Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu

Amoebose

Amibiase

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 21/08/20.


Dernières mises à jour
Août 2020 : relecture et mise en ligne de la fiche (Beriel)
- Mai 2020 : création de la fiche (Morgane)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : ANOFEL - Amoebose (Référentiel des enseignants de Parasito. et mycologie - 2019) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2016]
1B : ECN Pilly 2020 - Parasitoses digestives : amoebose, giardiose, taéniose, ascaridiose, oxyurose (Référentiel des enseignants d’Infectiologie - 2019)


1) Généralités 1A

Déf : parasitose digestive due à un parasite protozoaire flagellé, Entamoeba histolytica

Physiopathologie : Entamoeba histolytica existe sous deux formes : la forme kystique (sphérique, 10-15 μm de diamètre, forme favorisant la dissémination et responsable de l'amoebose infestation) et la forme trophozoïte ( forme végétative, 20-40 μm de diamètre, mobiles et responsable de l'amoebose maladie : amoebose intestinale aiguë et amoebose tissulaire 1B). 
L'homme se contamine lors de l'ingestion des kystes : c'est l'amoebose infestation (simple portage asymptomatique). 
Les kystes se transforment en trophozoïtes dans le colon, sous l'action des sucs digestifs, lesquels sont éliminés dans le bol fécal sous forme de kystes. 

Le trophozoïte, reste dans la lumière du colon où il se multiplie par scissiparité. Dans certaines circonstances (inconnues 1B), certains trophozoïtes deviennent histolytiques et à la paroi colique par l'intermédiaire de lectines. Les cellules humaines touchées sont tuées et détruites en quelques minutes par la formation de pores dans leur membrane. La production d'enzymes protéolytiques par les amibes favorise leur diffusion dans la muqueuse et la sous-muqueuse colique, entraînant un épaississement œdémateux, la formation de multiples ulcérations, d'abcès « en bouton de chemise », de plages de nécrose et parfois de perforations intestinales : c'est l'amoebose intestinale aiguë ( AIA)

La poursuite de l'infection et la diffusion éventuelle à d'autres tissus (foie, puis poumons, cerveau, etc.) dépendant en partie de la réponse immunitaire locale de l'hôte (rôle aggravant des corticostéroïdes) : c'est l'amoebose tissulaire
Au cours de l'invasion de la paroi colique, les amibes peuvent entraîner des effractions de la microvascularisation et diffuser par voie hématogène dans le système porte. Les amibes adhèrent ensuite à la paroi des capillaires hépatiques et détruisent le parenchyme hépatique de façon centrifuge, réalisant un abcès amibien du foie. L'extension pleuropulmonaire est possible 1B. L'abcès amibien du foie domine l'amoebose tissulaire et constitue l'amoebose hépatique (AH). 
La localisation hépatique est toujours secondaire à une contamination colique, mais elle peut apparaître à distance de l'épisode dysentérique (quelques mois voire quelques années 1B), qui peut ne pas être retrouvé à l'anamnèse. 

Épidémiologie
- Transmission  
 . transmission indirecte via l'alimentation ou les eaux souillées
 . transmission directe manuportage ou pratiques sexuelles oro-anales (contamination féco-orale, HSH ++)
- Données épidémiologiques 
 . 2e rang des infections parasitaires en terme de mortalité derrière le paludisme (mortalité estimée à 40000-100000 personnes/an)
 . amoebose intestinale (tous les âges ++), amoebose hépatique : homme de 18-50 ans ++
 . endémique dans les régions chaudes et humides 1B
. épidémiologie et distribution des cas liées à la prévalence de l'infection et aux conditions socio-sanitaires (milieu rural pauvre, bidonvilles, niveau d'hygiène collective faible, etc.) dans les zones de forte transmission 
- Données françaises 1B :
 . pathologie du voyageur et du migrant, HSH, sujets institutionnalisés vivant dans des structures d'hébergement collectif 
Note : les sujets immunodéprimés ne sont pas à risque particulier pour l'amoebose et ne font pas plus de formes symptomatiques que le reste de la population.

 

2) Diagnostic 

Clinique Paraclinique
AIA : syndrome dysentérique non fébrile
AH : tableau d'hépatalgie fébrile
AIA : Examen parasitologique des selles 
AH : sérologie

A ) Clinique 1A

  • Amoebose intestinale

- Absence de fièvre, état général conservé au début 
- Syndrome dysentérique 
 . diarrhée afécale glairo-sanglante 
 . douleurs abdominales à type d'épreinte et de ténesme
- Abdomen sensible à la palpation, toucher rectal douloureux, foie normal.
Forme subaiguë fréquente avec selles molles peu nombreuses ou simple perte de selle moulée quotidienne 1B

  • Amoebose hépatique

Incubation : quelques mois voire années après la contamination

Début progressif (concomitant ou non d'un épisode dysentérique) 
- douleur de l'hypocondre droit irradiant vers l'épaule 
- fièvre précoce  constante, en plateau chiffrée à 39-40°, altération de l'état général (AEG)
- généralement pas d'ictère, parfois toux sèche par irritation phrénique 1B
- hépatomégalie lisse, douloureuse à l'ébranlement

B ) Paraclinique 1B

  • Amoebose intestinale

Il n’est pas possible de différencier E. histolityca de E. dispar (non pathogène) à l’examen microscopique.

Examen parasitologique des selles (EPS) 1A
- à réaliser sur des selles fraîchement émises (parasite fragile dans sa forme végétative dont l'observation est un élément clé dans le diagnostic). L'examen n'a aucun intérêt sur des selles de plus de 3 heures.
- à réaliser 3 fois à quelques jours d'intervalle (augmentation de la sensibilité) 
- le parasite est le plus souvent vu sous sa forme kystique, et plus rarement sous forme végétative (selles dysentérique ++)

Détection du parasite par PCR sur selles : de plus en plus utilisée

Sérologie : rarement positive dans cette forme

Rectoscopie : non systématique 
- ulcérations en coup d'ongle
- biopsie : abcès en bouton de chemise avec présence d'amibes 

  • Amoebose hépatique

Sérologie : fortement positive ++
- recherche d'anticorps anti-amibiens par test ELISA
- faux négatifs possibles lors de la première semaine d'évolution clinique.

PCR sur liquide de ponction : confirme le diagnostic 
- la ponction de la collection révèle un pus de couleur chocolat 
- effectuer une ponction uniquement si  
 . sérologie négative
 . risque de rupture 
 . absence de réponse au traitement 
 . doute diagnostic (pyogène ?)

Imagerie (diagnostic d'orientation)
Echographie hépatique : aspect d'abcès unique de grande taille (rarement multiples)
TDM hépatique : si écho non contributive (abcès du dôme hépatique par ex.) 
Rx thorax : possible surélevation de la coupole diaphragmatique droite +/- comblement du cul de sac costo-diaphragmatique droit.

C ) Diagnostic différentiel 1B

Devant l'amoebose intestinale aiguë : les dysentéries bacillaires 

Devant l'amoebose intestinale 
- en france : abcès à pyogènes ++
- chez les migrants : nécrose fébrile d'hépatocarcinome primitif (Afrique et Asie) sur hépatite B ou kyste hydatique 

3) Evolution

A) Histoire naturelle 1A

- En ce qui concerne l'amoebose intestinale, les formes atténuées sont les plus fréquentes. Des formes fulminantes sont possibles avec perforations intestinales entrainant le décès dans 40% des cas malgré une colectomie étendue. 
- En ce qui concerne l'amoebose hépatique 
 . évolution toujours défavorable en absence de traitement 
 . sous traitement 1B : régression de la fièvre et des douleurs en 3 jours, baisse rapide de la CRP. Possible persistance d'une cicatrice hépatique visible en échographie. Rechutes rares.

B) Complications 1B

Les complications de l'amoebose intestinale sont rares 

Amoebome (pseudo tumeur de la fosse iliaque droite)
- trouble du transit, sang dans les selles, douleurs importantes et AEG 1A
- EPS négatif 1A
- coloscopie avec biopsie et sérologie pour diagnostic positif 1A

Colite nécrosante

 

4) PEC 1A

A ) Traitement 1B

Antiparasitaires
Amoebicide tissulaire 
- Métronidazole PO ou IV 7j -10j (1,5-2g/jour en 3 prises 1A)
- inefficace sur les formes kystiques 
Amoebicide de "contact"
- Hydroxyquinoléine (tiliquinol) pendant 10 jours (2 gel matin et soir), trois jours après la fin du traitement par amoebicide tissulaire 1A
- pas d'absorption intestinale : action uniquement dans la lumière digestive donc actif sur les formes kystiques 

Ponction d'abcès : si abcès > 10 cm, risque de rupture, évolution non favorable sous traitement ou sérologie négative, doute diagnostic (abcès  pyogène, tumeur nécrosée)

B) Suivi 

En cas d'amoebose hépatique, suivi clinique, échographique et sérologique.

 

C ) Prévention 

- Hygiène individuelle et collective (hygiène des mains ++)
- EPS systématique pour les personnes exerçants des métiers dans la restauration ou travaillant en collectivité 

 

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Notes pour les commentaires : nous somme très heureux de recevoir des commentaires. Cependant, nous tenons à préciser que : 1- nous ne sommes pas des spécialistes ; 2- comme vous, nous recherchons les réponses sur le net ; 3- nous sommes très peu et ne pouvons donc pas répondre systématiquement. N'hésitez donc pas, si une information dans la fiche manque, à poser la question et y répondre vous-même après recherche ! Merci !

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)

     

Mes Fiches Personnelles de l’article
(connection nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.

 




 

 

Ailleurs sur MedG
Liens internes

 Pages liées
Matière(s) : HGE, Infectieux
Item(s) ECNi : item 168

Articles liés
Classification des parasites
Parasitose digestive : vue d’ensemble
Ascaridiose
Oxyurose
Téniasis
Giardiose

Bibliothèque
Liens externes associés


Recommandations et référentiels

Fiches
ECN Pilly 2020 - Parasitoses digestives : amoebose, giardiose, taéniose, ascaridiose, oxyurose (Réf. d’Infectiologie - 2019)
• ANOFEL - Amoebose (Réf. de Parasito. et mycologie - 2019) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2016]
• CDU-HGE - Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose (Réf. d’Hépato-gastro-entérologie - 2018) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2015]

Recommandations
(Section vide)

Publi. scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

SNFGE (Site Web) Page grand public du site de la société nationale française de gastro-entérologie (société savante des maladies et cancers de l'appareil digestif)
Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?

Dites le-nous !
et

    Formulaire de contact destiné à la gestion des liens externes. Pour tout autre sujet, merci d‘utiliser ce formulaire

    Problème*
    Il n‘existe pas de lien „reco“ pour cette ficheJe connais un document non référencéUn lien comporte une erreur ou est cassé

    Je propose un nouveau lien (Entrez un URL)

    Vos coordonnées
    Pour vous demander des précisions ou vous remercier ! Votre adresse de messagerie ne sera pas enregistrée


    Un doc. est absent ?
    Vous ne trouvez pas l’info ?

    Dites le-nous !
    et

    Search
    Localisation du mot-clé
    Titre
    Contenu (corps de texte)
    Type de contenu
    Articles
    Pages (item, matière)
    Filtres par catégories
    *Plan de fiche
    Autre
    MGS
    OD
    Matière
    Anatomie
    Cardiologie
    Dermatologie
    Endocrinologie
    Génétique
    Gériatrie
    Gynéco-obstétrique
    Hématologie
    HGE
    Immunologie
    Infectieux
    Médecine Interne
    Néphrologie
    Neurologie
    Nutrition - Sport
    Oncologie
    Ophtalmologie
    ORL - CMF - Stomato
    Orthopédie
    Pédiatrie
    Pneumologie
    Psychiatrie
    Rhumatologie
    Santé Publique
    Thérapeutique
    Urgences
    Urologie
    Vascu