Psoriasis

Dermato
Fiche réalisée selon le plan MGS


Dernières mises à jour
Sources
Sommaire


1) Généralité 1 haut

Déf : dermatose érythémato-squameuse chronique due à un trouble de l’homéostasie épidermique (hyperkératisation ++) et des phénomènes inflammatoires.

Epidémio :
– 2% de la population
– début vers 15-25 ans, possible dès le petit âge.

FdR : multifactorielle
> génétique : 30% des cas sontétiquetés familiaux
> environnemental : stress/infection, médicaments (béta-B, IEC, AINS, …), ID°

 2) Diagnostic 1 haut

CliniqueParaclinique
Lésion typique + topographie -
(pour la forme commune)

A ) Clinique

  • Forme commune

! Absence d’AEG !

Lésion élémentaire : tache érythémato-squameuse bien limitée, arrondie, avec couche superficielle squameuse blanchâtre, prurigineux (50% des cas).

Localisation : zone exposée aux frottements = coude, genou, région lombo-sacrée.

  • topographie particulière

Cuir chevelu : non alopéciant, formant des plaque circonscrites. A la lisière antérieure, formation d’une couronne séborrhéique

Ongles : 2 aspects possibles
– dépression ponctuée punctiforme voir décollement distal
– hyperkératose sous-unguéale

Autres localisations rares :
– plis (psoriasis inversé)
– palmo-plantaire
– gland (seule muqueuse pouvant être atteinte)
– visage (surtout chez l’enfant)
 

  • Formes graves

! Avec AEG ou signes extra-cutanés !

Psoriasis érythrodermique : atteinte > 90% de la surface corporelle. Parfois déclenché par une corticothérapie générale.

Psoriasis arthropatique (ou rhumatisme psoriasique) : touche 20% des patients. 3 cas :
– mono ou oligo arthrite des MCP et IPP
– polyarthropatie avec atteinte des IPD. Peu destructrice
– rhumatisme axial (spondylarthropatie)

Psoriasis pustuleux : localisation palmo-plantaire ou généralisée

B ) Paraclinique

Inutile dans les formes communes !

En cas de doute dans les formes graves, examen anapath sur biopsie cutanée.

3) Evolution 1 haut

Histoire naturelle : 
– début vers 15-25 ans
– évolution chronique par poussée (surtout en hivers, avec facteur déclenchant)
– entrecoupé de rémissions quasi-totales

Complications :
– surinfection
– eczematisation
– complication cardio-vascu (le psoriasis est un FdR CV)

 => altération variable de la qualité de vie sans diminution de l’espérance de vie en dehors des formes graves

4) PEC 1 haut

A ) Bilan

Aucun bilan paraclinique n’est nécessaire

B ) Traitement

Obj : disparition transitoire des lésions (pas de guérison).

Règles hygiéno-diététique :
– supprimer OH-tabac (facteur de gravité)
– bains et émollient (assure une bonne hydratation cutanée et décape les lésions)
– +/- soutien psy

Thérapie : dépend des lésions et de la volonté du patient en fonction du retentissement.
– forme limitée = traitement locaux
– forme étendue = photothérapie +/- traitement généraux
– forme grave = traitement généraux

  • Traitements locaux 

Traitement kératolytique : incorporation d’acide salicylique dans la vaseline. Si lésion très squameuse, avant traitement étio.

Traitement étio : traitements locaux de durée limitée (uniquement lors des poussée), avec contrôle de la quantité utilisée (nombre de tubes). 2 types, pouvant être associés :
– dermocorticoïde (classe III sauf visage).
– analogue de la vitamine D

  • Photothérapie

En cas d’échec des traitements locaux ou en 1ere intention dans les formes étendue, bonne efficacité. Souvent 20 séances à raison de 3 par semaine. 2 types :
– PUVAthérapie : photothérapie par UVA précédée d’une prise de psoralène photosensibisant
– photothérapie UVB à spectre étroit

  • Traitements généraux

Traitement avec nombreux effets indésirables !

Acitrétine, MTX, ciclosporine, anti-TNFalpha.

Remarque : pas de corticothérapie générale = risque de psoriasis erythrodermique

haut de page

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !