Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Toux chronique

Fiche OD
Une Fiche MedG Orientation Diagnostique
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 06/08/17.

Pneumo
Fiche réalisée selon le plan OD
Item ECNi 200


Dernières mises à jour
Août 2017 : relecture avec la nouvelle édition du CEP, ajout du paragraphe physiopathologie et modifications mineures (Vincent)
– Janvier 2017
: création de la fiche (MedG)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : CEP 2017 – item 200 (référentiel du collège des enseignants de pneumologie)
2 : RPC « toux chronique de l’adulte » (SFORL, non daté mais < 2010…)
Sommaire
1) Etiologies
2) Orientation diagnostique
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Synthèse
3) Traitement symptomatique

!! URGENCES !!

Etio / Clinique / Bio

Déf : Toux de durée supérieure à 1-2 mois 1 (voire 3 semaines2) sans tendance à l’amélioration. Elle s’oppose aux toux aigües post-infectieuses.

Physiopathologie : la toux suit un arc réflexe impliquant dans l’ordre
1) Stimulation de récepteurs répartis de la sphère ORL aux alvéoles pulmonaires
– Récepteurs d’irritation : CAE, larynx, trachée, grosses bronches, péricarde, plèvre et diaphragme
– Terminaisons muqueuses à fibres C : parois alvéolaires, petites bronches
Les récepteurs des grosses voies aériennes réagissent surtout aux stimuli mécaniques, ceux des voies aériennes périphériques et centrales (fibres C) aux stimuli chimiques.

2) Afférences via les nerfs V, IX ou X vers un centre dans le TC

3) Efférences via les nerfs X, nerfs phrénique et rachidiens

! Toux et bronchoconstriction sont des réflexes indépendants ! Dans l’asthme, les modifications de calibre bronchique ne provoquent pas de toux, ce sont les médiateurs inflammatoires qui activent l’arc réflexe.

1) Etiologies 1

  • Cause respiratoire
Etiologie Clinique Paraclinique
Asthme Toux spasmodique, nocturne, majorée par temps froid / brouillard et à l’effort EFR : TVO réversible ou HRB
BPCO Fumeur EFR : TVO non réversible
Cancer bronchique Apparition – modification toux chez un fumeur
Signes généraux, hémoptysie
Radio – TDM – Biopsie
Fibroscopie bronchique
Bronchectasie Suppuration chronique TDM
Coqueluche Quintes paroxystiques, nocturnes, émétisantes
Notion de contage
PCR sur culture 0
Tabagisme Anamnèse  
  • Cause ORL
Etiologie Clinique Paraclinique
Syndrome de rhinorrhée postérieure
ATCD sinusite, obstruction / écoulement nasal, sensation de rhinorrhée post.  ± TDM, endoscopie endonasale
Diverticule de Zenker Régurgitation Transit pharyngo-oes.
Laryngite chronique Dysphonie, toux majorée à la phonation  
Autre dysfonction nasale chronique    
  • Autres causes
Etiologie Clinique Paraclinique
RGO Post-prandial
Décubitus ou penché en avant
± endoscopie digestive ou pH-métrie
Insuffisance ventriculaire gauche dyspnée d’effort, orthopnée Echo
Médicaments *
anamnèse  
Maladie systémique § (selon pathologie)  
Psychogène Terrain psy Diagnostic d’élimination

* IEC ++ (chez 5-20% des patients, début 1 semaine à 6 mois. Arrêt toux 4-6 semaines à l’arrêt du ttt), ARA II, ß-bloquant, aérosolthérapie… 350 médicaments peuvent être responsable.

§ syndrome de Gougerot-sjögren, polychondite atrophiante, hypothyroïdie (toux productive nocturne), maladie de Horton, maladie de Wegener, rectocolite hémorragique et maladie de Crohn, amylose 0.

2) Orientation diagnostique 1

A) Clinique

Signes selon l’étiologie (cf tableau étio). 6 diagnostics à évoquer systématiquement (en orange)

Signes du retentissement de la toux
– retentissement social
– douleur musculaire, fracture de côte, hernie
– perte d’urine
– céphalée, perte de connaissance
– plus rare : hémorragie sous-conjonctivale, bradycardie…

B) Paraclinique

Radio thoracique, systématique 1 (ou si absence de suspicion d’une origine médicamenteuse ou de coqueluche 2) : recherche d’anomalie spécifique.

Bilan ciblé / avis spécialiste selon orientation ! 2

C) Synthèse 2

3) Traitement symptomatique 1

La PEC est essentiellement étiologique ++, seules certaines techniques de kinésithérapie ont fait leur preuve pour le drainage des sécrétions bronchiques.

  • Toux sèche

Antitussifs. 3 classes (ont toutes un SMR jugé modéré à insuffisant par la HAS) :
– opiacé
– antihistaminique anticholinergique
– non antihistaminique non opiacé

  • Toux productive

Mucomodificateurs (ont tous un SMR jugé insuffisant par la HAS)

Kinésithérapie respiratoire : toux dirigée, expiration forcée

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

6 réponses à “Toux chronique”

  1. A noter que les antitussifs n’auraient pas d’effet > placebo sur la toux, mais aideraient à dormir (effet sédatif ?) => à utiliser le soir +++. Voir les études de Eccles :

    Eccles, R., Codeine, cough and upper respiratory infection. Pulm Pharmacol, 1996. 9(5-6): p. 293-7.
    Eccles, R., The powerful placebo in cough studies? Pulm Pharmacol Ther, 2002. 15(3): p. 303-8.
    Eccles, R., S. Morris, and M. Jawad, Lack of effect of codeine in the treatment of cough associated with acute upper respiratory tract infection. J Clin Pharm Ther, 1992. 17(3): p. 175-80.

  2. Autres pathologies => la toux chronique idiopathique, qui concernerait 10-40% des cas…
    Voir à ce sujet les publications suivantes :

    – Haque, R.A., O.S. Usmani, and P.J. Barnes, Chronic idiopathic cough: a discrete clinical entity? Chest, 2005. 127(5): p. 1710-3.
    – McGarvey, L.P., Does idiopathic cough exist? Lung, 2008. 186 (Suppl 1): p. S78-81.
    – Irwin, R.S., Unexplained cough in the adult. Otolaryngol Clin North Am, 2010. 43(1): p. 167-80.

  3. Concernant les IEC, il semblerait que la toux aux IEC soit associée à cette classe thérapeutique (et non un médicament en question). Pas la peine d’essayer de changer le ramipril par de l’énalapril… !

    Lacourciere, Y., et al., Effects of modulators of the renin- angiotensin-aldosterone system on cough. Losartan Cough Study Group. J Hypertens, 1994. 12(12): p. 1387-93.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Pneumologie
Item(s) R2C (ECNi) : 204 (200)

Articles liés
Syndrome de toux d’origine des voies aériennes supérieures
Bronchectasie

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CEP - Toux Chronique de l’Adulte (Réf. de Pneumologie - 2020)
Toux chronique de l’enfant (Fiche de synthèse - PaP en pédiatrie, 2019)
CERF-CNEBMN (Réf. d’Imagerie médicale – Radiologie – Médecine nucléaire - 2019) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2015]
Toux chronique (Fiche de synthèse - PaP en pédiatrie, 2016)

Recommandations
Ambroxol et bromhexine : des médicaments à écarter des soins (Fiche Bon Usage - Prescrire, 2020) Synthèse : Divers médicaments utilisés pour soulager une toux, parfois gênante mais bénigne, exposent à des effets indésirables disproportionnés. Quand un médicament actif contre la toux semble justifié, le dextrométhorphane, un opioïde, est une option malgré ses limites. L\'ambroxol (Muxol° ou autre) et la bromhexine (Bisolvon°), des mucolytiques autorisés dans la toux ou les maux de gorge, n\'ont pas d\'efficacité clinique démontrée au-delà d\'un effet placebo, et ils exposent à des réactions anaphylactiques et à des réactions cutanées graves, parfois mortelles, telles que des érythèmes polymorphes, des syndromes de Stevens-Johnson et des syndromes de Lyell.
Oxomémazine : un médicament à écarter des soins (Fiche Bon Usage - Prescrire, 2020) Divers médicaments utilisés pour soulager une toux, parfois gênante mais bénigne, exposent à des effets indésirables disproportionnés. Quand un médicament actif contre la toux semble justifié, le dextrométhorphane, un opioïde, est une option malgré ses limites. L\'oxomémazine (Toplexil° ou autre), un antihistaminique H1 sédatif et atropinique du groupe des phénothiazines avec des propriétés neuroleptiques, expose à des effets indésirables disproportionnés dans le traitement symptomatique de la toux.
Pentoxyvérine : un médicament à écarter des soins (Fiche Bon Usage - Prescrire, 2020) Divers médicaments utilisés pour soulager une toux, parfois gênante mais bénigne, exposent à des effets indésirables disproportionnés. Quand un médicament actif contre la toux semble justifié, le dextrométhorphane, un opioïde, est une option malgré ses limites. La pentoxyvérine (Vicks sirop pectoral 0,15 %° ; Clarix toux sèche pentoxyvérine 0,15 %°), un antitussif d'action centrale, expose à des troubles cardiaques, dont des allongements de l'intervalle QT de l'électrocardiogramme, et à des réactions allergiques graves.
Pholcodine : un médicament à écarter des soins (Fiche Bon Usage - Prescrire, 2020) Synthèse : Divers médicaments utilisés pour soulager une toux, parfois gênante mais bénigne, exposent à des effets indésirables disproportionnés. Quand un médicament actif contre la toux semble justifié, le dextrométhorphane, un opioïde, est une option malgré ses limites. La pholcodine (Biocalyptol° ou autre), un opioïde autorisé dans la toux, expose à un risque de sensibilisation aux curares utilisés en anesthésie générale. Ce risque grave n'est pas connu avec d'autres opioïdes.

Publications scientifiques
Keller "Docteur, donnez-moi quelque chose pour ma toux" (Rev Med Suisse, 2018)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

(Section vide)

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale

> La Fiche

Désolé, le sommaire automatique n'est pas (encore) disponible pour cette fiche.

> Les Commentaires

> Mon Espace Perso

> Ailleurs sur MedG

> La Bibliothèque

 
Navigation