Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Asthme

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 21/10/19.

PneumoImmuno
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 184


Dernières mises à jour
Octobre 2019 : ajout des sources 1B et 1C pour les définition del’asthme professionnel et du nourrisson, autres modifications mineures (Vincent)
– Août 2017 : relecture avec la MaJ du CEP, cf. commentaire (Vincent)
– Janvier 2017
: création de la fiche (Thomas)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1A : CEP 6e édition 2018 – item 182 et 184 (référentiel de pneumologie)
1B : CEP 6e édition 2018 – item 180 (référentiel de pneumologie)
1C : CNPU 7e édition 2017 – Bronchiolite aiguë du nourrisson (référentiel de pédiatrie – indisponible en ligne, lien vers l’édition 2014)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Diagnostics différentiels
3) Evolution
4) PEC
– A) Bilan
– B) Traitement
– C) Suivi


1) Généralité 1A

Déf : Maladie inflammatoire chronique des voies aériennes inférieures associant des symptômes respiratoires paroxystiques (dyspnée, toux…) ET une obstruction des voies aériennes. Les symptômes sont variables au cours du temps et peuvent être absents.

On distingue :
les symptômes d’asthme (autrefois crise d’asthme) : signe clinique de l’asthme, de courte durée
les exacerbations (ou poussée) : augmentation des symptômes sans retour à la normale, nécessitant une modification de traitement
l’asthme aigu grave (AAG) : mise en jeu du pronostic vital, soit suite à une gravité immédiate des symptôme d’asthme, soit en cas d’exacerbation sévère.

Physiopathologie: maladie polyfactorielle associant des facteurs génétiques et environnementaux (infection virale ++, sensibilisation aux pneumallergènes, tabac, pollution (cf. Allergie et hypersensibilité) aboutissant à une inflammation chronique des voies aériennes avec réaction immunitaire Th2, modification de l’épithélium et de la muqueuse des voies aériennes et activation des fibres nerveuses provoquant une bronchoconstriction par hyperréactivité bronchique.

Remarque : il existe des mécanismes particuliers à connaitre
– Asthme induit par l’exercice (par refroidissement et déshydratation des bronches)
– Intolérance aux AINS / aspirine (non-allergique)
– Irritants inhalés : diesel, ozone, tabac, irritants professionnels

Epidémio : prévalence de 6% chez l’adulte. Chez l’enfant
– 10% si aucun parent n’est asthmatique
– 25% si 1 parent
– 50% si 2 parents asthmatiques

2 situations ont une définition et des données épidémiologiques particulières.

Asthme professionnel (10-15 % des asthmes) 1B : asthme causé par l’exposition à un agent asthmogène sur le lieu de travail (exposition professionnelle = cause directe de l’asthme qui ne pré-existait pas, ≠ asthme aggravé par le travail). Le délai de PEC est de l’ordre de 7 jours.

Mécanisme
– Asthme avec période de latence (immunologique) : IgE-dépendant (haut poids moléculaire), ou mécanisme IgE-dépendant non-démontrable (bas poids moléculaire : isocyanates, acrylates…)
– Asthme sans période de latence (non-immunologique) = syndrome d’irritation aiguë bronchique ou syndrome de Brooks : exposition à un irritant respiratoire (vapeur, gaz, fumée), de façon accidentelle ou à faible doses répétées

Métiers impliqués : 6 métiers partagent 50 % des asthmes pro
– Boulanger-pâtissier : farines de céréales, enzymes, contaminants de la farine (acariens…)
– Métiers de la santé : latex, aldéhydes, ammoniums quaternaires, autres
– Coiffeurs : persulfates alcalins (décoloration), teintures, produits de permanente
– Peintres au pistolet dans l’industrie automobile : isocyanates
– Travailleurs du bois : bois exotiques, colles (colophane, formaldéhyde), vernis (isocyanate)
– Métiers du nettoyage : acariens, latex, ammonium quaternaires, amines aliphatiques

Asthme chez l’enfant < 36 mois 1C : défini par la répétition de ≥ 3 épisodes de bronchiolite. Plus fréquent en cas de terrain atopique familial ou personnel.

2) Diagnostic 1A

Clinique Paraclinique
Dyspnée, sifflement, oppression thoracique, toux
Paroxystique et récidivant
Trouble ventilatoire obstructif réversible OU hyperréactivité bronchique

A ) Clinique

  • Anamnèse

4 symptômes d’asthme : dyspnée, sifflement, oppression thoracique et toux
– de durée brève, normalement < 20min
– paroxystique et récidivant. Surtout la nuit et au réveil ou déclenché/aggravé par les infections virales, le sport, le rire, l’exposition aux allergènes / irritants.
– évoluant par exacerbations (= poussées) avec variabilité des symptômes.

  • Clinique 0

En général, la patient consulte en dehors des symptôme et l’examen clinique est normal.
En cas de symptôme d’asthme, on retrouve un sifflement expiratoire et des signes de difficulté respiratoire à évaluer (cf. PEC).

B ) Paraclinique

Explorations fonctionnelles respiratoires (EFR) : pose le diagnostic de 2 manières différentes

> Soit il existe un TVO au repos (VEMS/CVF<0,7).
Le diagnostic est posé par une réversibilité significative (augmentation VEMS ≥ 200mL ET 12% de la valeur initiale) voire complète (normalisation du VEMS > 80% et du VEMS/CVF > 0,7) du TVO après l’inhalation d’un BDCA ou une corticothérapie systémique de 2 semaines.

> Soit l’examen au repos est normal.
Le diagnostic est posé devant une hyperréactivité bronchique (dim. de 20%  du VEMS suite à un test de provocation). La VPN du test est de 100% (pas de faux neg) mais sa VPP est d’environ 80% (autres pathologies : emphysème, insuffisance cardiaque gauche…)

Remarque : chez l’enfant de moins de 5 ans, les EFR ne sont pas réalisables. Le diagnostic sera porté par la suspicion clinique (symptôme, ACTD perso/familial d’allergie) et l’amélioration sous traitement.

Radio Thoracique : Elle est normale. Indispensable pour éliminer un diagnostic différentiel.

Debit Expiratoire de Pointe (DEP) : utilisation limitée pour le diagnostic, notamment pour identifier un asthme professionnel ou pour le suivi.

C ) Diagnostic différentiel

Symptômes cliniques semblables mais pas de TVO
toux chronique 0
– syndrome d’hyperventilation
– dysfonction des cordes vocales

Symptômes cliniques semblables mais TVO non réversible
BPCO
Bronchectasie
Mucoviscidose
– Bronchiolite constrictive
Corps étranger
– Trachéobronchomalacie
Insuffisance cardiaque

3) Evolution 1A

Evolution chronique par poussées. Les risques sont liés à l’asthme aigu grave, responsable de 1000 décès/an en France.

4) PEC 1A

A ) Bilan

  • Bilan de gravité

> Gravité des symptômes / exacerbations : On distingue les exacerbations légères/modérées et les exacerbations sévères ou asthme aigu grave

  Légère/modérée severe/AAG
Parle avec
Phrase Mot
Position favorite
assise assis penché en avant
agitation non oui
FR <30 >30
Muscle resp. accessoire non oui
FC 100-120 >120
SpO2 90-95% <90%
DEP (p/r meilleur valeur) >50% <50%

> Gravité de l’asthme : elle s’évalue suivant le traitement nécessaire au contrôle de l’asthme !

  • Recherche de facteurs favorisants

Les facteurs suivant favorisent l’inflammation bronchique et sont à rechercher dans le bilan initial et le suivi, à l’aide d’un interrogatoire ± examens complémentaire :

Rhinite
Allergie respiratoire (Prick-Test systématique)
Allergie alimentaire
– Irritants bronchiques (tabac, pollution)
– Médicaments (β-bloquant, aspirine, AINS)
– Infections respiratoires
– Facteur psy (anxiété, stress)
– RGO
– Obésité

  • Recherche de facteur de risque d’exacerbation

Lié à l’asthme
– Symptômes non contrôlés
– VEMS < 60%
– Absence de traitement par CSI
– Utilisation de BDCA > 1 flacon / mois
– ATCD d’intubation / d’hospitalisation en soins intensifs pour asthme
– Exacerbation sévère dans les 12 mois précédent

Lié au terrain
– Problème psychologique / socio-économique majeur
– Exposition au tabac / allergène
– Obésité, rhinite chronique, allergie alimentaire…
– Grossesse

FdR d’AAG :
– ATCD de maladie psychiatrique / pbl psycho-sociaux
– ATCD d’AAG avec ventilation assisté
– Hospitalisation / urgence pour asthme dans les 12 derniers mois
– Mauvaise observance, absence de traitement par CSI
– utilisation de BDCA > 1 flacon / mois
  • Synthèse Diagnostic / Bilan 0

B ) Traitement

  • Traitement des crises

Symptôme d’asthme : BDCA par voie inhalée.

Exacerbation légère et modérée
– BDCA par voie inhalée ++
– Corticothérapie systémique : predni 1mg/kg/j chez l’adulte (max 50mg) ou 2mg/kg/j chez l’enfant (max 40mg) pour 5-7j sans décroissance
± Oxygène
En l’absence d’amélioration après 1h, PEC comme un AAG
! Réévaluation clinique rapprochée !

Exacerbation sévère / asthme aigu grave
(cf fiche AAG)

  • Traitement de fond (initial)

Un traitement de fond est à initier dès que le diagnostic d’asthme est évoqué, avant les résultats des EFR.

On débute par des corticostéroide inhalés (CSI) à dose faible (palier 2). En cas de tableau initial « sévère », on peut ajouter directement des bronchodilatateur de longue durée d’action (palier 3)

  • PEC des facteurs favorisants

– PEC d’une allergie respiratoire, d’une rhinite, d’un RGO, de l’obésité, de l’anxiété
– Sevrage tabagique, éviction des polluants
– Prévention des infections respiratoires (vaccin anti-grippal, ± anti-pneumococcique)
– CI aux β-Bloquant, ± CI aux AINS/Aspirine en cas d’intolérance.

C ) Suivi et PEC au long cours

Un suivi est nécessaire :
– au min. 1x/an
– 3 mois après une modification de traitement
– mensuel pendant la grossesse

  • Evaluation du contrôle de l’asthme

> Evaluation des symptômes (sur les 4 dernières semaines)

Selon 4 items
– Symptômes diurnes ≥ 2/semaine
– Prise de BDCA ≥ 2/semaine
– Réveil nocturne lié à l’asthme
– Limitation d’activité liée à l’asthme

0 item = symptômes bien contrôlés
1-2 item = symptômes partiellement contrôlés
3-4 items = symptômes non contôlés

> Evaluation de la fonction respiratoire, par mesure du VEMS. Peut être remplacé par le DEP (mais VEMS au moins 1x/an).

> Evaluation des exacerbations, par le nombre de cure de corticothérapie.

  • Ajustement du traitement au long cours

Asthme contrôlé, ssi :
– les symptômes sont contrôlés
– absence d’obstruction bronchique : VEMS/CVF > 0.7 et VEMS > 80%
– les exacerbations sont rares (<2/an)

=> le traitement de fond est maintenu, voire réduit. Un traitement minimal par CSI faible dose reste cependant indispensable au long cours.

Asthme non contrôlé : augmentation du traitement par paliers

Palier Traitement de fond sévérité de l’asthme §
1 aucun Intermittent
2 CSI faible dose Persistant léger
3 CSI faible dose + BDLA* Persistant modéré
4 CSI moyenne/forte dose + BDLA* Persistant sévère
5 CSI moyenne/forte dose + BDLA* + Anti-IgE** ou nouvelle biothérapie ou cortico systémique Sévère

* en 2e intention, le BDLA peut être remplacé par un anti-leucotriène
** Les anti-IgE sont indiqués dans les asthmes sévères non contrôlés avec VEMS < 80% et sensibilité prouvée à un pneumallergène perannuel
§ classification de l’asthme après 6 mois de traitement stable

  • Autres

Education thérapeutique ++
– Technique de prise
– Plan d’action avec reconnaissance des situations d’urgence et CAT
– Vérification de l’observance
– CI à la plongée sous-marine (sauf asthme parfaitement contrôlé et avis d’un médecin fédéral de plongée, voir à cette adresse)

Réévaluation de la PEC des facteurs favorisants

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

7 réponses à “Asthme”

  1. Les liste des FdR d’exacerbation et d’AAG gagneraient à être clarifiées / unifiées … Nous avons préféré laisser les listes du CEP sans interprétation

  2. Relecture avec la version 2017 du CEP:
    – Changement notable : le traitement de fond doit toujours être démarré avant les EFR (liste d’indications supprimée)
    – La liste des FdR d’exacerbations et d’AAG n’a pas changé

  3. „Un traitement minimal par CSI faible dose reste cependant indispensable au long cours.“
    => donc le palier 1 (= absence de ttt de fond) ne sert à rien…

    • Bonjour, juste pour apporter un peu de précision, il me semble que cette phrase fait référence au contexte d’une décroissance d’un traitement de fond lorsque l’asthme est contrôlé. En revanche si l’asthme est léger intermittent et qu’il est bien contrôlé par un palier 1 (définition d’un asthme léger intermittent) je ne pense pas qu’un CSI faible dose soit nécessaire !
      En tout cas merci beaucoup pour vos fiches !

      • Le problème, c’est qu’on commence par le palier 2 dès suspicion d’asthme
        « On débute par des corticostéroide inhalés (CSI) à dose faible (palier 2) »
        => Comment revenir au palier 1 ?!

Répondre à Vincent Annuler la réponse

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Immunologie, Pneumologie
Item(s) R2C (ECNi) : 188 (184)

Articles liés
Rhinite allergique
Asthme aigü grave

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
CEMIR 7e édition - Exacerbation sévère d’asthme (Réf. de Réanimation - 2021)
CEP - Asthme, Rhinite (Réf. de Pneumologie - 2020)
ASSIM 2e édition (Réf. d’Immunopathologie - 2018) [Indisponible en ligne] Ce ref n‘étant pas en accès libre (ni une version antérieure de moins de 5 ans), nous l‘avons lié à toutes les fiches de la matière. Il se peut donc que le thème de cette fiche ne soit pas traité dans ce livre.
Crise d’asthme chez l’enfant (Fiche de synthèse - PaP en pédiatrie, 2016)

Recommandations
Asthme (fiche Premiers Choix - Prescrire, 2019) [Payant] Résumé : Limiter les facteurs déclenchants ou aggravants, salbutamol à la demande en cas de crise, corticoïde inhalé en traitement de fond si besoin
Quelle place pour Xolair dans le traitement de l’asthme sévère ? (Fiche Bon Usage - HAS, 2019)
Fasenra (benralizumab) et Nucala (mépolizumab) dans le traitement de l’asthme sévère (Fiche Bon Usage - HAS, 2019)
Test de provocation bronchique à la méthacholine en pratique clinique, à partir de l’âge scolaire (RBP - SPLF, 2018)
Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme (Guide maladie chr. - HAS, 2018)
Pertinence des soins en allergologie et immunologie (Fiche Bon Usage - HAS, 2018)
PEC et suivi des patients asthmatiques (RBP - SPLF, 2016. Texte long)
Asthme de l’enfant de moins de 36 mois : diagnostic, prise en charge et traitement en dehors des épisodes aigus (RBP - HAS, 2009. Synthèse PDF)
Recommandations pour le suivi médical des patients asthmatiques adultes et adolescents (RBP - HAS, 2004. Synthèse PDF)
Éducation thérapeutique de l’enfant asthmatique (RBP - HAS, 2002. Synthèse PDF)
Éducation thérapeutique du patient asthmatique adulte et adolescent (RBP - HAS, 2001. Synthèse PDF)

Publications scientifiques
Paris "Rhinite et asthme dans l’industrie pharmaceutique" (Références en santé au travail, 2016)


Outils de consultation

Asthme ni quotidien ni permanent : adapter le traitement selon la gêne (Fiche Info Patient - Prescrire, 2021) Résumé : Les crises d'asthme sont généralement calmées par l'inhalation d'un médicament bronchodilatateur tel que le salbutamol ou la terbutaline. Quand l'amélioration n'est pas complète malgré le traitement, ajouter un corticoïde inhalé chaque jour ou seulement lors des crises.
Comprendre l’asthme (Fiche Info Patient - Prescrire, 2021) [Payant] Résumé : L\'asthme est une maladie qui se manifeste de manière variable. Bien connaître sa maladie aide à mieux la maîtriser.
Test de contrôle de l’asthme chez l’enfant (Document - Asso Asthme et Allergie)
Asthme : quand en parler chez l’enfant de moins de 3 ans ? (Fiche Info Patient - HAS, 2009)
Les traitements inhalés pour les nuls (Document - MG noob, 2019) Tous les médicaments !
Carte de vigilance des pollens (Outil interactif - RNSA)
Guide Zéphir (Vidéos - SPLF) 1 vidéo par inhalateur
Dispositif d’inhalation dans l’asthme et la BPCO: Comment choisir ? Trucs et astuces (Document - Parmentier)


Documents grand public

Insuffisance respiratoire chronique grave secondaire à un asthme (Guide Patient - HAS, 2007)
Asthme : mieux vivre avec (Guide Patient - HAS, 2001)
Association Asthme et Allergies (Association)
Vivre asthmatique et/ou allergique (Association)
Asthme (Vidéo explicative WhyDoc)
Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale

> La Fiche

Désolé, le sommaire automatique n'est pas (encore) disponible pour cette fiche.

> Les Commentaires

> Mon Espace Perso

> Ailleurs sur MedG

> La Bibliothèque

 
Navigation