Hépatite E

VHE
Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 31 octobre 2019.

InfectiologieHGE
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 163


Dernières mises à jour
Octobre 2019 : relecture de la fiche, publication (Beriel)
Décembre 2018 : création de la fiche (Vincent)

Sources

MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A  : CDU-HGE 4e édition 2018 – item 163 (référentiel des enseignants d’HGE – indisponible en ligne, lien vers édition 2015)
1B : ECN Pilly édition 2018 – item 163 (référentiel des enseignants d’infectiologie)

1) Généralités 1A

Déf : infection liée au virus de l’hépatite E (VHE) responsable d’hépatite aiguë et exceptionnellement d’hépatite chronique.

Physiopathologie : les lésions hépatiques sont liées directement à l’infection virale et/ou sont secondaires à la réaction immunitaire.

Epidémiologie :
– mode de transmission 
 . orofécale +++ : eau contaminée (pays en développement) ; viandes* contaminées mal cuites (pays industrialisés)
 . parentérale + 1B
– elle sévit sous forme d’hépatite aiguë sporadique ou épidémique.
Note* : il s’agit de viande de porc ++, de sangliers, ou de cervidés etc.

 

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Asymptomatique ou paucisymptomatique ++
signes digestifs ± ictère
sérologie

A ) Clinique

Incubation : 3 à 8 semaines 

Signes fonctionnels :
signes d’une hépatite aiguë
– phase pré ictérique : 3 à 4 jours voire 1 à 10 jours

B ) Paraclinique 1B

Biologie hépatique : élévation des transaminases prédominant sur les ALAT ± signes de cholestase

Sérologie : IgM sensible en 2-6 semaines ± PCR sang et selles (pas en routine). Persistance des IgG quelle que soit l’évolution.
Notes :
– recherche d’IgM associée à la recherche de l’ARN viral dans le sang chez l’immunodéprimé (tests de sérologie moins performants)
– la persistance des IgM au delà de 3 à 6 mois signe une infection chronique.

C ) Diagnostic différentiel

– Les autres hépatites virales ; 
différentiel d’une hépatite aiguë

3) Evolution 1B

A) Histoire naturelle

– Guérison spontanée le plus souvent en 1 mois sans séquelle 1A ;
– formes chroniques possibles chez l’immunodéprimé. Risque majeur d’hépatite aiguë fulminante chez la femme enceinte (pays en développement) ou chez les sujets ayant une hépatopathie chronique sous jacente 1A (pays industrialisés) !

B) Complications

Hépatite fulminante : 20% en cas de grossesse au 3e trimestre (sd hémorragique + encéphalopathie hépatique, risque maximal à 2 semaines d’ictère)

Mort fœtale in-utéro si atteinte en cours de grossesse.

 

4) PEC 1B

A ) Bilan initial

Indications à une hospitalisation 
– signes d’hépatite fulminante (urgence !)
– chute du TP < 50%

B ) Traitement

– idem hépatite A ;
– l’hépatite E contrairement à l’hépatite A n’est pas une maladie à déclaration obligatoire1A.

C ) Prévention

– Lutte contre le péril orofécal, cuisson correcte des viandes (porc, gibiers, etc.)
– Vaccination 1A (disponible en chine)




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.