Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu

Leucémie aiguë

LAL, LAM

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 7 juin 2020.

 

Onco - Hématologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 312


Dernières mises à jour
Juin 2020 : Relecture, modifications mineures (Camille)
Septembre 2019 : Relecture de la fiche – modifications mineures (Beriel)
Fév. 2019 : mise à jour de la source SFH, modifications mineures (Vincent)
Juin 2018 : publication (Vincent)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : SFH 3e édition 2018 – item 312 (référentiel d’hématologie – indisponible en ligne, lien vers l’édition 2011)
1B  : CNPU 7e édition 2017 – item 294 (Référentiel des enseignants de Pédiatrie – indisponible en ligne, lien vers édition 2014

1) Généralité 1A

Déf : « les leucémies aiguës (LA) sont un ensemble d’hémopathies malignes caractérisées par l’expansion clonale dans la moelle osseuse de précurseurs des cellules sanguines bloquées à un stade précoce de leur différenciation : les blastes »

Epidémio
- Incidence (Fr) : 4-5 / 100.000 / an, soit 3.000 / an au total
- LA myéloïde (LAM) : augmente avec l’âge, médiane de survenue = 65 ans
- LA lymphoïde (LAL) : 1/3 des cancers de l’enfant, mais aussi chez l’adulte > 60 ans

Classification des LA

LAM
Classification FAB
- LAM 0 : LA myéloblastique non différenciée
- LAM 1 : LA myéloblastique sans maturation
- LAM 2 : LA myéloblastique avec maturation
- LAM 3 : LA à promyélocytes
- LAM 4 : LA myélomonocytaire
- LAM 5 : LA monoblastique
- LAM 6 : érythroleucémie
- LAM 7 : LA mégacaryocytaire
Classification OMS 2016
- LAM avec anomalies cytogénétiques récurrentes (30%)
. LA à promyélocytes avec t(15;17) impliquant le gène du récepteur α de l’acide rétinoïque - LAM 3 (constant!)
. LA myéloblastique avec t(8;21) - LAM2
. LA myélomonocytaire avec inv(16)
. LA monoblastique avec anomalie du gène MLL
- LAM avec dysplasie multilignée (10-15%) : morphologie anormale des cellules myéloïdes hors blastes
- LAM secondaires à une chimiothérapie (10-15%)
- Autres (40-50%) : classées selon la formulation FAB
LAL
LAL de type B (85%) : classement par anomalies cytogénétiques associées
- Chromosome ‘Philadelphie’ : t(9,22) + gène chimérique BCR-ABL
- LA de type Burkitt : phase leucémique du lymphome de Burkitt

 

 

LAL de type T (15%)

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Signes d’insuffisance médullaire Hémogramme : leucopénie ou hyperleucocytose
Ponction médullaire : ≥ 20 % de blastes

A ) Clinique

  • Facteurs de risque / étiologiques : inconnus la plupart du temps

Chimiothérapies anticancéreuses (> 10 % des LAM) : agents alkylants jusqu’à 7 ans après administration (souvent après une phase de SMD), inhibiteurs de la topoisomérase II dans un délai de 2 ans

Facteurs génétiques
- Anomalies chromosomiques : T21, anémie de Fanconi
- Déficit en p53 : syndrome de Li-Fraumeni
- Déficit immunitaire : ataxie-télangiectasie

Facteurs viraux
- HTVL1 dans les leucémies-lymphomes T du Japon et des Antilles
- EBV dans certaines LAL de type Burkitt

Facteur physique : exposition aux radiations ionisantes

Facteur toxique : hydrocarbures benzéniques (anciennement peinture sur carosserie, caoutchouc, pétrochimie, tabac)

'Acutisation' d'un SMP ou SMD (formes graves!)

  • Signes physiques

Signes d’insuffisance médullaire
- Anémie : d’installation rapide, mal tolérée
- Neutropénie : signes infectieux (sphère ORL ++: angine ulcéro-nécrotique, fièvre résistant aux antibiotiques, sepsis grave … )
- Thrombopénie : purpura, hémorragies extériorisées, CIVD (surtout LA promyélocytaire et LA très hyperleucocytaire)

Signes tumoraux
- ADP, spléno-/hépatomégalie : surtout dans les LAL
- Signes d’hyperleucocytose (si majeure > 100 G/L) : leucostase pulmonaire (hypoxie réfractaire, détresse respiratoire) ou cérébrale (troubles de conscience, coma, convulsions)

  • Formes cliniques
Type de LA Particularités
LAM
LA promyélocytaire (LAM3) Signes de pancytopénie
CIVD quasi-constante
LA monoblastiques (LAM5) Souvent hyperleucocytaire
Localisations particulières :
- Méningée: céphalées, paralysies des nerfs périphériques, en particulier crâniens
- Cutanée : leucémides
- Gingivale : gingivite hypertrophique
LAM du sujet âgé (> 60 ans) Signes de myélodysplasie associés
Caryotype complexe
LAM secondaires à une chimiothérapie Caryotype complexe
LAL
LAL de l’enfant Localisations osseuses : douleurs souvent aux diaphyses proximales
Atteinte testiculaire
Atteinte méningée
LA de type Burkitt Syndrome de lyse tumorale majeur fréquemment associé

B ) Paraclinique

> Hémogramme

Leucocytose : très variable, de la leucopénie (< 3 G/L) à l’hyperleucocytose majeure (> 100 G/L), essentiellement lié au nombre de blastes circulants (aspect variable selon le type de LA)

Anémie presque constante, ± sévère, normo- ou macrocytaire, arégénérative (surtout LAM avec dysplasie multi-lignée)

Thrombopénie : parfois < 10 G/L

> Ponction médullaire systématique avec cryoconservation des blastes et du matériel cellulaire (tumorothèque).

Myélogramme et immunophénotypage des blastes : affirme le diagnostic et le type de leucémie aiguë (voir tableau ci-après). La moelle contient par définition ≥ 20 % de blastes dans les LA (par opposition aux SMD).

Technique LAM LAL
Myélogramme Morpho
- Cas général : blastes contenant qq granulations ± corps d’Auer : bâtonnets rouges (azurophiles)
- LAM2 : volumineux corps d’Auer
- LAM3 : « fagots » de corps d’Auer
- LAM5 : grands blastes, cytoplasme abondant
Cytochimie : présence de myélopéroxydase (grains marron-vert)
Morpho 
- Cas général : taille petite ou moyenne, cytoplasme peu abondant
- Burkitt : grands blastes à cytoplasme très basophile + vacuoles claires
Immunophénotypage (cytométrie de flux) Confirme l’appartenance à la lignée myéloïde
Utile dans les qq cas de LAM très indifférenciées
Confirme l’appartenance à la lignée lymphoïde, précise le type B ou L (indispensable au classement des LAL)

Cytogénétique et biologie moléculaire (PCR)
- Utile au classement de la LA, capital pour le pronostic (cf. partie 3)
- Anomalies du caryotype (50-60%) : de nombre, ou de structure (délétions, translocations)

> ± Biopsie de moelle si l’aspiration médullaire est impossible, évoquant une LA avec myélofibrose associée

C ) Diagnostic différentiel

Syndromes mononucléosiques : lymphocytes basophiles à tous les stades de l’immunostimulation, à distinguer des blastes leucémiques

Syndromes myélodysplasiques : blastose médullaire et sanguine < 20 % par définition

3) Evolution 1A

En l’absence de tout traitement, la LA est mortelle en quelques semaines par complications hémorragiques et/ou infectieuses.

> Facteurs pronostiques
- Age (> 60 ans), comorbidités
- Hyperleucocytose (seuils variant selon les formes de LA)
- Absence de rémission complète au traitement initial
- Anomalies cytogénétiques retrouvées au caryotype et à la PCR (transcrits de fusion) +++

3 groupes pronostiques de LAM sont définis par l’étude cytogénétique
- Favorable : t(15;17) ; t(8;21) ; inv(16)
- Intermédiaire : LAM avec caryotype normal
- Défavorable : caryotypes complexes, anomalies des K5 et 7

Arguments cytogénétiques du pronostic des LAL
- Chez l’enfant : hypodiploïdie (< 45K) et t(9,22) de mauvais pronostic, hyperdiploïdie (> 50K) de bon pronostic
- Chez l’adulte : t(9,22) de mauvais pronostic (présent dans > ⅓ des cas): De pronostic équivalent aux autres LAL si ttt par inhibiteur de la tyrosine kinase + chimiothérapie.

> Taux de rémission complète
- LAL de l’enfant : > 90 %
- LAL de l’adulte : 80 % chez le jeune, rechutes fréquentes
- LAM : 70 %, 50 % après 60 ans

> Survie à 5 ans sans rechute : 80 %  pour les LAM3 sous traitement adapté

4) PEC 1A

A ) Bilan

Bilan : en dehors de l'hémogramme et de la ponction médullaire
- Recherche d’une CIVD : bilan d’hémostase
- Recherche d’un syndrome de lyse : uricémie, ionogramme dont bilan phosphocalcique, LDH
- Recherche d’une localisation méningée : PL systématique dans les LAL, les LAM monoblastiques et les LA hyperleucocytaires

B ) Traitement

  • Traitement symptomatique

Transfusions, traitement des complications infectieuses (notamment pour le sujet âgé > 75 ans chez qui la chimiothérapie est CI)

PEC d’une CIVD, d’un syndrome de lyse tumorale

  • Traitement curatif

> Moyens thérapeutiques

Chimiothérapie : toujours plusieurs traitements associés
- Anthracyclines et cytosine-arabinoside +++
- Autres plus spécifiques des LAL : vincristine, asparaginase, méthotrexate (IV ou intra-thécal), corticoïdes

Radiothérapie : 2 indications
- Irradiation prophylactique ou curative des localisations neuroméningées (LAL de l’adulte, LA monoblastique)
- Irradiation corporelle totale pré-greffe de CSH

Greffe allogénique de CSH : préparation pré-chimio- ou radiothérapique, effet curatif propre par réaction antileucémique du greffon, mais mortalité toxique élevée (15%)

Thérapeutiques ciblées
- LAM 3 : acide tout trans-rétinoïque à visée différenciatrice, arsenic
- LAL avec K Philadelphie : inhibiteurs de la tyrosine kinase

> Conduite du traitement en 3 phases

1) Induction : chimiothérapie intensive entraînant une aplasie d’au moins 2-3 semaines. L'objectif est d'obtenir un état de rémission.

2) Consolidation : traitements intensifs de type chimiothérapie ou greffe de CSH (greffe en 1ère rémission chez l’adulte, ou en cas de rechute ou de très mauvais pronostic chez l’enfant)

3) Entretien : surtout pour les LAL et les LA promyélocytaires, sur une période de 2 ans

  • Résultats

La rémission complète est définie par la disparition de tous les signes cliniques et biologiques identifiables (en pratique, < 5 % de cellules jeunes en cytologie médullaire + hémogramme normal). Même dans cette situation, des cellules leucémiques restent souvent détectables par les techniques de biologie moléculaire.

Les rechutes surviennent le plus souvent dans les 2 ans post-rémission. Le pronostic s’assombrit sauf en cas d’utilisation de modalités thérapeutiques différentes.

1 Commentaire

  1. Camille

    Fiche relue

    Réponse

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !

Notes pour les commentaires : nous somme très heureux de recevoir des commentaires. Cependant, nous tenons à préciser que : 1- nous ne sommes pas des spécialistes ; 2- comme vous, nous recherchons les réponses sur le net ; 3- nous sommes très peu et ne pouvons donc pas répondre systématiquement. N’hésitez donc pas, si une information dans la fiche manque, à poser la question et y répondre vous-même après recherche ! Merci ! 

Espace utilisateur

     

Post utilisateur (accès sur connexion)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.

 



 

 

Ailleurs sur MedG
Liens internes

 Pages liées
Matière(s) : Hématologie, Oncologie
Item(s) ECNi : item 312

Articles liés
Onco-hématome : vision d’ensemble

Bibliothèque
Liens externes associés


Recommandations et référentiels

• CoPath (Référentiel des enseignants d’Anatomie Pathologique - 2019) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
• CNEC (Référentiel des enseignants de Cancérologie - 2019) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
• SFH 3e édition (Référentiel des enseignants d’Hématologie - 2018) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
Leucémie aiguë de l’adulte (PNDS - HAS, 2015)


Outils de consultation

Méthotrexate oral une fois par semaine : attention UNE SEULE FOIS ! (Fiche Info Patient - Prescrire, 2020) [Payant]


Documents grand public

PEC des leucémies aiguës de l’adulte (Guide Patient - HAS, 2012)
Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies
INCa (Site Web)
Association pour la vie des aplasiques et des leucémiques (Association)

Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?

Dites le-nous !
et

Formulaire de contact destiné à la gestion des liens externes. Pour tout autre sujet, merci d‘utiliser ce formulaire

Problème*
Il n‘existe pas de lien „reco“ pour cette ficheJe connais un document non référencéUn lien comporte une erreur ou est cassé

Je propose un nouveau lien (Entrez un URL)

Vos coordonnées
Pour vous demander des précisions ou vous remercier ! Votre adresse de messagerie ne sera pas enregistrée


Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?

Dites le-nous !
et

Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu