Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Sémiologie
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu

Eczéma nummulaire

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 27/04/21.

Dernières mises à jour
Avril 2021 : création de la fiche (Beriel)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
2 : Eczéma nummulaire (Fiche de synthèse - Thérapeutique dermatologique, 2005) 

1) Généralités 2

Déf : l'eczéma nummulaire ou discoïde, d'origine méconnue, est caractérisé par des plaques arrondies ou ovalaires. 

Facteurs étiologiques 
- Origine souvent méconnue (surtout en ce qui concerne les membres et le tronc)
- Mise en cause de la fragilité cutanée face à des facteurs irritants externes ou des allergène de l'environnement 
 . facteurs d'irritation ou de dessication (localisation aux mains et aux avant-bras +++) : produits chimiques et alimentaires, détergents, etc.
- Surconsommation d'alcool et/ou tabagisme (associée à la survenue ou une aggravation notable)
- Apparition secondaire à 
 . dermatite atopique (chez l'enfant ++)
 . astéatose
 . allergie de contact (dissémination de proche en proche et par voie hématogène)
- Manifestation aiguë, d’un eczéma endogène après administration systémique d’un allergène comme l’alpha-méthyldopa ou le propacétamol 

2) Diagnostic 2

Clinique Paraclinique
Plaques caractéristiques -

A ) Clinique

- Plaques 
 . arrondies ou ovalaires de 1-5 cm de diamètre, bien délimitées 
 . recouvertes de vésicules et de croûtelles (se forment par concrétion de l'exsudat du suintement dans la forme aiguë et de squames dans le forme chronique)
 . localisation : membres +++, parfois extension aux fesses ou au tronc (épargnent en général la face)
- Prurit souvent intense, insomnieux

B ) Paraclinique

Pas de données relatives à la paraclinique.

C ) Diagnostic différentiel

- Dermatophytoses de la peau glabre
- Dermatite herpétiforme 
- Mycosis fongoïde
- Psoriasis irrité 

3) Evolution 2

A) Histoire naturelle 

- Evolution chronique et capricieuse 
- Exaspération au cours de la saison froide
- Permanence du prurit pendant des mois, voire des années

B) Complications

- Surinfection
- Lichénification 
- Altération de la qualité de vie sociale 

4) PEC 2

  • Moyens

Mesures hygiéno-diététiques 
Mesures de consommation
- Réduire la consommation d'alcool 
- Réduire la consommation de tabac (pourra être substituée temporairement par la nicotine en patch ou par les gommes à mâcher)

Mesures d'économie cutanée
- Particulièrement soignées, surtout pour les formes sèches d'eczéma nummulaire (lésions acrales +++)
- S'appliquer à une toilette non agressive, faite avec un syndet et de l'eau tiède 
- Prendre soin de protéger le tégument (mains +++) de toute agression cutanée 
 . éviter la manipulation à main nue des produits ménagers, détergents et autres produits chimiques, des substances naturelles irritantes
 . porter des gants 
 . laver et sécher les mains

Traitement local 
Dermocorticoïdes 
- Dermocorticoïdes d'activité forte ou très forte 
- Crème hydrophile de préférence : Aclosone®, Diprosone®, Efficort®, Flixovate®, Locatop®, Nérisone®, ...)
- Application vespérale jusqu'à rémission clinique et interrompre le traitement ou
 . passer à 1 application tous les 2 jours durant une dizaine de jours
 . puis 2 applications/semaine durant un mois
Note :  La corticothérapie locale est plus délicate à utiliser en cas de lésions profuses (difficultés d’application et risques systémiques si surface traitée > 30% de la surface corporelle)

Emollients
- Restauration épidermique au niveau des lésions en voie de guérison
- Lutte contre le prurit des lésions sèches 

Antiseptiques : utilisés en complément des corticoïdes locaux (pas de preuves d'efficacité)

Traitements asséchants
- Utiles pour les lésions suintantes 
- Il s'agit de 
 . Solutions de sulfate de cuivre et de permanganate de potassium en bain 
 . Applications de nitrate d'argent en solution aqueuse à 1%, éosine, fluorescéine (efficaces mais salissantes)
 . Corticoïdes locaux en crèmes (effets vasoconstricteur et anti-inflammatoire)
 . Compresses d'eau tiède, de sérum physiologique (Nacl 0.9%)
 . Solutions aqueuses d'antiseptiques comme la chlorhexidine ) 0.05% (Septéal ®, Hibidil ®, ...)

Antibiotiques locaux : Acide fusidique +++

Dérivés du goudron
- Psocortène ®, ichtyol, coaltar en préparation magistrale concentrée de 5-10%
- Ils sont salissants et malodorants 
- Permettent une épargne des corticoïdes locaux (peuvent être utiles sur les lésions sèches et lichénifiées)
- Peuvent s'employer en relais des corticoïdes locaux : 1-2 applications/jour 

Traitement général 
Antihistaminiques sédatifs
- luttent contre le prurit 
- hydroxyzine (Atarax®, de 25 à plus de 100 mg/j selon la réponse et la tolérance) ou dexchlorphéniramine (Polaramine®, de 2 à 8 mg/j)
- La doxépine (Quitaxon ®) a un effet antiprurigineux puissant et est utile en absence de réponse clinique aux précédentes molécules (AMM pour les épisodes dépressifs caractérisés)

Antibiotiques systémiques
- Sont justifiés dans les cas de surinfection avérées ; peuvent être utilisés dans les formes suintantes
- Molécules actives sur le staphylocoque doré et le streptocoque pyogène 
 . pénicilline M
 . macrolides 
 . acide fusidique 
 . synergistine 

Photothérapie UV
- Action sur le prurit et anti-inflammatoire 
- Formes profuses et rebelles d'EN 
 . UVB (à spectre large ou étroit par les lampes TL01) : 3-5 séances/semaine 
 . PUVAthérapie 2-3 fois/semaine

Corticothérapie générale
- Rapidement dégressive
- Peut être nécessaire dans les formes graves

Ciclosporine
- Sandimmun®, Néoral® 
- Peut exceptionnellement être utilisée dans l'eczéma nummulaire grave, profus, résistant aux autres traitements (si l'on peut l'intégrer dans le cadre d'une dermatite atopique)

  • Stratégie thérapeutique

 

Moyens

Eczéma nummulaire (EN) limité

EN suintant EN impétignisé EN profus en grave, résistant à tout traitement
Corticoïdes locaux  + + + + mais délicate Evoquer l'allergie de contact aux corticoïdes locaux
Emollients  +     +  
Compresses aqueuses (eau, sérum physiologique, chlorhexidine)   + +    
Goudrons          
Antibiothérapie locale ou systémique     +    
Photothérapie ultraviolette (UVB, PUVA)       +  
Corticoïdes systémiques       Rarement  
Ciclosporine         Si EN atopique
Traitement général du prurit + + + ++ ++
Mesures d'hygiène et d'économie cutanée + + + ++ ++
Tempérance alcoolique et tabagique + + + ++ ++

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Notes pour les commentaires : nous somme très heureux de recevoir des commentaires. Cependant, nous tenons à préciser que : 1- nous ne sommes pas des spécialistes ; 2- comme vous, nous recherchons les réponses sur le net ; 3- nous sommes très peu et ne pouvons donc pas répondre systématiquement. N'hésitez donc pas, si une information dans la fiche manque, à poser la question et y répondre vous-même après recherche ! Merci !

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription et en cas de compte 'Inactif', les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.

 







 

 

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
Eczéma nummulaire (Fiche de synthèse - Thérapeutique dermatologique, 2005)

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
• van Zuuren et al. "Émollients et crèmes hydratantes pour l’eczéma" (Cochrane, 2017) Conclusions des auteurs: La plupart des crèmes hydratantes ont montré certains effets bénéfiques, produisant de meilleurs résultats lorsqu'elles étaient utilisées avec un traitement actif, prolongeant le délai jusqu'à une poussée et réduisant le nombre de poussées et la quantité de corticostéroïdes topiques nécessaire pour atteindre une réduction comparable de la gravité de l'eczéma. Nous n'avons pas trouvé de preuve fiable indiquant qu'une crème hydratante est plus efficace qu'une autre.


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Dermato-Info (Site Web) Site d'information grand public de la société française de dermatologie
Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ?
Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur1000 guides cliniques pour MG,
par le Collège de la Médecine Générale

Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Filtres par catégories
*Plan de fiche
Autre
MGS
OD
Matière
Anatomie
Cardiologie
Dermatologie
Endocrinologie
Génétique
Gériatrie
Gynéco-obstétrique
Hématologie
HGE
Immunologie
Infectieux
Médecine Interne
Néphrologie
Neurologie
Nutrition - Sport
Oncologie
Ophtalmologie
ORL - CMF - Stomato
Orthopédie
Pédiatrie
Pneumologie
Psychiatrie
Rhumatologie
Santé Publique
Sémiologie
Thérapeutique
Urgences
Urologie
Vascu
M

Navigation