Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Ascaridiose

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 31/08/20.
Dernières mises à jour
– Août 2020 : relecture et mise en ligne de la fiche (Beriel) 
– Mai 2020 :création de la fiche (Morgane)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : ANOFEL – Ascaridiose (Référentiel des enseignants de Parasito. et mycologie – 2019) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2016]
1B : ECN Pilly 2020 – Parasitoses digestives : amoebose, giardiose, taéniose, ascaridiose, oxyurose (Référentiel des enseignants d’Infectiologie – 2019)
1C : CDU-HGE – Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose (Référentiel des enseignants d’Hépato-gastro-entérologie – 2018) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2015]

1) Généralités 1A 

Déf : helminthose intestinale due à un nématode de grande taille : Ascaris lumbricoides.

Physiopathologie 
– La migration tissulaire des larves entraîne une réaction humorale et toxi-allergique à l’origine de toux, opacités labiles pulmonaires et hyperéosinophilie (syndrome de Löffler) 
– Au stade adulte, le nombre et la grande taille des vers ainsi que leur migration ectopique est la cause de la symptomatologie plus ou moins bruyante (troubles du transit, douleurs et occlusion liés au nombre et la taille ; rejet de vers, perforation, égarement dans le sphincter d’Oddi etc. liés à la migration ectopique des vers). 

Épidémiologie 
– Transmission 1B  
 . transmission par ingestion d’œufs présents dans l’eau ou les aliments souillés 
– Données épidémiologiques 1C 
 . parasitose fréquente dans les pays tropicaux à hygiène insuffisante, devenue rare dans les pays tempérés.

Parasitologie 
Agent pathogène 
> Œuf 
 – œufs ovoïdes (L = 60-70 μm, l = 40-50 μm), non embryonnés 
– entourés d’une double coque brune d’aspect mamelonné très caractéristique (résistance +++ dans le milieu extéreir)

> Ver adulte 
 – vers mobiles, ronds de couleur rosée 
 – mâle : L = 12-17 cm et D = 2-4 cm (extrémité postérieur recourbé en crosse) ; femelle : L = 20-25 cm et D = 3-6 mm), 200.000 œufs/jour 
 – durée de vie : 6-18 mois dans le jéjunum

Cycle évolutif (monoxène, long)
– Ingestion des œufs embryonnés et libération de larves dans le tube digestif
– longue migration tissulaire des larves 
 . traversée de la paroi intestinale pour le foie où elles séjournent 3-4 jours (mue dans le foie)
 . migration vers le poumon par voie sanguine et traversée de la paroi des alvéoles pulmonaires (10e jour) 
 . remontée de l’arbre bronchique jusqu’au pharynx où elles seront dégluties pour se retrouver dans le jéjunum
– Maturation dans le jéjunum (la larve devient adulte en ingérant les particules alimentaires) 
– Début de la ponte des œufs par la femelle 2-3 mois après la contamination 
– Maturation de l’œuf dans le milieu extérieur favorisée par une température et une hygométrie élevées (l’œuf devient embryonné après quelques semaines dans le milieu extérieur : pas d’auto-infectation)

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Asymptomatique 
Phase d’invasion : signes allergiques et syndrome de Löffler
Phase d’état : troubles digestifs non spécifiques
EPS
PCR en laboratoire spécialisé 1B

A ) Clinique

  • Phase d’invasion

– Asymptomatique (en cas de pauciparasitisme)
– Signes allergiques (urticaire, bronchite asthmatiforme, …)
– Syndrome clinico-biologique de Löffler

  • Phase d’état

– Troubles digestifs (épisodes diarrhéiques, douleurs abdominales diffuses)
– Signes nerveux (irritabilité, troubles du sommeil, convulsion)

B ) Paraclinique

Examen parasitologique des selles (EPS) : œufs observés dans les selles au moins 2 mois après la contamination (grand nombre)
 . l’ascaris adulte peut être facilement observé dans les fécès lorsqu’il est évacué par l’anus (parfois évacué aussi par le nez ou la bouche)

PCR en laboratoire spécialisé 


C ) Diagnostic différentiel

Pas de données relatives au diagnostic différentiel dans les différents référentiels. Les complications surviennent en cas d’accumulation de vers adultes et/ou en cas de migrations aberrantes.

3) Evolution 1A

A) Histoire naturelle

Le ver adulte vie 6-18 mois dans le jéjunum. L’auto-infection n’est pas possible. 

B) Complications

– Angiocholite fébrile
– Pancréatite aiguë hémorragique 
– Appendicite 
– Occlusion intestinale 
– Volvulus 
– Étranglement herniaire 
– Perforation intestinale (péritonite)

4) PEC 1A

A ) Traitement

– Benzimidazolés 
 . flubendazole (Fluvermal ®) 100 mg matin et soir pendant 3 jours ou
 . albendazole (Zentel ®) 400 mg en cure unique 
– Pamoate de pyrantel (Combantrin ®) : 12 mg/kg en cure unique (alternative aux benzimidazolés)

B ) Prévention

– Hygiène personnelle et alimentaire 
 . lavage des mains 
 . lavage des crudités et des fruits avant leur consommation 
– Lutte contre le péril fécal 
 . installation de latrines, d’égouts 
 . traitement des eaux usées 
 . interdiction de l’utilisation de fécès comme engrais pour sols des cultures maraîchères

 

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : HGE, Infectieux
Item(s) R2C (ECNi) : 172 (168)

Articles liés
Classification des parasites
Parasitose digestive : vue d’ensemble
Oxyurose
Téniasis
Giardiose
Amoebose

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
Pilly Etudiant - Parasitoses digestives : amoebose, giardiose, taéniose, ascaridiose, oxyurose (Réf. d’Infectiologie - 2021)
ANOFEL - Ascaridiose (Réf. de Parasito. et mycologie - 2019) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2016]
CDU-HGE - Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose (Réf. d’Hépato-gastro-entérologie - 2018) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2015]

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

SNFGE (Site Web) Page grand public du site de la société nationale française de gastro-entérologie (société savante des maladies et cancers de l'appareil digestif)
Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale