Addiction aux cathinones

Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
Fiche relue par un tiers. Dernière mise à jour le 28 mars 2018.

Psy
Fiche réalisée selon le plan MGS
Item ECNi 76


Dernières mises à jour
– Mars. 2018 : relecture, publication (Beriel et Thomas)
– Nov. 2017 : création de la fiche (Vincent)
Sources
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : CNUP 2e édition 2016 (référentiel de psychiatrie)
Sommaire
1) Généralité
2) Diagnostic
– A) Clinique
– B) Paraclinique
– C) Diagnostics différentiels
3) Evolution
4) PEC
– A) Bilan
– B) Traitement
– C) Prévention

1) Généralité 1

Déf : Tout usage de cathinones est considéré comme un mésusage. L’addition aux cathinones répond à des critères spécifiques. (Cf.  fiche addictions)
Ces psychotropes font partie des nouveaux produits de synthèse (NPS). Les cathinones sont considérées comme des stupéfiants en France depuis 2012.

Types et présentations : Il existe plusieurs molécules aux effets variés, consommées par voie orale (drop), intranasale, intraveineuse (slam), inhalée ou intrarectale (plug).
– Méphédrone et 4-MEC : effets similaires à la méthamphétamine, durant 2 à 5h
– MDPV : effets similaires à la cocaïne, durant 2 à 7h
– Méthylone : effets similaires à la MDMA
– NRG : mélanges de cathinones, potentialisation des effets de chaque substance

Epidémiologie : Population d’usage des NPS :
– Coaddictions
– Milieux homosexuels (slam)
– Milieux alternatifs musicaux
– Usagers occasionnels de drogues, socialement insérés

2) Diagnostic 1

Le diagnostic d’addiction repose sur les critères spécifiques du CIM10

Clinique Paraclinique
Interrogatoire
Syndrome d’intoxication aigüe
Syndrome de sevrage
(anhédonie, craving, palpitation)
Test sanguin, salivaire ou urinaire (?)

A ) Clinique

Comme pour toute addiction, on retrouve :
– des symptômes comportementaux
– une répercussion sociale et/ou médicale
– des symptômes pharmacologiques (sevrage)

  • Signes d’intoxication aigüe

Les effets diffèrent selon la molécule (cf partie 1)
L’utilisateur recherche généralement une augmentation de la sociabilité ou de l’empathie, une euphorie, une amélioration des performances sexuelles ou au travail.

  • Signes d’intoxication chronique

On retrouve les signes relatifs aux complications.

  • Syndrome de sevrage (MDPV et méphédrone)

Signes neuropsy :
– Anhédonie, anergie, craving (jusqu’à plusieurs semaines!)
– Humeur triste, anxiété, asthénie
– Troubles du sommeil
– Troubles de la concentration

Signes physiques :
– Palpitations
– Céphalées

Ces substances ont souvent un puissant caractère addictif ++ 

B ) Paraclinique 0

Le diagnostic d’addiction est clinique.

(Détection par test sanguin / urinaire ?)

C ) Diagnostic différentiel

Autres addictions. Voir les fiches OD :
syndrome d’intoxication aigüe
syndrome de sevrage

3) Evolution 1 

  • Complications non psychiatriques
Atteintes Complications
Neurologique – Nausées, vomissements
– Céphalées
– Vertiges
– Troubles de la vision
– Mydriase
– Bruxisme
– Confusion
– Céphalées
– Convulsions
– Tremblements, sd parkinsonien
Cardiovasculaire – Tachycardie
– Douleur thoracique
– HTA
– Anomalies du segment ST à l’ECG
Complications du slam (injection IV) – Abcès au point d’injection
– Atteintes veineuses
– Anomalies de la coagulation induites
– Problèmes de cristallisation du produit lors de la dilution et des pratiques de rinçage
– Infections : VIH et autres IST
Autres – Décès !
– Hyperthermie
– Syndrome sérotoninergique
– Hyponatrémie
– Rhabdomyolyse
  • Complications psychiatriques

– Anxiété, attaques de panique prolongées
– Episodes dépressifs, idées suicidaires
– Hallucinations
– Paranoïa induite
– Insomnies
– Troubles cognitifs
– Etats délirants aigus (pharmacopsychose)

4) PEC 1

A ) Bilan

Bilan de la dépendance : histoire, parcours de soins, co-dépendances

Bilan des complications psychiatriques ou non

B ) Traitement

  • Mesures générales :

– PEC pluridisciplinaire : évaluation psychiatrique, médicale générale et sociale
– PEC des comorbidités, aide à l’arrêt du tabac et des coaddictions
– Entretien motivationnel, psychothérapies (TCC)
– Thérapies familiales multidimensionnelles (jeunes consommateurs ++)

  • Traitement (symptomatique) de l’intoxication aiguë :

Modalités :
– Hospitalisation en réanimation
– Voie Veineuse Périphérique : macromolécules puis G5% + NaCl et KCl
– Surveillance : scope, FC, FR, conscience, saturation en 02, température
– Utilisation d’anxiolytiques

C ) Prévention

Elle est identique quelque soit la drogue. (Cf. fiche addiction aux opiacés)

Pour les NPS : il existe un système d’alerte de l’union européenne.




Une question / une remarque ? Merci de faire vivre MedG ! (votre commentaire sera relu avant éventuelle publication)

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.