Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Chancre mou

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 25/01/21.
Dernières mises à jour
– Janvier 2021 : création de la fiche (Beriel)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
2 : Chancre mou (RBP – SFD, 2016)

1) Généralités 2

Déf : infection due à Haemophilus ducreyi, bactérie responsable d’ulcération génitale.

Épidémiologie 
– Forme endémique dans plusieurs pays tropicaux en Afrique noire et en Amérique latine ++ (tend à se raréfier dans ces pays)
– Apparition sporadique au gré des petites épidémies dans les pays occidentaux 
– Pathologie plus fréquente chez l’homme 

2) Diagnostic 2

Clinique Paraclinique
ulcération génitale Culture 
Examen direct
PCR

A ) Clinique

Incubation :  3-7 jours 

Signes cliniques 
– Asymptomatique parfois
– Lésion génitale : chancre mou
 . papule se transformant très rapidement en ulcération (diamètre > 1 cm)
 . ulcération non indurée, profonde, sale, purulente et douloureuse 
 . localisation : fourreau de la verge et scrotum (chez l’homme), vulve (chez la femme) 1lésion plus souvent localisée sur la peau que sur la muqueuse génitale proprement dite..
 . lésion unique ± associée à de petites ulcérations satellites de quelques mm de diamètre (même aspect et même caractère douloureux)
– Association (50% des cas) d’un bubon inguinal 
 . apparition 8-10 jours après le début du chancre
 . ADP satellites, unilatérales, très inflammatoires, évoluant spontanément vers une fistulisation à la peau (en un seul pertuis) 
– Association parfois (10% des cas) à Treponema pallidum ou Herpes simplex (chancre mixte)

B ) Paraclinique

Prélèvement : berges de l’ulcération cutanée et aspiration du pus issu du bubon 

Identification de Haemophilus ducreyi 
– culture
 . positive dans 60-80% des cas
 . difficile en pratique 
– examen direct + coloration Gram 
 . bacilles Gram négatif bipolaires 
 . regroupés en chaîne de bicyclette ou en banc de poisson 

PCR 2Il existe une PCR multiplex combinant la recherche de Haemophilus ducreyi, de Treponema pallidum et d’HSV-2 dans les ulcérations génitales..

C ) Diagnostic différentiel 

Autres étiologies d’ulcération génitale

3) Evolution 2

Chez l’homme, l’évolution se fait vers des complications comme le phimosis et la perte de substance cutanée (ulcère phagédénique). 

4) PEC 2

A ) Bilan initial

BILAN
Rechercher les autres IST
– clinique +++
– sérologies VIH, VHB et TPHA/VDRL
– culture HSV et recherche d’antigènes 

 

B ) Traitement

  • Traitement médicamenteux

– Azithromycine 1g per os en prise unique 
– ou Ceftriaxone 250 mg IM en une injection (il est indiqué de faire une injection trois jours de suite)
– ou Ciprofloxacine 500 mg x 2/jour per os pendant 3 jours 
– ou Erythromycine 2g/jour per os pendant 7 jours 

Notes
– Femme enceinte, allaitante et enfants : ceftriaxone et érythromycine 
– Echec possible en cas de traitement monodose en cas de co-infection  avec le VIH.
– examen et traitement des partenaire sexuels (contact sexuel dans les dix jours avant l’apparition des symptômes) même en l’absence de symptômes (portage asymptomatique)

  • Traitement du bubon

– Aspiration du contenu d’un bubon fluctuant à l’aiguille 
 . répéter l’opération jusqu’à affaissement du bubon 
 . le malade est mis au repos.
– Toute intervention chirurgicale, avec incision et drainage du bubon, est a priori inutile

C) Suivi

– Il est déterminé en fonction de l’évolution clinique de l’ulcération génitale 
– Réexaminer le patient 3-7 jours après le début du traitement 
– Traitement efficace : amélioration de l’ulcération dans les trois jours et re-épithélisation dans les 7 jours après début du traitement. 
– Plus l’ulcération est large, plus elle prendra du temps pour cicatriser (peut aller jusqu’à 2 semaines)

 

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Infectieux
Item(s) R2C (ECNi) : 162 (158)

Articles liés
Salpingite
Infection sexuellement transmissible : vue d’ensemble
Maladie de Nicolas-Favre
Trichomonose
Donovanose
Infection génitale à HPV et lésions pré-cancéreuses du col de l’utérus
Gonococcie
Chlamydiose
Syphilis

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CNEGM 1e édition (Réf. de Gynécologie obstétrique - 2021) [Indisponible en ligne]
CNGOF - Maladies sexuellement transmissibles (Réf. de Gynécologie obstétrique - 2018) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2015]
CEDEF - Infections sexuellement transmissibles (IST) (Réf. de Dermatologie - 2017)

Recommandations
Chancre mou (RBP - SFD, 2016)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale