur le membre controlatéral 
   – ROT polycinétiques : plusieurs réponses motrices se succèdent jusqu’à entraîner un clonus inépuisable de la rotule ou du pied (« trépidation épileptoïde » du pied) 

Signe de Babinski : réponse en extension du gros orteil lors de la recherche du réflexe cutané plantaire 

Autres signes
– Syncinésies : mouvements involontaires ou renforcements toniques survenant dans des groupes musculaires, lors de mouvements volontaires concernant une autre partie du corps 
– Signe d’Hoffmann : flexion des doigts lors d’une pression vive sur l’ongle du majeur 
– Abolition des réflexes cutanés abdominaux 

Formes topographiques
Cortex cérébral 
– Hémiplégie controlatéral à la lésion, allant d’une simple gène motrice à une paralysie complète 
– Prédominance brachio-faciale si lésion à la face externe de l’hémisphère 
– Prédominance crurale (membre inférieur) si lésion à la face interne de l’hémisphère 
– Association fréquente à un déficit sensitif (proximité des cortex moteurs et sensitifs) 

Capsule interne 
– Hémiplégie controlatérale à la lésion 
– Proportionnelle : atteinte d’intensité à peu près comparable de la face, du membre supérieur et du membre inférieur 
– Pas de déficit sensitif associé 

Tronc cérébral 
– Hémiplégie controlatéral à la lésion 
– Intensité comparable du membre supérieur et du membre inférieur mais épargnant la face
– Pas de déficit sensitif associé mais possible atteinte ipsilatérale d’un ou plusieurs nerfs crâniens 

Moelle épinière 
– Tétraplégie ou tétraparésie en cas d’atteinte de la moelle cervicale 
– Paraplégie ou paraparésie en cas d’atteinte de la moelle dorsale ou lombaire 
– Déficit unilatéral atteignant le membre supérieur et le membre inférieur, ipsilatéral à la lésion 

Syndrome pseudo-bulbaire 
– Paralysie labio-glosso-pharyngée 
– Abolition du réflexe du voile du palais et du réflexe nauséeux 
– Autres signes (inconstants mais fréquents) : faciès spastique (« crispé »), vessie spastique, marche à petits pas avec conservation du ballant des bras, rétropulsions, labilité émotionnelle, ROT vifs, diffusés, signe de Babinski 

B ) Paraclinique

Le diagnostic du syndrome est essentiellement clinique. L’imagerie cérébrale ou médullaire permet le diagnostic étiologique. 

C ) Diagnostic différentiel

Réflexes vifs isolément 
– Chez les sujets dits « neurotoniques »
– Les ROT peuvent être vifs ± polycinétiques avec une ébauche de clonus du pied, épuisable. 

Syndrome neurogène périphérique : le contexte pathologique, la topographie du déficit, et les signes associés permettent de trancher (à la phase aiguë, lorsque le déficit n’est pas hémi-corporel)

Syndrome extra-pyramidal 
– Pas de véritable paralysie, mais akinésie 
– Hypertonie extra-pyramidale plastique (et non élastique)
– ROT normaux 

Syndrome de négligence (ou spontanéité) motrice 
– Pas de véritable paralysie, mais sous-utilisation 
– Lésion frontale 

Troubles somatomorphe (trouble de conversion) 
– Pseudo-déficit souvent caricatural 
– Examen neurologique normal (réflexe et tonus musculaire) 
– Contexte psychologique évocateur 

 

 

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.







Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Neurologie
Item(s) R2C (ECNi) : +19

Articles liés
Syndrome cérébelleux
Syndrome myogène
Nystagmus
Syndrome pseudo-bulbaire
Syndrome médullaire
Syndrome bulbaire
Les nerfs crâniens
Syndromes du tronc cérébral
Testing musculaire
Syndrome extra-pyramidal
Voir plus...

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CEN - Syndrome pyramidal (Réf. de Neurologie - 2017 ?)

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

(Section vide)

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale