Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Parasitose digestive : vue d’ensemble

Une Fiche MedG réalisée sans plan prédéfini
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 01/09/20.
Dernières mises à jour
– Septembre 2020 : création de la fiche (Beriel)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : ECN Pilly 2020 – Parasitoses digestives : amoebose, giardiose, taéniose, ascaridiose, oxyurose (Référentiel des enseignants d’Infectiologie – 2019)
1B : ANOFEL – Ascaridiose (Référentiel des enseignants de Parasito. et mycologie – 2019) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2016]

1) Généralités 1A

A) Définition 

 Les parasitoses digestives sont des affections dues à des parasites à localisation digestive (intestinale +++). Elles sont essentiellement liées au péril fécal. 

B) Classification 

  • Classification des parasites digestifs pathogènes pour l’homme

Classification
Protozoaires = parasites unicellulaires
Formes kystiques (formes de dissémination) et Trophozoïtes (mobiles, formes végétatives)
Classe  des Rhizopodes 1B  Classe des flagellés 1B
Entamoeba histolytica (amibe dysentérique) Giardia intestinalis ou Giardia duodenalis (anciennement)
Helminthes = parasites pluricellulaires (œuf ⇒ larve ⇒ ver adulte)
Plathelminthes (vers plats)  Némathelminthes (vers ronds)
Trématodes (non segmentés)  Cestodes (segmentés) Nématodes  (vers ronds non segmentés) 
Taenia saginata 
Taenia solium
Ascaris lumbricoides 
Enterobius vermicularis 

2) Vue d’ensemble MG

Parasitose clinique PARACLINIQUE EVOLUTION TRAITEMENT

 

Amoebose
(Entamoeba histolytica )

Amoebose intestinale
– Absence de fièvre, état général conservé au début
– Syndrome dysentérique
– Abdomen sensible à la palpation, toucher rectal douloureux, foie normal

Amoebose hépatique 
– Incubation : quelques mois voire années après la contamination 
– Douleur de l’hypochondre droit irradiant vers l’épaule
– Fièvre en plateau, AEG
– Hépatomégalie lisse et douloureuse à l’ébranlement 
 

Amoebose intestinale
– Examen parasitologique des selles (EPS) : mise en évidence du parasite (forme kystique ++)

– PCR (de plus en plus utilisée)

Amoebose hépatique 
– Sérologie ++

– PCR sur liquide de ponction

Complications rares 
– Amoebome
– Colite nécrosante

Amoebicide tissulaire :
– Métronidazole PO ou IV, 7 à 10 j
– inefficace sur les formes kystiques

Amoebicide dit « de contact » :
– Hydroxyquinoléine : tiliquinol 10 j, en complément du métronidazole
– pas d’absorption intestinale : action uniquement dans la lumière digestive donc actif sur les formes kystiques

 

Giardiose ou lambliase
(Giardia intestinalis)

Incubation : 1-3 semaines

Forme typique 
Signes digestifs 
– diarrhée chronique afébrile d’intensité modérée (selles décolorées et malodorantes)
– douleurs abdominales épigastriques 
– ballonnements post-prandiaux 
– nausées, anorexie 

Signes de malabsorption 
– infestation massive et chronique
– enfants et sujets immunodéprimés 
– dénutrition

Forme atypique
– Début brutal 
– Selles nombreuses et liquides 
– ± fièvre modérée 
– Douleurs épigastriques ++ 

EPS : mise en évidence du parasite (forme kystique ++)

PCR de plus en plus utilisée
 

Evolution possible sur un mode subaigu ou chronique (plusieurs mois voire années)

Métronidazole PO 5 jours (alternative : albendazole) puis deuxième cure à J15
+/- traitement des sujets contacts symptomatiques si collectivités.

 

Taeniasis
(Taenia saginata et Taenia solium)

Présence du parasite dans la literie et les sous-vêtements (T.saginata) ou les selles (T.solium)

Asymptomatique le plus souvent,
– troubles digestifs non spécifiques : douleurs abdominales, nausées/vomissements, troubles de l’appétit et/ou du transit
– signes extradigestifs possible (polymorphe) 

EPS : présence d’embryphores 


Cysticercose (infection par le stade larvaire de Taenia solium) : plusieurs formes possibles selon la localisation des cysticerques :
– forme neurologique = neurocysticercose : abcès cérébral (céphalées, crises convulsives, HTIC, hémiplégie transitoire, états psychotiques, manie aiguë, détérioration mentale progressive, atteinte médullaire (rare) avec arachnoïdite ou myélite…)
– forme cutanée ou musculaire : le plus souvent asymptomatique, rarement oedème et myopathie
– forme oculaire : rare, uvéite +/- BAV

Taeniose intestinale praziquantel PO en 1ère intention (alternative : niclosamide), plusieurs cures possibles

Cysticercose 
– corticothérapie pré-traitement : évite la réaction inflammatoire du aux antihelminthes
– albendazole 1 à 4 semaines ou praziquantel 2 à 4 semaines (CI si cysticercose oculaire)

Oxyurose 
(Enterobius vermicularis)

– Asymptomatique +++
– Prurit anal vespéral ou nocturne (lésions de grattage)
– Diarrhée, douleurs abdominales 
– Manifestations nerveuses (irritabilité, etc.)
– Vulvo-vaginite chez la petite fille
– Présence des vers dans les selles ou sur la marge anale (petits vers blancs et mobiles)

Scotch test : le scotch est appliqué au niveau de la marge anale le matin avant la toilette puis collé sur une lame de verre et étudié au microscope.

PCR : labo spécialisé uniquement

En l’absence de traitement, auto-infection continue possible

Albendazole ou flubendazole à J0 puis J14 (traitement inactif sur
les oeufs)

Ascaridiose
(Ascaris lumbricoides

Phase d’invasion 
– asymptomatique ++
– urticaire possible
– rarement : Sd de Löffler avec fébricule, toux sèche et quinteuse, infiltrats pulmonaires radiologiques labiles

Phase d’état
– asymptomatique ++ – troubles digestifs aspécifiques : dyspepsie, nausées

Examen parasitologique des selles (EPS) : œufs observés dans les selles au moins 2 mois après la contamination 
Le ver adulte peut être observé dans les selles ou dans les vomissures (parfois expulsion par le nez)

PCR en laboratoire spécialisé

– Angiocholite fébrile 
– Pancréatite aiguë hémorragique 
– Appendicite 
– Occlusion intestinale etc.

Flubendazole pendant 3 jours ou Albendazole en cure unique

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : HGE, Infectieux
Item(s) R2C (ECNi) : 172 (168)

Articles liés
Classification des parasites
Ascaridiose
Oxyurose
Téniasis
Giardiose
Amoebose

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
Pilly Etudiant - Parasitoses digestives : amoebose, giardiose, taéniose, ascaridiose, oxyurose (Réf. d’Infectiologie - 2021)
CDU-HGE - Parasitoses digestives : giardiose, amoebose, téniasis, ascaridiose, oxyurose (Réf. d’Hépato-gastro-entérologie - 2018) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2015]

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

SNFGE (Site Web) Page grand public du site de la société nationale française de gastro-entérologie (société savante des maladies et cancers de l'appareil digestif)

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale