Search
Localisation du mot-clé
Titre
Contenu (corps de texte)
Type de contenu
Articles
Pages (item, matière)
Liens Externes
Sous-titre de fiche MedG
Sous-titre

Anisakidose

Fiche MGS
Une Fiche MedG Maladie et Grand Syndrome
X Fiche non-relue par un tiers, créée le 06/10/20.
Dernières mises à jour
– Octobre 2020 : création de la fiche (Beriel)
Sources utilisées dans cette fiche
MG : Informations issues d’une autre fiche MedG, traitant spécifiquement du sujet
0 : source isolée (prof en cours, site web) ou non identifiable
1 : ANOFEL – Syndrome de Larva migrans (Réf. collège de Parasito. et mycologie – 2019) [Indisponible en ligne – lien vers l’édition 2016]

1) Généralités 1

Déf : zoonose liée à la fixation sur la muqueuse gastrique ou intestinale de larves de nématodes de la famille des Anisakidae. L’anisakidose est un syndrome de larva migrans viscérale.

Physiopathologie : la larve en tentant de pénétrer à travers la paroi gastrique ou duodénale entraîne des lésions aiguës dans les heures suivant l’ingestion. En ce qui concerne les localisations distales, on observe des granulomes à éosinophiles dans la paroi du grêle.

Épidémiologie 
Données épidémiologiques
– Parasite cosmopolite
  . plus fréquente au Japon (environ 120 cas annuels rapportés)
  . retrouvée de façon sporadique en Europe (quelques dizaines de cas/an en France)
– Parasitose surtout liée à la consommation de maquereaux, daurades, cabillauds, harengs, etc. fumés, marinés ou en sushi.

Mode de contamination : ingestion de poisson de mer cru, mariné, insuffisamment salé ou  insuffisamment cuit, contenant des larves L3 (merlan, merlu, cabillaud, hareng, etc.)

Parasitologie 
Agent pathogène : la larve mesure environ 2-5 cm de long. 

Cycle évolutif
– Les nématodes adultes vivent dans l’estomac des hôtes définitifs qui sont des mammifères marins : cétacés (baleines, dauphins, marsouins, etc.) ou pinnipèdes (phoques, otaries, morses, etc.)
– Les œufs sont éliminés avec les selles de l’hôte définitif, s’embryonnent et éclosent, libérant des larves de stades L2.
– Ces dernières sont absorbées par des crustacés de petites tailles (krill) et évoluent en larves L3, stade infestant pour l’hôte définitif. 
– Très souvent, un second hôte intermédiaire jouant le rôle paraténique est nécessaire pour la poursuite du cycle (poissons, seiches, poulpes, etc.)
– La larve L3 se fixe sans évolution sur la muqueuse digestive de ce nouvel hôte 
– L’Homme, hôte accidentel, se contamine en ingérant du poisson de mer contenant des larves L3
– Celles ci se fixent à la muqueuse gastrique ou intestinale provoquant une intense infiltration éosinophilique.

2) Diagnostic 1

Clinique Paraclinique
Syndrome pseudo-ulcéreux
Syndrome tumoral, occlusif
Manifestations allergiques
Fibroscopie digestive 

A ) Clinique

Forme gastrique 
– Evolution aiguë
– Syndrome pseudo-ulcéreux 
 . douleurs épigastriques violentes 4-6 h après le repas infestant 
 + nausées, vomissements
 + diarrhées parfois sanglantes 
 + manifestations allergiques 

Forme intestinale 
– Plus tardive, souvent asymptomatique
– Syndrome tumoral, occlusif, voire d’invagination intestinale
 . douleur intestinale d’importance et de topographie variables 
 . souvent accompagnée de saignements occultes 

Manifestations allergiques
– Fréquentes ++
– Sujets sensibilisés aux antigènes d’Anisakidae
– Elles sont intestinales ou généralisées 

B ) Paraclinique

Fibroscopie digestive et extraction de la larve (formes aiguës)

Etude histopathologique de biopsies et de pièces opératoires : larves au sein d’un granulome à éosinophiles (formes chroniques)

Sérodiagnostic (formes chroniques)

Notes
– l’examen des selles est toujours négatif
– des IgE spécifiques sont présentes dans les formes chroniques comme dans les formes allergiques.

C ) Diagnostic différentiel

Devant la forme gastrique 
– ulcère gastro-duodénale 

Devant la forme intestinale 
– tumeur intestinale 
– les autres causes d’occlusion intestinale 
– invagination intestinale 

3) Evolution 1

Les manifestations allergiques sont parfois graves et peuvent survenir lors d’une consommation ultérieure de poisson parasité même cuit. 

4) PEC 1

A ) Traitement

– Extirpation endoscopique des larves ou chirurgicale des granulomes larvaires (seul traitement efficace, il s’impose en cas de syndrome occlusif ou d’invagination intestinale)
– le traitement anthelminthique reste discutable

B ) Prévention

– Cuire le poisson à 65°C pendant 1 minute ou le congeler à -20°C pendant 24 heures
– Eviscération précoce et mirage de la chair également préconisés pour la pêche artisanale en zone endémique. 

 

Cette fiche vous plaît-elle ? Vous remarquez des erreurs ou imprécisions ? Donnez-nous votre avis !

Un formulaire et les commentaires publics ci-dessous sont prévus à cet effet.

Laisser un commentaire

A lire avant de soumettre un commentaire :
– Les commentaires sont ouverts pour nous faire part de toute erreur, omission, question, complément d’information, … dans le but d’améliorer cette fiche de synthèse.
– Merci de nous indiquer systématiquement la source de chaque information fournie ! Si cela correspond à votre pratique, indiquez-nous votre spécialité.
– Les commentaires sont manuellement validés par l’équipe MedG. Il ne sera pas donné suite aux demandes de prise en charge personnelle, et de tels commentaires ne seront pas publiés.

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mon Espace Perso
(connexion/ déconnexion)


Mes Fiches Personnelles de l’article
(connexion nécessaire)

Options de personnalisation du PDF

Hors inscription, les PDF générés sont protégés. Créez un compte et connectez-vous pour créer un PDF non-protégé et accéder aux options de personnalisation suivantes.




Ailleurs sur MedG
Liens internes

Pages liées
Matière(s) : Infectieux
Item(s) R2C (ECNi) : +35

Articles liés
Classification des parasites
Syndrome de larva migrans
Filariose
Syndrome de Larva migrans cutanée
Toxocarose
Filariose à Loa loa
Onchocercose
Filariose lymphatique
Tungose
Myiases
Voir plus...

Bibliothèque
Liens externes associés

Recommandations et référentiels

Fiches
ANOFEL - Syndrome de Larva migrans (Réf. de Parasito. et mycologie - 2019) [Indisponible en ligne - lien vers l’édition 2016]

Recommandations
(Section vide)

Publications scientifiques
(Section vide)


Outils de consultation

(Section vide)


Documents grand public

Ameli.fr (Site Web) Site de la CPAM, contenant des informations tout public sur de très nombreux symptômes et maladies

Un doc. est absent ? Vous ne trouvez pas l’info ?


Dites le-nous !
ou
Proposez un lien vers une référence (new) !
(connexion nécessaire)


Recherche sur


Voir aussi sur

1000 guides cliniques pour MG, par le Collège de la Médecine Générale