Physiologie hydro-électrolytique

Méd. Interne – Néphro
Items ECNi 265-266


A) Hydratation et Natrémie

La Natrémie normale est située entre 135 et 145 mmol/L

  • Compartiment de l’organisme

On distingue 3 compartiments ou secteurs d’hydratation :
– intra-cellulaire (70%)
– interstitiel (25%)
– plasmatique (5%)
Les secteurs interstitiel et plasmatique sont regroupé dans le compartiment extra-cellulaire

L’eau se répartit dans ses 3 secteurs selon
– l’osmolalité entre les secteurs intra-cellulaire et extra-cellulaire
– la pression oncotique et hydrostatique entre les secteurs plasmatique et interstitiels

L’osmolalité est identique entre les secteurs. Son taux normal dépend des ions utilisés pour la calculer.
Osm = 2[Na+] + [glucose] = 285
Osm = 2[Na+] + [K+] + [glucose] = 294
Elle dépend ainsi essentiellement de la concentration en Na+. Or les ions Na+ ne traversent pas la membrane cellulaire. L’équilibre d’osmolalité entre les secteurs intra-cellulaire et interstitiel se fait donc par un mouvement d’eau.

219 hydratation normal

L’osmolalité peut également être directement mesurée. Une différence entre l’osmolalité calculé et mesuré (trou osmotique plasmatique) indique la présence d’une autre substance osmotiquement active

A Retenir et comprendre +++
=> Une modification du pool d’ion Na+ entraine une modification de la quantité d’eau dans le secteur extra-cellulaire. Il est mesurable par la clinique (rétention hydro-sodée, deshydratation)
=> Une modification du taux de Na+ par rapport à la quantité d’eau entraine une modification  de la quantité d’eau dans le secteur intra-cellulaire. Il est mesurable par la natrémie (la natrémie ne renseigne pas sur l’état d’hydratation extra-cellulaire !).

 

  • Variation de l’hydratation

Entrée = alimentation, boisson, perfusion
Sortie = rein, tube digestif, peau/poumon

Acteurs de l’hydration
– eau, régulée par la soif et le rein
– Na+, régulé par l’alimentation, le rein et l’oreillette droite
– SRAA, régulé par la volémie au niveau rénal
– ADH, régulée par la volémie

– L’augmentation de l’aldostérone entraine une rétention d’eau et de sel (sans modification de l’osmolalité)
– L’augmentation de l’ADH entraine une rétention d’eau uniquement (diminuant l’osmolalité)

B) Kaliémie

La Kaliémie normale est située entre 3,5 et 5 mmol/L (4 et 5 mmol/L en cas d’HTA)

La kaliémie mesurée dépend de 2 facteurs :
– la quantité total de potassium dans l’organisme (selon les entrées et sorties)
– le taux de potassium sanguin mesurable (extra-cellulaire, selon les mouvements internes)

  • Entrées – sorties

Entrées  : alimentation. Les aliments riches sont
– chocolat
– fruits secs, banane, jus de fruits…

Sorties 
– rénales (90%), régulé par l’aldostérone (une augmentation d’aldostérone diminue la kaliémie)
– fécales (10%), non modifiable

  • Mouvement interne
Entraine hypokaliémie Entraine hyperkaliémie
Insuline Glucagon
Stimulation B-adrénergique Blocage B-adrénergique
Alcalose Acidose

Note : les acidoses respiratoires et les acidoses métaboliques « organiques » (acido-cétose, acidose lactique…) n’induisent que peu d’hyperkaliémie (respectivement par effet B-adrénergique de l’hypercapnie et diffusion libre intra-cellulaire des anions organiques)

C) Calcémie

La calcémie totale est normalement située entre 2,2 et 2,6 mmol/L
La calcémie ionisée est normalement située entre 1,15 et 1,35 mmol/L

Une partie du calcium total est lié aux protéines sanguines (albumine +++), le reste correspondant à la forme active, le calcium ionisé. Chaque part correspond généralement à environ 50% du calcium total.

La mesure de la calcémie s’effectue de différentes manières : généralement la calcémie totale (à corriger par le taux d’albumine) suffit, on peut également mesurer directement la calcémie ionisée grâce à une électrode spécifique.

[CaCorr(mmol/L)] = [ Ca(mmol/L) ] + 0.02*( 40 – [Albumine(g/L)] )

  • Variations de la fraction active (Ca ionisé)
Baisse de la fraction ionisée Augmentation de la fraction ionisée
Alcalose Acidose
Hypoprotidémie (augm. Ca total) Hypoprotidémie
Hyper-phosphorémie / augm. sulfates Hypo-phosphorémie / dim. sulfates

 

2 réflexions au sujet de « Physiologie hydro-électrolytique »

  1. Pour le calcul de l’osmolalité plasmatique, il ne faut pas prendre en compte l’urée. L’urée modifie pourtant l’osmolalité, mais traverse librement la membrane cellulaire. Il n’entraine donc pas de mouvement d’eau entre les secteurs extra et intra-cellulaire (alors qu’au niveau urinaire il doit être pris en compte) (source : CUEN – item 219 ed. 5)

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG !