Lithiase urinaire

Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 21 août 2019.

NéphrologieUrologie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 262


Dernières mises à jour
Août 2019 : Relecture + mise à jour avec le référentiel des enseignants de Néphrologie CUEN 8e édition 2018 – ajout des facteurs favorisants – autres modifications mineures (Beriel)
Novembre 2018 : mise à jour de la source CFU, modifications partie traitement (Vincent)
Novembre 2016 : création de la fiche (Vincent)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CUEN 8e édition 2018 – item 262 (référentiel de néphrologie)
1B : CFU 4e édition 2018 – item 262 (référentiel des enseignants d’urologie – incomplet, lien vers l’édition 2015)


1) Généralité 1B

Déf : cristallisation d’une ou plusieurs substances dans le rein ou les voies urinaires.

Physiopathologie: précipitation de composés organiques ou minéraux sous forme de cristaux (Oxalate/phosphate de calcium, acide urique…). Il existe un ensemble de processus en sept étapes conduisant au développement de calculs dans les voies urinaire (lithogenèse).
Ces étapes sont : La sursaturation urinaire, la germination cristalline, la croissance cristalline, l’agrégation des cristaux, l’agglomération des cristalline, la rétention de particules cristallines, la croissance du calcul.
La sursaturation urinaire est l’étape la plus importante. Elle consiste en un excès de concentration d’une substance dans les urines par rapport aux capacités de dissolution de celles-ci.
La concentration seuil dépend de chaque composé et d’autres paramètres (citrate et Mg sont inhibiteurs de cristallisation).

Epidémio 
– 2 millions de cas en France
– sexe ratio : 2/1
– Age moyen femme = 40 ans ; Age moyen homme = 35 ans

Etiologies (cf. fiche OD) 0 :   les causes sont très nombreuses, diverses, influent inégalement sur la probabilité de lithiase et sont rarement uniques chez un patient lithiasique. On préfèrera la notion « d’étiopathogénie » qui évite la distinction étiologie / FdR.

2) Diagnostic 1B

Clinique Paraclinique
Colique néphrétique +++
ASP, écho rénale ± TDM

A ) Clinique

  • Anamnèse :

Ancienneté et fréquence des épisodes (maladie lithiasique active si >2/an), ATCD familiaux de calculs (40% des cas). cf fiche OD

Facteurs favorisants 
– Faible diurèse (insuffisance d’apport liquidiens)
– Facteurs alimentaires
. Apports excessifs : produits laitiers (hypercalciurie) ; protéines animales (hypercalciurie) ; sel (hypercalciurie, blocage des inhibiteurs de la cristallisation) ; aliments riches en oxalates (chocolat, fruits secs, épinards, oseille, rhubarbe, thé, etc.) ; purines (abats, charcuterie, etc.) ; sucres rapides comme fructose (hypercalciurie, hyperuricurie)
. Diminution de la consommation de fibres alimentaires
– Facteurs familiaux (Hérédité)
– Infection urinaire : germes “ uréasiques ” (Proteus mirabilis, Klebsiella pneumoniae, Pseudomonas aeruginosa)
– Anomalies de ph urinaire
– Anomalies anatomiques
– Médicaments

Signes fonctionnels 1A
– Colique néphrétique : Douleur lombaire unilatérale,
. Intensité : elevée ++
. Type : torsion
. Irradiation : antérieure et oblique vers fosse iliaque et OGE, ± angle costo-vertébral
. Evolution : paroxystique
. Signes associés : Urinaires (pollakiurie, dysurie, impériosités) ; Digestifs (nausée, vomissements) ; Agitation
– Signes d’irritation de l’appareil urinaire d’emblée (Infection urinaire)

  • Clinique

Colique néphrétique : Douleur à la palpation et à la percussion de la fosse lombaire sans défense abdominale.

Hématurie : macro ou microscopique

N.B : La lithiase urinaire peut être asymptomatique et découverte de façon fortuite

B ) Paraclinique 1B

> ASP : calcul radio-opaque sur le trajet urinaire

Note : les lithiases uriques et médicamenteuses sont radio-transparentes et se repèrent à l’échographie ou au TDM. Une petite lithiase opaque (< 5 mm) n’est pas toujours vue à l’ASP.

> Echographie des reins et voies urinaires

– Signe direct : calcul hyperéchogène avec cône d’ombre postérieur
– Signe indirect : dilatation des cavités pyélocalicielles (DPC)
– Topographie et mesure du/des calcul(s), aspect des reins

> ± TDM rénale : sensibilité supérieure à l’échographie (uretère lombaire surtout). Indiqué en cas de forme grave ou de doute diagnostique

– Idem signes échographiques + mesure de la densité du calcul
– Infiltration de la graisse péri-rénale/urétérale
– Rim sign = épaississement de la paroi urétérale en regard du calcul

> ± Uroscanner : clichés sans injection puis avec produit de contraste, analyse des voies urinaires au temps tardif = excrétoire. Indiqué en cas de doute sur une obstruction ou avant un geste urologique invasif.

– Retard d’excrétion
– Signes précédents

C ) Diagnostic différentiel 1A, 1B

Ils sont nombreux, la douleur étant le principal symptôme

Colique néphrétique aiguë (CNA) non-lithiasique
– Sd de jonction pyélo-urétérale (TDM : DPC avec uretère fin, scinti rénale, test au furosémide)
– Infarctus rénal (cortex corticis en TDM)
– Nécrose papillaire

Affections génitales : torsion de kyste ovarien, torsion spermatique, GEU, Salpingite

Affections digestives : diverticulite, nécrose ischémique du caecum, appendicite, colique biliaire, ulcère gastrique

Autres : fissuration d’anévrisme de l’aorte, pneumonie

3) Evolution 1B

A) Histoire naturelle

Expulsion spontanée du calcul dans 80% des cas (90% à 4mm, quasi-impossible pour un calcul > 8mm). Les formes récidivantes sont nombreuses, > 50% à 5 ans.

Une obstruction complète peut entrainer une atrophie rénale en 2-3 mois, ou secondairement pour une obstruction incomplète chronique, jusqu’à insuffisance rénale chronique.

B) Complications

Insuffisance rénale : IRA de mécanisme obstructif ou fonctionnel en cas de sepsis, IRC par atrophie rénale

Complications infectieuses : cystites ou PNA récidivantes, jusqu’au choc septique en aigu

Rupture de fornix : stade final de l’hyperpression, la douleur cède brutalement

4) PEC 1A, 1B

A ) Bilan

! Urgence !

Les formes compliquées présentant un des signes de gravité suivants nécessitent un avis urologique urgent pour discuter d’une levée d’obstacle :

Critère Indication avis urologique urgent
Clinique Anurie (lithiase bilatérale ou sur rein unique 1A / IRA fonctionnelle septique 1B)
Fièvre / signe infectieux à la BU
Etat de choc
Forme hyperalgique (résistante aux morphiniques)
Contexte Grossesse
Insuffisance/transplantation rénale
Morphologique Calcul > 6 mm de diamètre
Calculs multiples ou bilatéraux
Empierrement des voies excrétrices

Le bilan en urgence devant une colique néphrétique doit donc comprendre
– BU
– Créatininémie, hCG chez la femme en âge de procréer
– ASP + écho ± TDM

Examens supplémentaires en cas de colique néphrétique compliquée

Situation Bilan
Dans tous les cas TDM abdo-pelvien
Fièvre / BU positive ECBU, hémocultures
Anurie / insuffisance rénale Kaliémie, ECG

B ) Traitement

  • FORMES SIMPLES : traitement en ambulatoire

> Antalgie (! Urgent, dès la suspicion clinique !)

Médicamenteuse
– AINS 1ère intention : Kétoprofène 3×100 mg/j IVL ou Diclofenac 75 mg/j IM (max 2j)
CI en cas de grossesse T3
– Morphiniques 2nde intention : Chlorhydrate de morphine 0.1 mg/kg/4h par titration IV (1/2 dose si insuffisance rénale ou sujet âgé), en association ou si CI aux AINS
± Antispasmodiques

Non-médicamenteuse 1B : bain chaud, acuponcture, blocs paravertébraux / injection de lidocaïne dans la fosse lombaire et la portion profonde du psoas dans certains centres

Note : pas de cure de diurèse en période douloureuse !!

> Apports hydriques : dans tous les cas : maintenir une diurèse >2L /j (hors de la phase aiguë)

> Selon le mécanisme en cause

– Hypercalciurie idiopathique : régime normosalé, normoprotidique et normocalcique ± diurétiques thiazidiques
– Lithiase urique : alcalinisation du pHu > 6 (eau de Vichy), réduction des apports (charcuterie, abats) ± allopurinol
– Lithiase infectieuse (germes uréasiques) : démarrer ATB après l’ablation complète du calcul
– Lithiase cystinique : régime pauvre en sel, diminution des apports en méthionine, diurèse abondante, alcalinisation du pHu > 7,5 ± D-pénicillamine

  • FORMES COMPLIQUEES : hospitalisation

> Mesures générales : pose d’une VVP, rééquilibration hydroélectrolytique.

> Drainage des urines : avec prélèvement bactério dans tous les cas

Sonde urétérale interne (sonde JJ) ou externe

Néphrostomie per-cutanée en cas d’échec du drainage par voie naturelle. Pose possible uniquement sur des cavités dilatées !

> Traitement de la lithiase

Technique Indications 1ère intention Complications
Thérapie médicale expulsive (TME) par α-bloquants (tamsulosine, silodosine) 1B
Lithiase urétérale pelvienne < 1 cm
Lithotritie extracorporelle (LEC)
Destruction du calcul in situ par ondes de choc sous repérage radio/échographique, puis évacuation des fragments par voie naturelle.
Lithiase rénale < 2 cm
Lithiase urétérale lombaire < 1 cm
Lithiase de l’enfant
Migration de fragments résiduels
Hématurie
IU
Urétéroscopie (URS)
Fragmentation et extraction par voie naturelle
Echec ou CI à la LEC
Lithiase urétérale lombaire > 1 cm / ilio-pelviennes
Perforation urétérale
Caillotage urétéral
Hématurie
IU
Néphrolithotomie percutanée (NLPC)
Fragmentation et extraction du calcul par voie percutanée
Lithiase rénale > 2 cm / coralliforme / complexe Hémorragies (hématurie, hém. péri-rénal)
IU
Lésions d’autres viscères
Chirurgie ouverte 
Néphrotomie, pyélotomie, voire néphrectomie
Lithiase coralliforme très ramifiée, malformation… Hémorragies
Risque thrombo-embolique
IU, sténose urétérale
Fragmentation à la pince pendant une cystoscopie / chirurgie conventionnelle Lithiase vésicale  

Notes concernant la LEC
– Il existe des contre-indications : grossesse, obstacle en aval du calcul, IU ou trouble de la coagulation non-traités, traitement anticoagulant ou antiagrégant, anévrisme aortique ou de l’artère rénale

– Limites : localisation calicielle inférieure, forte densité (> 1000-1200 UH), calcul cystinique, obésité, malformation rachidienne

– La pose de sonde JJ avant la LEC n’apporte pas de bénéfice et gêne l’élimination des fragments (elle peut être utile avant une URS) 0

C ) Suivi

> Dans les premières semaines : Vérifier l’expulsion du calcul

Recueil de la lithiase: tamisage des urines au filtre à café en vue d’une analyse, la disparition de la douleur n’étant pas un critère suffisant.

ASP-écho et/ou scanner rénal : recherche du calcul et évaluation du retentissement rénal si pas de calcul retrouvé à 4-6 semaines

> A distance (> 1mois) : enquête étiologique (cf. fiche OD), puis suivi régulier au moins annuel avec bilan urinaire




2 thoughts on “Lithiase urinaire

  1. Sur ce sujet, voir aussi la revue systématique publiée dans cochrane : Les alpha-bloquants comme traitement médical expulsif des calculs urétéraux

    Conclusions des auteurs :
    Pour les patients ayant des calculs urétéraux, les alpha-bloquants augmentent vraisemblablement l’élimination des calculs, mais augmentent également légèrement le risque d’événements indésirables graves. Les analyses de sous-groupes suggèrent que les alpha-bloquants pourraient être moins efficaces pour les calculs plus petits (5 mm ou moins) que pour les plus gros calculs (plus de 5 mm).

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.