Mégalérythème épidémique

5e maladie, cinquième maladie, Erythème infectieux
Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 3 septembre 2019.

InfectioPédiatrie
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 160


Dernières mises à jour
Septembre 2019 : Relecture de la fiche, Publication (Beriel)
Mars 2017 : Création de la fiche (Vincent)

Sources

MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1  : CNPU 7e édition 2017 – item 160 (Référentiel des enseignants de Pédiatrie, lien vers édition 2014)

1) Généralités 1

Déf : Le mégalérythème épidémique est une infection à Parvovirus B19 (Cf. Classification des virus)

Transmission – Epidémiologie
– Transmission interhumaine directe par voie respiratoire
– Survient par épidémies familiales ou scolaires
– Age de survenu : 5 – 14 ans

 

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
Exanthème maculo-papuleux «en guirlande»
(ou érythème polymorphe, Syndrome éruptif en «gant et chaussette»
± PCR (phase aigüe) et sérologie

A ) Clinique

  • Anamnèse

Incubation : 6 à 14j

  • Examen physique

Phase d’invasion ou pré-éruptive (dure 2 jours)
– Fièvre modérée
– Céphalées, myalgies
– Etat général conservé, pas de catarrhe.

Phase éruptive (début à 2 semaines du contage)
> Signes généraux 
– Persistance de la fièvre
– ± Arthralgies, arthrite (rares)

> Signes dermato 
Forme typique
– Maculo-papules puis macules légèrement œdémateuses en guirlandes
– Siège :initialement sur les joues (aspect souffleté) s’atténuant en quelques jours, puis extension au tronc et aux extrémités (aspect en carte de géographie) avec fluctuations de 1 à 3 semaines

Autres éruptions possibles
– Erythème polymorphe – Syndrome éruptif en «gant et chaussettes»

Note : La contagiosité respiratoire est possible durant la phase d’invasion

B ) Paraclinique

Le diagnostic de mégalérythème est essentiellement clinique. La confirmation paraclinique se justifie pour 2 terrains à risque de complications : contact avec une femme enceinte ou anémie hémolytique chronique de l’enfant.

PCR sanguine en phase aigüe 

Sérologie 
– IgM spécifiques en phase aigüe 
– IgG : séroconversion ou augmentation x4 du taux d’Ac sur 2 prélèvements (à 15j d’intervalle)

C ) Diagnostic différentiel

 Les autres causes d’exanthème fébrile de l’enfant.

 

3) Evolution 1

A) Histoire naturelle

La maladie confère une immunité durable.

B) Complications

– En cas d’hémolyse chronique (drépano, sphérocytose, thalassémie) : anémie aigüe érythroblastopénique
– En cas de grossesse : Anémie, myocardite, anasarque fœtoplacentaire, MFIU (10% – surestimation ?). Si le fœtus survit, la guérison sans séquelle est possible.

 

4) PEC 1

A ) Traitement

La prise en charge est habituellement ambulatoire et symptomatique
– Paracétamol pendant la fièvre
– Transfusion sanguine si anémie aigüe mal tolérée
– En cas de séroconversion prouvée : Traitement curatif de l’anémie par transfusion fœtale 

B ) Prévention

– Tout contact avec une femme enceinte non-immune ou un enfant atteint d’hémolyse chronique doit être prohibé !
– L’éviction scolaire n’est pas obligatoire.
– Pas de vaccin connu à ce jour.

 




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.