Déshydratation extra-cellulaire (DEC)

Méd. InterneNéphro
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item 265-266


Dernières mises à jour
– Novembre 2016 : relecture avec la 7e édition du CUEN (pas de modification) (Vincent)
– Aout 2015 : relecture fiche avec la 5ème édition du CUEN (Vincent)
– 7 aout 2013 : harmonisation de la fiche avec le nouvelle mise à jour du référentiel des enseignants de Néphrologie (Thomas)
– Janvier 2013 : création de la fiche (Thomas)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : CUEN 7e édition – Anomalie du bilan de l’eau et du sodium  (référentiel des enseignants de néphrologie)
2 : [pas de RCP/CC]
Sommaire
1) Généralités
– Physiologie
– Etiologies
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
3) Evolution
– vers une déshydratation globale
– vers une déshydratation intra-cellulaire
4) PEC


1) Généralités 1

> Déf : La déshydratation extra-cellulaire (DEC) est une diminution du volume dans le territoire extra- cellulaire.

Perte nette de sodium accompagné d’une perte d’eau de manière équivalente, aboutissant à une DEC isolée. La natrémie est donc normale au début (pas de modification de l’osmolalité donc pas de modification du secteur intracellulaire)219 DEC

    • Etiologies

Causes extra-rénales : associée à une oligurie et une natriurèse basse (<20 mmol/j)
– perte digestive = diarrhée profuse, vomissement
– perte cutanée = brûlure étendue, sudation extrême, dermatose bulleuse, mucoviscidose
– séquestration par un 3e secteur digestif (occlusion, pancréatite, péritonite) ou musculaire (rabdomyolyse)
– iatrogène = ponction de grand volume 0, aspiration digestive

Causes rénales : diurèse importante et natriurèse inadaptée (>20mmol/j)
– anomalie fonctionnelle = diurétique, insuffisance surrénalienne aiguë, polyurie osmotique (diabète sucré, perfusion de mannitol), hypercalcémie.
– maladie rénale intrinsèque : néphropathie avec perte de sel (néphropathie interstitielle), syndrome de levée d’obstacle

2) Diagnostic 1  

Clinique Paraclinique
diminution de poids, pli cutané, peau sèche, hypotension, soif modérée symptôme d’hémoconcentration
signes d’hypovolémie

A ) Clinique

Signes cliniques de déshydratation extra-cellulaire
– diminution de poids modéré
– pli cutané, peau sèche (aisselles), yeux cernés
– hypotension et tachycardie orthostatique réflèxe si modérée,
– hypotension de décubitus jusqu’à choc hypovolémique si sévère (>30% pertes liquidiennes)
– aplatissement des veines superficielles
– soif modérée

B) Paraclinique

Signes biologiques de déshydratation extracellulaire (indirect)
– syndrome d’hémoconcentration = hématocrite > 50%, protéinémie > 75 g/L
– signes d’hypovolémie : insuffisance rénale fonctionnelle, alcalose métabolique de contraction, hyperuricémie

3) Evolution 0  

Sans gravité tant que la natrémie est normale

Physio : Perte d’eau supérieure à la perte de sel entraînant une augmentation de la natrémie (hyperosmolalité) et donc une déshydratation intra-cellulaire.
219 déshydratation globale

Clinique : ajout des signes de déshydratation intra-cellulaire

Bio : ajout d’une hypernatrémie modérée (osmolalité élevée)

    • Evolution vers une DEC avec hyperhydratation intra-cellulaire

Physio : La déshydratation extra-cellulaire active des mécanismes compensateurs (soif et ADH), faisant entrer de l’eau (sans sel), d’où un excès relatif d’eau par apport au sel et donc une hyponatrémie (hypoosmolalité).
219 DEC + hyperhydratation intra-cellulaire

Clinique : ajout des signes d’hyperhydratation intra-cellulaire

Bio : ajout d’une hyponatrémie modérée (osmolalité basse)

4) PEC 1  

PEC étio

Traitement symptomatique dans le cadre de déshydratation extra-cellulaire isolée : apport oral ou solution hydrosodée isotonique (NaCl 0,9% ou Ringer Lactate), selon le déficit extracellulaire pouvant être estimé par :
– la perte de poids : 1L par kilo perdu
– la formule suivante : déficit = 20% x poids actuel x (Hematocrite/0,45 – 1)

En cas de collapsus hémodynamique, remplissage rapide par transfusion ou soluté colloïde avant de rétablir un apport en NaCl.

Remarque : en cas d’anomalie de l’hydratation intra-cellulaire, cf fiches spécifiques




6 réflexions au sujet de « Déshydratation extra-cellulaire (DEC) »

    • Je ne pense pas qu’il s’agisse de quelque chose de particulier mais simplement un facteur. Toutes les formules de médecine incluent des facteurs calculés suitent à des études cliniques.

      • Eau dans le corps = 60%
        – dont 40% dans le Secteur intracellulaire
        – et 20% dans le Secteur extracellulaire (SEC)
        Ici on cherche à evaluer la perte dans le SEC d’ou le 20%…

    • (Voir la partie diagnostic) L’hydratation EC s’estime essentiellement via la clinique. L’hématocrite peut aider. En aucun cas l’osmolarité qui renseigne sur l’hydratation IC

  1. Je ne trouve pas la composition “officielle” d’un SRO “fait maison” (notamment pour la dose de sucre, il y a beaucoup de différences entre les sources) …

    Pour 1l d’eau, ajouter 10 à 40g de sucre et 2g de sel +/- du citron

Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.