Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Crise fébrile

CCH, Convulsion fébrile, Crise convulsive hyperthermique

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 09/03/18.

NeuroPédiatrie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 341 et ECNi 103


Dernières mises à jour
– Février 2018 : relecture, modification de forme, publication (Thomas)
– Novembre 2017 : création de la fiche (Vincent
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CEN 4e édition 2016 – item 103 (référentiel de neurologie)
1B : CNPU 7e édition 2017 – Convulsions et épilepsie (référentiel de pédiatrie – non disponible en  ligne, lien vers l’édition 2014)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Différentiel
3) Evolution

4) PEC
– A) Bilan
– B) Traitement

1) Généralité 1A

Déf 1B : la crise  fébrile (ou crise convulsive hyperthermiques CCH ou convulsion fébrile1A) correspond à l’apparition occasionnelle de clonies lors d’épisode fébrile chez le jeune enfant (6 mois à 5 ans) ayant un développement psychomoteur normal et en dehors de toute atteinte du SNC (infectieuse ou autre).

Physiopathologie : le phénomène est lié à une susceptibilité génétique âge-dépendante à la fièvre. Toute convulsion n’est pas forcément épileptique, mais l’évolution vers une maladie épileptique est possible.

Epidémiologie 1B : les crises fébriles concernent 2-5% des enfants, le plus souvent âgés de 1 à 3 ans

Etiologies
– fièvre virale (95 %)
– autre cause de fièvre de l’enfant 0

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
CF simple : crise tonico-clonique au décours d’une fièvre
CF complexe : durée > 15 min, âge < 1 an, convulsions asymétriques ou répétition rapprochée de l’épisode, déficit post-critique

A ) Clinique

Anamnèse 
– ± ATCD familiaux
– Typiquement dans les 24h après l’installation de la fièvre, lors de l’acmé ou de la défervescence thermique

Examen physique

> Convulsions fébriles « simples »

Crises bilatérales, cloniques ou tonicocloniques 1A, voire tonique pure ou atonique 1B, durant < 15 minutes
Pas de répétition au cours d’un même épisode fébrile
Pas de signe de localisation critique ou post-critique

> Convulsions fébriles « compliqués » (ou « complexes »1B)

On parle de convulsion fébrile compliquée lorsqu’il existe un critère de gravité, parmi les suivants :
– Age < 1 an (souvent ATCD familiaux d’épilepsie)
– Convulsions asymétriques ou unilatérales (à début localisé 1B)
– Durée ≥ 15 minutes (ou > 1 épisode en 24h 1B)
– En salves au cours d’un même épisode
– Avec déficit post-critique d’intensité variable
– Avec ATCD neurologique ou examen neuro anormal 1B

B ) Paraclinique

Le diagnostic de convulsion fébrile est purement clinique 0

C ) Diagnostics différentiels 1B

Infection neuro-méningée +++ ou autre cause pédiatrique de convulsion

Frissons : secousses moins amples et rapides en cas d’ascension thermique ou de décharge bactérienne

Trémulations : tremblements fins des extrémités disparaissant à l’immobilisation forcée

Myoclonies du sommeil : survenant à l’endormissement

Spasmes du sanglot : séquence pleurs / apnée / cyanose en cas de frustration, de colère ou de peur, généralement entre 6 mois et 3 ans (rare après 5 ans)

Syncopes vagales convulsivantes : perte de connaissance puis secousses des 4 membres au décours d’un traumatisme ou d’une contrariété

Mouvements anormaux (d’origine médicamenteuse ++)

Autres malaises : changement de teint brusque avec rupture de contact et hypotonie, sans mouvements anormaux

3) Evolution 1A

Durée de la crise : variable, on ne parle de crise complexe qu’après 15 minutes mais la crise a déjà plus de chances de durer que de s’arrêter spontanément après 5 minutes, et une durée > 10 minutes est considérée comme un FdR de crise prolongée1B. Le risque de développer ultérieurement une épilepsie de la face interne du lobe temporal serait directement corrélé à la durée de la convulsion fébrile1A.

Risque de récidive de la crise fébrile 1B  : après une 1ère crise est de 20-30%. Il dépend des FdR suivants :
– Première crise fébrile avant 15 mois
– ATCD familial au premier degré
– Fièvre < 38.5°C lors de la première crise
– Crise précoce dans l’histoire de la maladie fébrile
=> 0 FdR : 10%, 1 FdR : 25%, 2 FdR : 50%, 3 FdR : 80% 

Risque d’évolution vers une maladie épileptique : variable
– 2,4% dans les crises fébriles simples
– Jusqu’à 50 % en présence de crise fébrile complexe avec nombreux critères de gravité
– L’existence d’un retard psychomoteur est aussi corrélé à un plus grande fréquence d’évolution en épilepsie 1B

4) PEC 1A

A ) Bilan

Aucun bilan n’est nécessaire dans les formes simples.

La présence d’un seul critère de gravité impose un bilan neurologique 1B
EEG : au plus tard dans la semaine suivant la crise
Ponction lombaire : systématique avant 6 mois ou en cas de crise >15min, focale ou avec déficit post-critique.
Examen neuroradiologique (TDM cérébral) : en l’absence d’amélioration des troubles de la conscience ou du déficit neurologique en 30 minutes
± Bilan biologique (systématique avant 6 mois, si point d’appel après) : ionogramme avrec calcémie, glycémie, NFS-plaquettes (notamment si déshydratation, diarrhée glairo-sanglante, diabète…)

B ) Traitement

L’administration d’antipyrétiques en cas de fièvre ≥ 38°C est la principale mesure préventive.

Un traitement anti-épileptique est indiqué
– Forme simple : ssi 3 épisodes
– Forme complexe : traitement prolongé au moins 2 ans après la dernière crise
– Convulsion fébrile prolongée : diazepam intrarectal (0,5 mg/kg)

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

7 réponses à “Crise fébrile”

  1. Attention : le CEN mentionne l’action préventive des antipyrétiques (ce qui semble logique). Mais le CNPU précise (chapitre Fièvre aiguë) que l’objectif du traitement ne doit pas être la prévention des crises fébriles.

    Le mémo HAS sur la fièvre de l’enfant (2016) est également très explicite : « Il n’existe aucun traitement préventif des convulsions fébriles ». Source : https://www.has-sante.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2016-10/fiche_memo_-_prise_en_charge_de_la_fievre_chez_lenfant.pdf

  2. Une crise fébrile d‘apparence simple (pour les parents) est-elle une indication à un examen clinique médical en urgence (appel SAMU etc…) ?!

  3. Je pense qu’il serait bien de donner le grand item dans lequel on se trouve avant d’aborder la partie PEC et ensuite il serait bien également de préciser les buts du traitement dans chaque chapitre

  4. Peut-on en savoir plus sur le mécanisme physiopathologique? Qu’est ce qui fait que la température provoque des convulsions? 

    • Bonjour,
      A l’heure actuelle on ne comprend toujours pas bien la physiopath des crises fébriles. Plusieurs mécanismes peuvent contribuer à abaisser le seuil épileptogène (génétique, environnement) et le cerveau en développement de l’enfant y est plus sensible que celui de l’adulte. La fièvre serait l’élément déclencheur par excitation neuronale et/ou par des mécanismes immunitaires. Voici un article récent de Frontiers in Pediatrics centré sur ce sujet

Répondre à Manon G Annuler la réponse

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Neurologie, Pédiatrie
Item(s) R2C (ECNi) : 105 (103), 346 (341)

Articles liés
Epilepsie myoclonique sévère du nourrisson
Epilepsie du lobe temporal
Epilepsie rolandique
Syndrome de Lennox-Gastaut
Spasmes du nourrisson
Etat de mal épileptique
Epilesie myoclonique juvénile
Epilepsie abscence
Epilepsie
Crise épileptique

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CNPU 8e édition (Réf. de Pédiatrie - 2021) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2014] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
CEN - Epilepsies de l’enfant et de l’adulte (Réf. de Neurologie - 2019)

Recommandations
Épilepsies : Prise en charge des enfants et des adultes (RBP - HAS, 2020)
Crise convulsive fébrile simple chez un enfant (fiche Premiers Choix - Prescrire, 2019) [Payant] Résumé : Prévenir les traumatismes, faire baisser la fièvre. Quand la crise dure plus de 5 minutes : diazépam par voie rectale ou midazolam par voie transmuqueuse buccale

Publications scientifiques
Offringa et al. "La prise en charge médicamenteuse prophylactique des convulsions fébriles chez les enfants" (Cochrane, 2017) Conclusions des auteurs: Nous avons constaté une réduction des taux de récidive pour les enfants souffrant de convulsions fébriles avec le diazépam intermittent et le phénobarbital continu, avec des effets indésirables chez 30 % ou moins des enfants. Le potentiel bénéfice du traitement au clobazam observé dans un essai doit être reproduit pour pouvoir être jugé comme étant fiable. Étant donné la nature bénigne des récidives des convulsions fébriles et de la forte prévalence des effets indésirables de ces médicaments, les parents et les familles doivent être soutenues et recevoir les coordonnées adéquates des services médicaux et des informations sur les récidives, les premiers secours et, le plus important, la nature bénigne du phénomène.


Outils de consultation

Après des convulsions fébriles (Fiche Info Patient - Prescrire, 2021) [Payant] Résumé : Chez les enfants qui ont eu des convulsions liées à la fièvre, il est utile de savoir comment diminuer les risques de récidives et réagir en cas de nouvelle crise.


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies
Epilepsie (Vidéo explicative WhyDoc)

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale

> La Fiche

Désolé, le sommaire automatique n'est pas (encore) disponible pour cette fiche.

> Les Commentaires

> Mon Espace Perso

> Ailleurs sur MedG

> La Bibliothèque

 
Navigation